+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 7 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 98

Discussion: Bourguiba était un franc-maçon ?

          
  1. #1
    Confirmé
    Date d'inscription
    Mar 2005
    Messages
    320

    Bourguiba était un franc-maçon ?

    Un article apparu sur le journal réalités [URL="http://www.realites.com.tn/"]http://www.realites.com.tn/ [/URL]
    Un entretien avec l’historien Adel Ben Youssef Par Fayçal Chérif
    La Franc- maçonnerie en Tunisie : Bourguiba était-il franc-maçon? 19-01-2009 13:24:00
    La Franc-maçonnerie reste ambiguë dans l’esprit des gens. Elle est synonyme d’intrigues, de société secrète, de manipulation de coulisses et de complot pour tout dire. Combattue et dénoncée, elle ne cesse d’attirer des questions sur ses origines, ses ramifications dans nos sociétés et surtout les buts qu’elle poursuit. Nous avons interrogé un historien spécialiste sur la question pour nous éclairer sur la Franc-maçonnerie en général et son prolongement en Tunisie en particulier.
    Adel Ben Youssef est historien-chercheur en histoire contemporaine à la Faculté des Lettres de Sousse. Auteur d’une thèse de doctorat intitulée : «L’élite tunisienne moderne : le cas des étudiants tunisiens de l’Université française 1880-1956» (en langue arabe), avril 2000. Membre d’une unité de recherche «Histoire économique et sociale de la Tunisie». Auteur de plusieurs études et publications dans des revues paraissant en Tunisie et à l’étranger sur les thèmes suivants : les élites tunisiennes, l’enseignement moderne, les associations culturelles et le Mouvement national en Tunisie durant l’époque coloniale (en langues arabe et française), Adel ben Youssef se penche depuis quelques années sur l’étude de la Franc- maçonnerie et des sociétés secrètes en Tunisie sous le Protectorat français et prépare actuellement un ouvrage sur ce thème combien d’actualité. Interview.

    Qu’est-ce que la Franc- maçonnerie?
    D’après Larousse, «La franc-maçonnerie est une association, en partie secrète, de personnes qui professent des principes de fraternité, se reconnaissent entre elles à des signes et à des emblèmes, se divisent en groupes appelés Loges». La Franc-maçonnerie a été aussi définie par l’assemblée des grands maîtres européens en 1952 comme «une institution d’initiation spirituelle au moyen de symboles». L’article 1 des constitutions de la Grande Loge de France l’a définie comme «un ordre initiatique traditionnel et universel fondé sur la fraternité». Elle a pour but le perfectionnement de l’homme et de l’humanité. Ses membres se recrutent par cooptation selon des rites initiatiques. Elle se fixe pour but de réunir en son sein les «hommes libres et de bonnes mœurs», qui veulent travailler à l’amélioration matérielle et morale ainsi qu’au perfectionnement intellectuel et social de l’humanité. Elle se veut universelle : les vicissitudes de son histoire l’ont pourtant divisée en de multiples obédiences. La discrétion dont elle entoure ses activités et qu’elle impose à ses membres n’en fait pas, pour autant, une société secrète : elle se manifeste souvent publiquement et ses «secrets» ont été depuis longtemps dévoilés au monde profane par d’innombrables ouvrages. L’existence de la secte remonte au temps de Salomon selon certains, et au temps des Pharaons selon d’autres.

    Que peut-on dire brièvement de son histoire ?
    La première loge maçonnique, «La Grande Loge de Londres», est apparue en Angleterre dès 1717. Dès lors, des loges ont commencé à prendre naissance en Europe et dans le monde. En France, la Franc-maçonnerie fut introduite entre 1725-1726 et se développa rapidement. En 1740, on comptait une dizaine de loges à Paris et une quinzaine en province. En 1789, le Grand Orient de France en contrôlait 60 à Paris, 448 en province, 40 dans les colonies, 19 à l’étranger et 68 dans l’armée royale, regroupant quelque 70.000 membres. Les loges parisiennes prennent part à la Révolution française de l’ancien régime. Le mot maçonnerie (de maçon : bâtisseur) est lié à la construction du Temple de Salomon. Bien que la secte regroupe des membres de tous bords, ses fondateurs ainsi que ses hauts dirigeants sont d’origine exclusivement juive.
    En apparence, l’organisation affiche des objectifs humanitaires visant à cultiver l’amour entre les hommes, à la recherche de la paix, du bien et du progrès de l’humanité. La fameuse devise de la République Française “liberté, égalité, fraternité”— est d’origine maçonnique. Cet idéal philanthropique lui a permis d’étendre son influence partout dans le monde et de gagner la sympathie d’un nombre considérable de hautes personnalités notamment en Occident.

