+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 3 sur 3

Discussion: Mon nounou est un homme

          
  1. #1
    Veteran Marhba
    Date d'inscription
    May 2006
    Messages
    8 548

    Mon nounou est un homme

    [B][B]Et si, dans un bel élan de féminisme et de snobisme mêlés, nous suivions la tendance new-yorkaise : quoi de plus chic en effet qu’un éphèbe pour veiller sur nos petits ? Le Dr Aga l’a fait.[/B] [B]Par Alix Girod de l'Ain.[/B][/B]

    Qu’est-ce qu’on m’apprend ? La nouvelle mode aux Etats-Unis serait d’engager un homme pour s’occuper des enfants. Un « manny », ils appellent ça. Jeune et musclé, de préférence. Un canon, donc, en lieu et place des solides nounous d’antan. Ça valait une enquête fouillée, des recoupements, des déplacements, des communications transatlantiques, des frais. Mais que ne ferait le Dr Aga pour ses colombes ? Eh bien, c’est vrai. A Manhattan, « tout le monde » licencie son employée philippine pour faire garder sa marmaille par un jeune homme. Ça a même donné naissance à un best-seller, « Le Nounou », de Holly Peterson.

    Vous l’aurez compris, « tout le monde », chez ces gens-là, c’est 217 familles enclavées dans trois pâtés de maisons de l’Upper East Side, mais qui sommes-nous pour ironiser, Central Park, c’est aussi là que vivait Jackie Kennedy, là que grandissent les petits Paltrow, et puis, j’y pense, là que Woody Allen poussait Soon-Yi au square... En somme, là où bon goût et glamour ont élu domicile. Donc, si à Manhattan on engage des gars, eh bien moi aussi je vais faire pareil, et après, à moi bon goût et glamour ! En conséquence, j’ai bouleversé toute mon organisation familiale et vécu une folle aventure que je m’en vais vous narrer.

    [CENTER]http://farm3.static.flickr.com/2053/...9624ff.jpg?v=0
    [/CENTER]

    [U][COLOR=Red][B][B]ACTE I : Je licencie ma nounou philippine[/B][/B][/COLOR][/U]

    Joanne, ma copine « socialite » de passage à Paris, est formelle, la Philippine, c’est fini. Pourquoi ? Choc des valeurs Nord-Sud, barrière de la langue, culpabilité d’enlever une mère à ses enfants restés au pays, rivalités éventuelles de deux femmes au-dessus du même berceau, plus prosaïquement, raréfaction de l’offre et hausse des revendications salariales de la corporation ? Même pas. La Philippine, c’est fini parce que, pfff, c’est trop vu, c’est nineties, c’est out et puis c’est tout. Ai-je la voix qui tremble, au moment de signifier son congé à mon employée asiatique ? Même pas. De nounou philippine, je n’en ai pas et n’en ai jamais eu. Une agonie depuis des années que je suis mère, un vrai soulagement aujourd’hui.

    [CENTER] http://farm1.static.flickr.com/35/10...8823e9.jpg?v=0
    [/CENTER]



    [U][COLOR=Red][B][B]ACTE II : Je parle à mes enfants[/B][/B][/COLOR][/U]

    Incroyable ! Aux Etats-Unis, pays 100 % Aldo Naouri-free, ils connaissent toutes les thèses du grand pédiatre sur les dangers du déficit d’autorité paternelle ! Dans le roman « Le Nounou », l’héroïne engage un jeune homme parce que son petit garçon va mal. Son père est sans arrêt au bureau, infoutu de lui apprendre à jouer au basket correctement, il pense qu’amasser de l’argent est plus important pour l’avenir de sa famille que de passer du temps avec elle, cet abruti. Confusément, je pense que cet argument ne marcherait pas chez moi. Mes garçons ne parlent que de leur futur héritage, ils aimeraient tellement que leurs parents ne soient que des machines à gagner du pognon, au lieu de leur casser les pieds à faire de l’éveil autour d’activités culturelles. Surtout, l’idée d’annoncer à l’aîné que je vais engager un baby-sitter pour lui apprendre à jouer au ballon, je sens que ça va pas le faire. C’est vrai, il a 17 ans, mon Félix, le foot, il connaît déjà les règles. Donc, je vais procéder comme dans le livre : engager le type, l’infiltrer dans la famille, et faire comme si de rien n’était. Quelque chose me dit que si je loupe pas trop le casting, notre fille de 15 ans approuvera l’initiative.

