+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Ne nous trompons pas d’ennemis: Le rôle des entreprises privées

          
  1. #1
    Fidèle
    Date d'inscription
    Jul 2010
    Messages
    2 903

    Ne nous trompons pas d’ennemis: Le rôle des entreprises privées

    [LIST][B]Tunisie - Ne nous trompons pas d’ennemis: Le rôle des entreprises privées [/B]
    [*]Par [EMAIL="webmaster@webmanagercenter.com"]Hassine Trad [/EMAIL][*] http://www.webmanagercenter.com/mana...nefest-art.jpgAprès soixante années d’indépendance, le pays a connu la constitution de fortunes colossales par des hommes d’affaires de la génération de l’indépendance mais aussi par des jeunes de 30 à 40 ans. Profitant des réformes de l’ère bourguiba avec la libéralisation de l’économie et de l’initiative privée, de vrais empires se sont constitués après des efforts réels et du travail. Un effort de création d’emplois et d’entreprises a été remarqué dans les années 80 et 90; effort qui s’est arrêté net lorsque l’intervention des affairistes et des voleurs est devenue insupportable.

    Les fortunes se sont dirigées vers l’épargne passive: banque et valeurs mobilières, quand elles n’ont pas été transférées à l’étranger ou mises dans les bas de laine.

    On a vu des hommes d’affaires fermer leurs usines et les transformer en centres d’appels.

    La situation d’aujourd’hui nécessite que ces hommes, qui ont fait leur fortune en Tunisie, et qui doivent tout à ce cher pays, sortent de leur torpeur et décident de créer chacun une ou deux nouvelles entreprises. Chacun doit prendre, qui son fils, sa fille, son gendre, ou qui son cousin et partir à l’étranger recontacter leurs amis hommes d’affaires étrangers, qui eux aussi ont fait une partie de leur fortune en Tunisie dans les secteurs du textile ou autres.

    Comme cet homme d’affaires japonais qui a installé son lit dans les locaux de son entreprise en difficulté et a juré de ne la quitter que lorsqu’elle sera sauvée, nos chefs d’entreprise ne doivent revenir au pays qu’avec des projets qu’ils monteront eux-mêmes ou leurs contacts étrangers.

    Pour ceux qui ne peuvent pas le faire pour diverses raisons, ils peuvent aider en versant une partie infime de leurs fortunes, soit dans un fonds de développement qui sera créé par le gouvernement ou dans les sociétés d’investissement de capital-risque de leur choix. Ces sociétés financeront les entreprises nouvelles qui seront créées par de nouveaux entrepreneurs.

    Ce challenge peut être relevé, que ces hommes d’affaires se rappellent qu’à l’indépendance, le pays manquait cruellement de capitaux, d’expérience, de diplômés. Malgré ces handicaps, la Tunisie à pu et a su faire fonctionner la nouvelle administration, développer les entreprises et offrir des emplois. L’Etat avait financé l’essentiel de l’effort économique, mis en place les infrastructures économiques et sociales dont certaines font aujourd’hui la fierté du pays tel l’éducation de tous les Tunisiens.

    Pour assurer à leurs enfants et petits enfants un avenir prometteur dans une Tunisie solidaire et sereine, un effort est demandé à ces hommes d’affaires, des fonds.

    Bill Gates et Paul Getty, deux des plus grandes fortunes du monde, se sont associés à d’autres grandes fortunes des Etats-Unis pour demander au président OBAMA d’augmenter leurs impôts, pour couvrir une partie du déficit de l’Etat américain - exemple à méditer.
    A nos hommes d’affaires à l’étranger, un appel pour que eux aussi s’engagent à créer chacun une entreprise dans notre pays par eux-mêmes ou par des hommes d’affaires étrangers qu’ils auront convaincus d’investir en Tunisie. Les efforts, mêmes limités de chacun, réunis feront la différence et apporteront à notre jeunesse l’emploi, la stabilité et la confiance dans leur avenir commun dans leur pays.

    Qu’on ne se trompe pas sur mes propos, il ne s’agit pas d’aumône ou de la création fictive d’emplois, je parle d’entreprises créatrices de richesses, de projets qui pérennisent les emplois et qui gagnent de l’argent même si, au début, l’Etat comme il le fait aujourd’hui, pourrait aider d’une manière ou d’une autre ces entreprises nouvelles compte tenu de leur activité et de leur localisation géographique …

    Les entrepreneurs peuvent et doivent prendre des risques comme ils l’ont toujours fait, plus encore dans la situation d’aujourd’hui.