    Mais certains lui im****nt des visées machiavéliques
    C’est vrai. Certains estiment que le but véritable de la Franc-maçonnerie serait de préparer l’avènement du gouvernement juif pour diriger le monde, lequel, selon les enseignements du Talmud, interviendrait en temps de crises et de déliquescences généralisées. Dans le souci de contribuer à la création des conditions de cet évènement, la secte s’emploie à détruire la religion et la morale. D’où l’anarchisme, le communisme, la laïcité, bref, tous ces systèmes et ces doctrines immoraux et libertaires inventés par des Juifs franc- maçons.
    L’organisation comporte trois structures (ou niveaux) superposées, le 1er : la franc-maçonnerie symbolique, le 2ème : le Pacte royal et le 3ème : la Franc-maçonnerie universelle.
    Chaque structure comprend 33 échelons, chaque échelon correspond à un grade déterminé. Pour passer d’une structure à l’autre, le membre doit gravir les 33 échelons. Une pyramide surmontée d’un oeil au sommet symbolise le temple en voie de construction. L’organisation est soumise à une discipline de fer, fondée sur le respect de la hiérarchie et des règles de conduite, et ce dans le secret le plus absolu. Tout manquement peut entraîner la mort du présumé coupable. La promotion d’un échelon à l’autre est fonction de l’engagement du membre et des services qu’il a rendus à la secte. Ses réunions sont secrètes, elles se tiennent généralement de nuit et dans des lieux placés sous haute surveillance. Les membres de la secte utilisent un langage particulier formé de mots de passe, de signes et de symboles incompréhensibles aux profanes.
    Ses activités sont particulièrement axées sur la défense de la laïcité, des droits politiques et culturels des minorités, de la liberté de la femme... Des actions sont énergiquement menées pour l’instauration de l’égalité entre les hommes et les femmes
    J’ai personnellement découvert ce monde par coïncidence. En interviewant un des anciens étudiants de l’Université française durant les années 1990, ce dernier m’a informé sur les rencontres secrètes entre Bourguiba et Mendès France en juillet 1954 (sur lesquelles nous reviendrons) qui avaient lieu dans la maison d’un Tunisien franc-maçon, le docteur Ahmed Somïa. Dès lors, je me suis intéressé à ce monde profane, secret, en vue de le dévoiler et mieux comprendre son fonctionnement et ses relations avec le monde extérieur.

    Comment la Franc- maçonnerie est-elle venue en Tunisie ?
    En Tunisie comme dans la plupart des pays arabes de la rive sud de la Méditerranée, la Franc-maçonnerie est le reflet des influences que subit la Régence de la part des pays européens. A l’influence livournaise en Tunisie, il convient d’ajouter l’influence marseillaise. Le docteur Louis Franck, médecin d’Etat- major, qui veilla sur la santé de Hamouda Pacha Bey en 1806, sous l’Empire, témoigne des liens que les marchands français tissèrent entre la France et la Tunisie. Ce n’est pas par hasard que la première loge tunisienne fut créée par les maçons marseillais, en 1812, relevant de l’obédience de la loge mère «La Loge Ecossaise de Marseille», au titre distinctif «Loge de Saint – Jean d’Ecosse l’Impériale, Amis Fidèles du Grand Napoléon».
    Au total, entre 1812 et 1881, treize loges ont été créées dans la Tunisie précoloniale et si la Franc-maçonnerie européenne a trouvé un champ d’activité très prospère, c’est grâce à l’importance du nombre d’Européens, essentiellement les réfugiés italiens installés dans les grandes villes de la Régence depuis le début du XIXème siècle. Cette situation va sans doute favoriser davantage l’implantation de loges françaises après l’établissement du Protectorat français le 12 mai 1881 et l’adhésion de Tunisiens musulmans à ces loges.