    [CENTER][U][COLOR=Red][B][B]http://farm1.static.flickr.com/211/5...d3d526.jpg?v=0[/B][/B][/COLOR][/U]
    [/CENTER]
    [U][COLOR=Red][B][B]
    ACTE III : Je parle à mon mari[/B][/B][/COLOR][/U]

    Je sens que je vais au-devant des mêmes difficultés que celles que rencontrent les New-Yorkaises qui engagent un homme : assez fréquemment, m’a raconté Joanne, les maris soupçonnent que cette grande carcasse en baggy est un peu là pour prendre leur place de père. Et ça les rend fous furieux et de très mauvaise foi, style « je m’occupe super bien de mes enfants le dimanche entre 16 h et 17 h 15, fous moi ce type dehors ».

    Aïe. Je détesterais pousser D. à la malhonnêteté intellectuelle, lui qui n’est qu’élégance, don de soi et probité morale. De plus, comment mentir à un si bel homme ? Donc, j’explique mon enquête à D., franco. Sa réaction est brutale : « Tu veux dire qu’un jeune gars va me piquer mes prérogatives de père, c’est-à-dire trouver le moyen de mettre un terme à la manie du petit dernier de faire des doigts d’honneur aux forces de l’ordre, empêcher notre fille de télécharger l’équivalent de 180 € de pop allemande par semaine et même monter les étagères Ikea, à MA place ? » gronde-t-il. Ben ouais. « Mais chérie, c’est le plus beau jour de ma vie ! »

    Merci mon Dieu d’avoir épousé un être aussi évolué, à ce point conscient que rien ne compte plus, pour le bien-être d’un enfant, que son père commence par répondre à ses propres envies et besoins.

    [CENTER]http://farm4.static.flickr.com/3067/...8fa96db51e.jpg
    [/CENTER]

    [COLOR=Red][U][B][B]ACTE IV : Je recrute[/B][/B][/U][/COLOR]

    D’après ma nouvelle cops new-yorkaise, le CV du nouveau nounou idéal est à peu près toujours le même : entre 18 et 25 ans, 1,85 m, 72 kg... oups, je reprends : bonne famille middle class, nombreuse de préférence, super sportif, des études supérieures qui lui coûtent un max... On les recrute par petites annonces, ou, plus efficacement, sur le terrain, à Central Park, lors de chasses à l’homme informelles le samedi après-midi. Dont acte.

    Je traîne aux Tuileries un week-end entier, mais ma façon de dévisager les gens et d’essayer d’établir un contact avec les plus jolis jeunes finit par créer des malentendus. Un groupe d’étudiants japonais fonce en volée de moineaux vers un gardien en uniforme. Quand j’explique que je cherche un nounou pour mes trois enfants dont deux ont 17 et 15 ans, un grand blond interrompt ses rebonds de ballon pour me glisser doucement « j’ai l’impression que ce que vous cherchez, c’est plus du côté du Trocadéro que vous le trouverez »... Mais pourquoi ? Je mets deux bonnes minutes à me souvenir que c’est un haut lieu de la prostitution masculine.

    Tendance, que d’humiliations aurai-je vécues en ton nom ! Après une heure à fureter dans le jardin, je tombe sur la perle rare. Franck, 19 ans, est joueur de foot « semiprofessionnel », me dit-il, titulaire du Bafa et étudiant en BTS, de quoi ouvrir le monde à mes petits. Hélas, quand je lui demande de venir faire un essai mercredi prochain à midi, il me répond « ça va pas être possib, c’est l’heure que je mange » et là, la bourgeoise étriquée qui est en moi fait un bond en arrière, bien consciente que son petit dernier n’a aucun besoin qu’on élargisse le champ lexical de ses fautes de français. Exit Franck.