    Les retraités qui sont aujourd’hui en nombre important et qui, pour beaucoup, ont acquis dans différents domaines une expérience certaine, doivent aujourd’hui se mettre à la disposition du pays, bénévolement pour recevoir les jeunes promoteurs, étudier leurs projets, les aider à monter leurs dossiers à obtenir leur financement et pourquoi pas les accompagner pendant leurs premiers pas.

    Les centres d’affaires et autres structures similaires que l’ancien régime à mis en place pour des raisons politiques et qui n’ont pas donné de résultats satisfaisants tant les autorités d’hier avaient une peur bleue de toute bonne volonté qui ne leur était pas inféodée, ce qui a poussé de nombreux retraités à rester chez eux.

    Aujourd’hui, chacun d’eux doit considérer que cette action est une action de militantisme, nécessaire à chacun de nous pour justifier notre appartenance à notre pays. Cette intervention, bénévole ne doit pas entraîner l’occupation d’un poste qu’un jeune diplômé peut occuper. Le retraité se mettra à la disposition des structures officielle et des responsables qui, je l’espère, évalueront cet appui à sa juste valeur.[/LIST]

    Source : Webmanagercenter.com

  2. #2
    Nouveau
    Date d'inscription
    Mar 2009
    Messages
    82
    Le climat favorable fera le plus grand du travail.
    Et déjà y a un grand travail à créer ce climat favorable.
    Mais je suis d'accord qu'il faut en parler autour de soi, vendre un peu la Tunisie pas seulement aux tunisiens de dehors. Moi je le fais déjà.

  3. #3
    Fidèle
    Date d'inscription
    Jul 2010
    Messages
    2 903
    Euh...quand tu vois la vague protestataire qui je prevois dans les horizons je doute qu'un seul investisseur oserait venir.

    Ca a commencé par le réseau de metro et je prévois que d'autres secteurs feront de meme...merci la france pour ton heritage culturel...eyh la france , faut plus se demander pourquoi les entreprises vous fuient comme la peste...

    Les manifestations , c'est un savoir vivre...arréter de bosser ne fera pas revenir l'investisseur.Encore une fois , c'est une question de forme....mais chkoun yesm3ek.

    Les investisseurs ont les yeux braqués sur la tunisie et pour l'instant je ne pense pas que la perspective de voir les travailleurs sortir chaque semaine faire la gréve leur plait..

  4. #4
    Nouveau
    Date d'inscription
    Mar 2009
    Messages
    82
    oui c'est vrai, ça fait partie de l'éducation a influé au peuple, il faut que tout le monde ait un minimum de notion sur ce que peut avoir leurs actions comme implication sur l'activité économique.

    Ce blogeur invite a invité les gens à venir investir ici, mais le climat favorable n'est pas encore présent.

  5. #5
    Utilisateur exclu
    Date d'inscription
    Feb 2009
    Localisation
    Partout
    Messages
    7 831
    Citation Envoyé par slav Voir le message
    Euh...quand tu vois la vague protestataire qui je prevois dans les horizons je doute qu'un seul investisseur oserait venir.

    Ca a commencé par le réseau de metro et je prévois que d'autres secteurs feront de meme...merci la france pour ton heritage culturel...eyh la france , faut plus se demander pourquoi les entreprises vous fuient comme la peste...

    Les manifestations , c'est un savoir vivre...arréter de bosser ne fera pas revenir l'investisseur.Encore une fois , c'est une question de forme....mais chkoun yesm3ek.

    Les investisseurs ont les yeux braqués sur la tunisie et pour l'instant je ne pense pas que la perspective de voir les travailleurs sortir chaque semaine faire la gréve leur plait..

    Toute révolution se fait à un prix, on peut pas changer toute un régime et toute une mentalité de 23 ans en un mois. La maturité est encore loin d'etre un acquis pour le tunisien. Cette situation est temporaire et n'a pas de poids pour la choix d'investir ou pas, enfin le même poids que la transparence, la démocratie, le contexte socioculturel et les encouragements fiscaux.

    Concernant les investissement, t'inquiète pas, les premiers contrats sont déjà signé pour des méga projets dans les zones intérieurs.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38