  2. #2
    Confirmé
    Date d'inscription
    Mar 2005
    Messages
    320
    2ème partie de l'interview :

    Avec le protectorat, en 1881, l’activité maçonnique va-t-elle s’intensifier en Tunisie ?
    Le Traité du Bardo, signé entre la France et le Bey de Tunis, va assainir le climat politique et éclaircir le panorama maçonnique avec la multiplication des loges françaises à Tunis et dans les grandes villes de la Régence. Les Français, qui étaient venus s’installer massivement en Tunisie, déposèrent auprès du Grand Orient de France une demande de patente pour la création d’une loge au titre distinctif «La Nouvelle Carthage». Celle - ci fut créée le 27 avril 1885 et fut l’une des loges les plus brillantes parmi celles qui furent créées à l’Orient de Tunis. Elle battit maillet jusqu’en 1960, et fut reconstituée à Paris en 1988.
    Quelques années plus tard, d’autres loges virent le jour : «L’Aurore du XIX è siècle» à l’Orient de Bizerte (le 17 décembre 1900), «La Nouvelle Hadrumète» à l’Orient de Sousse (le 9 novembre 1903), «Le Phare de Tyna» à l’Orient de Sfax (le 9 novembre 1903), «Tacapes» à l’Orient de Gabès, «La Nouvelle Utique» à l’Orient d’Utique 1908, «La Nouvelle Carthage et Salammbô Réunies», (le 21 avril 1909), «L’Etoile de Carthage» (le 13 décembre 1931), «Travail, Liberté, Progrès» (le 29 novembre 1924), «Abdelkader» (le 12 décembre 1955), toutes à l’Orient de Tunis. Quant aux Italiens, ils se sont contenté de créer la loge «Concordia», ordre de Tunis, qui était très active au début des années 1920.
    La Grande Loge de France crée quant à elle «La Volonté» (en 1903), «Volonté et Véritas» (en 1926), à l’Orient de Tunis puis «Lumière et Progrès» à l’Orient de Sousse (en 1926). Quant à l’Obédience Mixte Internationale, le Droit Humain, elle installa une loge en 1904, dite «Loge 201», mais elle ne fut guère active avant 1914.
    En somme, la période coloniale a vu la création de quatorze loges, dix relevaient du Grand Orient de France, trois de La Grande Loge de France, et une seule de l’Obédience Mixte Internationale. À la suite de la promulgation de la loi 1959 sur les associations par le président Habib Bourguiba, la plupart de ces loges vont cesser de fonctionner après soixante-et-onze ans d’activité. Seule «La Nouvelle Carthage» continue à battre maillet jusqu’en 1964.