    [CENTER] http://farm1.static.flickr.com/99/31...g?v=1202344680http://l.yimg.com/g/images/spaceball.gif[/CENTER]

    [COLOR=Red][U][B][B]ACTE V : La solution, enfin presque[/B][/B][/U][/COLOR]

    Juju ! Parfois, on cherche très loin ce qui est sous votre nez... Bon sang ! Le voilà, le nounou idéal ! Juju, c’est julien, le fils de la voisine, l’ado qui a appris à nager aux aînés quand ils avaient 6 ans ! Il avait un caractère merveilleux, ce Juju, d’une patience d’ange, et ferme à la fois. Et un torse qui promettait d’être tout aussi doux et ferme à la fois. Je retrouve son téléphone, et marque un temps d’arrêt quand je lui explique que j’ai besoin d’une présence paternelle à la maison. « Il n’est pas arrivé malheur à votre mariage ? » demande-t-il, voix étranglée. Non, non, je ris de gorge, penses-tu, c’est juste que je dois tester un nouveau concept américain pour le journal.

    Je lui explique tout ce qu’il y a de sociétal derrière le phénomène : « La disparition des pères autoritaires en Occident, le désarroi des enfants sans repères, re-pères, devrais-je dire, Juju, toi qui te destines à être psychologue, tu peux entendre ça, n’est-ce pas ? Le nounou mâle, c’est la solution. Sans même parler du côté paritaire du concept : pour les mères de famille bourgeoises, pouvoir enfin se taper la bonne, ça n’est que justice, ah ah ah ! »

    Juju se tait pendant un temps infini... Puis il raccroche. Les femmes françaises sont tout à fait prêtes à adopter la mode du nounou mâle, mais, du côté des hommes, il y a encore un gros travail de pédagogie à mettre en oeuvre.

    [CENTER]http://www.elle.fr/var/plain_site/st...n_mode_une.jpg
    [/CENTER]

    [URL="http://www.elle.fr/elle/societe/les-enquetes/mon-nounou-est-un-garcon/mon-nounou-est-un-garcon/%28gid%29/601693"][SIZE=1]elle.fr[/SIZE][/URL]

  2. #2
    Veteran Marhba
    Date d'inscription
    May 2006
    Messages
    8 548
    [FONT=Comic Sans MS][B]Je l'avais oublié ce topic. Bon, si un jour j'ai besoin de quelqu'un pour garder mes enfants, ça ne me dérange pas que ce soit un homme. Je sais pas si mon mari sera d'accord, mais en ce qui me concerne, le plus important c'est que la personne que je vais engager soit compétente et que mes enfants se sentent bien avec.

    Mais c'est vrai que les parents sont plus méfiants envers les garçons [/B][B]babysitter[/B][/FONT][FONT=Comic Sans MS][B], je sais pas pourquoi.[/B][/FONT]

  3. #3
    Veteran Marhba
    Date d'inscription
    Jul 2004
    Messages
    11 488
    J'en ai fait pendant longtemps, ça se passait très très bien, je ne connais pas les raisons exactes mais ce que je sais c'est que moi même je suis gamin, très gamin, et que j'ai élevé mes petits cousins, et que moi même j'ai été babysitté toute ma life par des cousines ou des tantes.

    Du coup, je suis heureux quand je garde un enfant, je garde une relation d'ami en me mettant à son niveau sur certaines choses, je connais bien les enfants, et quand il s'agit de discipline, un simple mot ou un clin d'oeil et mon Dieu quel bonheur de les voir si intelligents à leur âge et tellement adorables :D

    Pas senti de préférence pour les babysitters femmes.
    La mère d'un enfant m'a dit un jour : je préfère que mon fils soit avec vous à jouer, dessiner et jouer au foot au parc plutôt que le laisser avec une nounou qui le pose devant la télé et passe le temps à dire oui non

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38