    Quels sont les précurseurs tunisiens à adhérer à ce mouvement ou «secte»?
    Même si l’on ne dispose pas d’un chiffre exact du nombre de Tunisiens musulmans ayant adhéré à ces loges européennes fondées dans la Régence et leurs noms, on dispose quand même du nombre total d’adhérents à la loge «Ancient Carthage n° 1717». A côté de ses sept fondateurs cette loge comptait en 1880, 135 adhérents, dont cinq seulement sont des Musulmans (soit 3.7%), contre 75 Catholiques (soit 55.5 %), 35 Juifs (soit 26 %), 18 Protestants (soit 13.3 %) et deux Grecs orthodoxes (soit 15 %).
    Un des rapports de la loge «La Nouvelle Carthage» nous informe que «Le Général de Division Mustapha Ben Smaïl, ancien Premier Ministre du Bey, Grand Croix de la Légion d’Honneur, qui n’a dû qu’à ce vice sa haute fortune, qui a été dit-on initié à Paris, mais qui se présente avec un bref de R.C. et une patente de 30 è délivrés par la Grande Loge d’Angleterre, ne sera jamais affilié à notre Loge. S’il se présentait à nos travaux nous prononcerions immédiatement la clôture. Nous ne pouvons agir autrement par dignité pour notre ordre et pour être respectés à Tunis».
    En vertu de leurs statuts les loges françaises implantées en Tunisie dès 1881, n’étaient pas fermées aux non-Français, aux Juifs et surtout aux «indigènes», mais la réalité était autrement. Dans ce sens le franc-maçon Nunez dénonçait en 1907 les agissements de la doyenne des loges françaises «La Nouvelle Carthage», dépendante du G.O.D.F., qui ne refusait pas officiellement les demandes de profanes non-Français, mais elle leur fermait la porte. Idem pour la loge «Volonté», dépendante de la G.L.D.F., qui défend en application de son statut intérieur, «l’entrée à ceux qui ne sont pas Français».
    Ce qui explique l’implication de leurs dirigeants dans la défense des privilèges de la colonie française. Cumulant les statuts de Vénérable de la loge «La Nouvelle Carthage», celui de chef d’entreprise et de Représentant de la communauté française à la Conférence Consultative de la Tunisie, Duclos réclame en 1911, «l’institution d’un Conseil Colonial, élu au suffrage universel et aux membres desquels exclusivement Français qui serait attribué des pouvoirs délibératifs».
    Notons cependant, le souci de Duclos «d’attirer des Israélites et des indigènes fort intelligents, animés d’un esprit élevé et tolérant».
    Mais cette volonté d’ouverture —dans le cadre d’un paternalisme colonial !— est mise en échec, au sein des francs-maçons, par «l’ostracisme des préjugés de race», que Duclos dénonce.
    Selon un état de l’atelier de la loge «Volonté et Véritas Réunies», et d’après l’examen des noms patronymiques des affilés (puisque les nationalités n’étaient pas indiquées), permet de constater que sur 76 francs-maçons affiliés en 1945, une majorité juive, pour la plupart Livournais et une poignée de Français de souche et trois Musulmans. L’étude des procès-verbaux de cette loge atteste que ses membres n’étaient pas totalement intégrés dans la société coloniale française, puisqu’ils se plaignaient du freinage du mouvement de naturalisation et relevaient que de «nombreux intellectuels tunisiens dignes et honnêtes voient leurs requêtes repoussées ou éternellement laissées en suspens».
    De leur côté les prépondérants ont, de 1891 à 1907 et même après, largement critiqué, dans leurs journaux l’adhésion des Musulmans à des loges maçonniques.
    Malgré toutes les manœuvres françaises à l’encontre des «indigènes», provenant de l’intérieur ou bien de l’extérieur du monde maçonnique, les loges maçonniques françaises dépendant du G.O.D.F ou celles de la G.L.D.F. ont pu attirer à leurs ateliers durant 75 ans de présence française en Tunisie, près d’une cinquantaine de profanes musulmans.

    Pour quelles raisons ces Musulmans ont-il adhéré à des loges maçonniques, alors que la Franc-maçonnerie était fermement contestée par la totalité de la société tunisienne musulmane conservatrice, et ce en raison de son origine judéo-chrétienne ?
    L’image retenue de la Franc-maçonnerie par la population européenne locale est celle d’une société de bienfaisance. Dans le même temps le souci des francs-maçons à l’égard des populations autochtones se renforce : les frères fondateurs estiment que la Maçonnerie pourrait servir à «amalgamer les Arabes, les Kabyles, les Turcs, les Juifs et les Chrétiens, c’est à dire les vainqueurs et les vaincus», comme le déclare le frère H. de Brivazac. L’assimilation est «le seul but légitime de la conquête». La date d’initiation du premier Arabe en Algérie remonte à 1839.
    L’initiation, en 1864, de l’Emir Abd el Kader est à la mesure de cette aspiration d’un rapprochement souhaitable entre les communautés et aussi de l’admission de musulmans dans les loges. Mais si les idées maçonniques ne rebutent pas des Musulmans ayant appris le français, les populations arabes ignorent, d’une façon générale, jusqu’à l’existence de la Franc-maçonnerie. Pour eux, les ateliers maçonniques suppléent, en partie, à l’absence des salons et des académies que la société du XVIIIème siècle apprécie.
    D’une façon générale, les ateliers deviennent des «lieux de fraternité» qui évitent aux «pérégrins» un isolement mal vécu.
    A part les principes et les slogans trompeurs de la Franc-maçonnerie, nombreux sont les Tunisiens qui ont adhéré à des loges maçonniques pour servir des intérêts purement personnels : à la recherche d’une promotion professionnelle dans l’Administration tunisienne ou d’un poste politique dans l’appareil de l’Etat. Le secteur de l’enseignement constitue un très bon exemple de l’ambition des frères tunisiens.
    Etant donné que l’enseignement public en Tunisie était contrôlé par «Le Cercle Tunisien de La Ligue Française de l’Enseignement», son fondateur, le docteur Bertholon, ancien médecin militaire, était profondément laïque certes, mais d’esprit très libéral, entouré de plusieurs maçons influents. Mais à partir de 1895, la Ligue de l’Enseignement entre en sommeil et ses activités ne devaient reprendre qu’en février 1901 sous la direction de Victor Communaux qui fit alors de «La Fédération des Cercles de la Régence» un instrument de combat en faveur de la laïcité dans la lutte scolaire qui faisait rage à l’époque en France et qui allait bientôt s’étendre en Tunisie.
    A partir des années 1920, l’influence des francs-maçons s’élargit davantage dans tous les rouages et secteurs de la Régence et en particulier dans l’enseignement public qui devient le bastion des Frères, à tel point que la nomination de directeurs d’écoles ou de collèges ou lycées, d’inspecteurs d’enseignement primaire ou secondaire, de chefs de service de la D.I.P. (Direction de l’Instruction Publique)…, ne se fait qu’après l’approbation du «lobby» maçonnique de Tunis, voire même de Paris et notamment du G.O.D.F.

    Cela voudrait-il qu’il n’y avait pas des Tunisiens convaincus par l’idéal maçonnique ?
    Sans donner un tableau noir sur les francs-maçons tunisiens musulmans, nous disons qu’il y a eu certainement parmi eux de bons maçons qui voulaient sans doute servir les intérêts publics tunisiens et la cause nationale de leur pays. Se référant aux tenues des loges, aux convents des obédiences, aux congrès régionaux et inter- obédientiels, les revendications des francs-maçons tunisiens musulmans étaient très variées et touchent tous les domaines de la vie des Tunisiens.
    Dans le domaine social et culturel, les Frères tunisiens revendiquaient la propagation de l’enseignement public dans toute la Régence, la création d’écoles primaires, de collèges et lycées, notamment dans les régions défavorisées et non habitées par les Européens, la révision des impôts, l’amélioration des conditions matérielles des classes dépourvues de ressources, notamment les ouvriers et les paysans, la suppression de Khemmasat (le métayage) et de l’impôt de capitation…
    Dans le domaine économique, ils revendiquaient la mécanisation de l’agriculture, l’introduction de nouvelles méthodes et techniques dans l’industrie, la modernisation du commerce et des banques en Tunisie…
    Dans le domaine politique et judiciaire, ils revendiquaient le suffrage universel pour tous les Tunisiens, la création d’un Conseil Général à capacité budgétaire, la création de municipalités dans tout le territoire de la Régence, la possibilité pour les Musulmans de choisir entre les juridictions tunisiennes ou françaises…

    Y a-t-il eu des personnalités tunisiennes éminentes qui ont adhéré à la Franc-maçonnerie sous le Protectorat ?
    Nombreuses sont les hautes personnalités tunisiennes qui ont adhéré à la Franc-maçonnerie. On y trouve même des personnalités de proue de l’Administration et du mouvement national tunisien et même parmi les membres de la famille beylicale. A titre d’exemple, on peut citer parmi eux MM. Slaheddine Baccouche, Mohamed Salah Mzali, (deux Premiers ministres), Tahar Ladjimi, Hmida Doulatli et Ahmed Haddad (Caïds), Mohamed Aziz Ben Hassen Sakka (Khalifa)…, Abdeljelil Zaouech, Salah Belajouza, Jalloul Ben Chérifa…, (des nationalistes) et plusieurs avocats, médecins, pharmaciens et surtout instituteurs ou inspecteurs tunisiens, entre autres : Abdeljelil Ben Ali, Taïeb Basly, Daly Yahia ...
    Côté français, nombreux sont les francs-maçons français ayant pris en mains les destinées de la Tunisie sous le Protectorat. Nous pouvons citer parmi eux MM. Etienne Flandin, Stephen Pichon, Marcel Peyrouton, Jean Mons… (résidents généraux), Pierre Bertholle, René Clément, Paul De Gourlet…, (contrôleurs civils), Le Theuff (haut fonctionnaire de la Direction de l’Intérieur), Lucien Paye (Directeur de l’Instruction publique), Gabriel Mérat (Directeur du Collège Sadiki) etc.

    Bourguiba était-il franc-maçon ?
    Avant de parler de Bourguiba, il est à noter qu’en 1931 le docteur Mahmoud Elmateri, en tant que Secrétaire Général de «L’Association des Amis de l’Etudiant», présidée par le docteur Mohamed Tlatli depuis sa création au début de 1928, a dû faire recours aux membres influents de la Franc-maçonnerie française en Tunisie afin qu’ils interviennent auprès de la Résidence Générale de France à Tunis en vue d’obtenir l’autorisation officielle de cette association.
    Pour ce qui est de Habib Bourguiba, l’historienne Julliette Bessis rapporte le fait suivant : «Habib Bourguiba s’est lié avec Félicien Challaye et a même assisté au Congrès de la Ligue des Droits de l’Homme à Vichy, en mai 1931. Est-il, comme l’affirment différents témoignages, affilié depuis cette époque à la Franc-maçonnerie ?».
    De son côté Roger Peyrefitte, dans son livre exhaustif sur la Franc-maçonnerie, ses initiés et ses obédiences, retraçant habilement les activités des loges maçonniques en Afrique du Nord avant l’indépendance, écrit : «Les ateliers de Tunisie figuraient encore sur le papier, mais avaient reçu de la rue Cadet l’instruction de ne remuer ni pied ni patte. Bourguiba, qui avait été maçon, n’était pas plus favorable que Nasser, protecteur nominal de la Grande Loge d’Égypte, à ce qui lui semblait une idéologie judéo-chrétienne et un souvenir du colonialisme».
    Mais dans le volumineux Dictionnaire de la Franc-maçonnerie, réalisé sous la direction de Daniel Ligou et auquel ont collaboré cent quarante spécialistes de la maçonnerie, nous en apprenons un peu plus sur le passé maçonnique de Bourguiba. L’article sur l’historique de la franc-maçonnerie en Tunisie, signé par H.C. et R.P., ne laisse planer aucun doute sur la fidélité de Bourguiba, longtemps après l’indépendance : «Le Président Bourguiba lui-même, outre sa formation universitaire, eut, pendant une astreinte à résidence forcée, un haut fonctionnaire français franc-maçon comme compagnon et mentor politique, chargé de parfaire sa formation de futur homme d’État».
    Nous pensons surtout à la dure période de son incarcération à l’île La Galite (du 21 mai 1953 au 20 mai 1954), où le leader du Néo-Destour a été initié par le médecin de la Marine, un certain Laize, installé sur l’île avec sa femme et ses deux matelots de service à la radio et bien entendu l’inspecteur de police Messa qui ne le quittait jamais.
    Selon certains témoignages, c’est un certain Laize qui lui a fait connaître les secrets de la Franc-maçonnerie, son influence sur la scène politique française et internationale. Après la rude épreuve de La Galite, Habib Bourguiba a été transféré à l’île de Groix en Bretagne puis au château de la Ferté au village d’Amilly dans le Loiret (dès le 17 juillet 1954).
    Durant cette période, le château de la Ferté devint le lieu de pèlerinage de la plupart des Tunisiens résidants à Paris. Sur ordre des responsables de la cellule et de la fédération destourienne de Paris et en particulier Mohamed Masmoudi, certains étudiants tunisiens, se rendaient de temps à autre le soir sur des vespas vers le lieu de résidence de Bourguiba. Ils empruntaient la porte de derrière pour faire sortir le leader qui les attendait avec impatience pour le conduire au domicile du docteur Ahmed Somïa où se trouvaient également ses deux amis, Raja Berraïs (alias Beuré) et Pierre Mendès France, pour discuter de l’autonomie interne de la Tunisie. Tous ces trois étaient des francs-maçons notoires, membres de la même loge «Bienfaisance et progrès» de Paris. Selon le témoignage de d’un de ses Quelle influence exerce la Franc-maçonnerie sur les décideurs et quelles sont les personnalités internationales connues comme franc- maçonnes ?
    S’il y a des interférences entre la Franc-maçonnerie et le monde politique, c’est parce que, tout d’abord, le franc-maçon est un citoyen engagé. Partant de ce principe, de très nombreuses personnalités ont appartenu à la Franc-maçonnerie. Parmi les plus connues et les plus souvent citées figurent : Voltaire, Montesquieu, Goethe, Benjamin Franklin, Mozart, George Washington, Théodore Roosevelt, Frédéric II, Jules Ferry, Simon Bolivar, Sir Winston Churchill, F.D. Roosevelt, Harry Truman, Pierre Mendès-France, Jean Moulin, Guy Mollet, Léon Gambetta, Félix Faure, Théophile Delcassé, Paul Doumer, Henry Ford, Georges VI, l’Emir Abdelkader, Mustapha Kamel «Ataturk», Jamel Eddine Afghani, Moulay Abdelhafidh (ancien roi du Maroc) et bien d’autres.
    Les francs-maçons sont aujourd’hui plus de sept millions de par le monde. Ils ne cessent de hanter l’imagination de leurs contemporains. Ils ont donné naissance à des mythes géopolitiques importants. On leur a successivement prêté la paternité des révolutions américaine, française et russe ainsi que la destruction de l’Autriche-Hongrie, la création de la S. D. N. etc. Dès le XIXème siècle la franc-maçonnerie s’est scindée en deux courants, l’un traditionnel, l’autre politisé.
    La maçonnerie n’attache aucune valeur durable aux frontières, aux patries, aux nations... Elle est même portée à considérer comme un recul provisoire le développement du sentiment patriotique qui s’est fait dans tous les peuples depuis un peu plus d’un siècle, et le réveil des nationalités qui en a été la conséquence. Elle suppose l’effacement progressif de l’injustice à l’intérieur de la société et de même l’effacement des frontières nationales. Mais ça, c’est lointain... très lointain... En somme la Franc-maçonnerie est un «lobby» ou un groupe de pression là où il se trouve. Cependant, le fait que de nombreuses personnalités haut placées font partie d’une loge maçonnique ne veut pas dire que les franc- maçons «font le monde» !
    Si la Franc-maçonnerie est toujours interdite dans la plupart des pays arabes et musulmans, elle commence néanmoins à être reconnue et autorisée dans certains d’entre eux à l’instar du Liban, du Maroc, de la Turquie…, où le nombre de maçons et de loges ne cesse d’augmenter d’une façon vertigineuse. Dans le reste des pays arabes où la franc-maçonnerie est strictement interdite, les instances maçonniques internationales essayent de s’y établir sous couvert d’organismes internationaux.
    Si j'ai bien compris, les franc-maçons ont choisi un frère maçon pour lui donner les clés de la Tunisie ?

  3. #3
    Nouveau
    Date d'inscription
    Jul 2007
    Messages
    72
    [B][FONT=Comic Sans MS][SIZE=3][COLOR=blue]Bourguiba était-il un franc-maçon?[/COLOR][/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Comic Sans MS][SIZE=3][COLOR=blue]Bourguiba était-il un agent des américains?[/COLOR][/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Comic Sans MS][SIZE=3][COLOR=blue]Bourguiba avait-il fait un pacte avec les nazis et les fascistes?[/COLOR][/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Comic Sans MS][SIZE=3][COLOR=blue]Bourguiba était-il anti-Islam?[/COLOR][/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Comic Sans MS][SIZE=3][COLOR=blue]Autant de questions sur la personnalité controversée à la vie tumultueuse qu'était le "Combattant Suprême". Il est certain que Bourguiba avait cotoyé (voire était ami avec) des francs-maçons, il a certainement appris d'eux ou même adopté certains de leurs points de vue, qui lui semblaient en cohérence avec sa manière de penser.[/COLOR][/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Comic Sans MS][SIZE=3][COLOR=blue]Personnellement, je pense que Bourguiba avait sa doctrine bien à lui (baptisée ultérieurement, bourguibisme) qui s'était constituée de divers courants de pensée, dont certainement la franc-maçonnerie. Il était à mon avis trop mégalo (sans signification péjorative) pour intégrer une institution hiérarchique dont il n'était pas le chef [/COLOR][/SIZE][/FONT][/B]

  4. #4
    Confirmé
    Date d'inscription
    Jul 2008
    Messages
    659
    [B]Je pense qu'il ne faut pas tirer des conclusions rapides en affirmant que Bourguiba était un franc maçon. Bourguiba était un" zaim", qui n'a de souci que la libération de la Tunisie du jouc colonial. Tout contact avec n'importe quelle personne qui a pour but de favoriser la libération est bon. Que ce contact soit franc-maçon ou autre. Mendés france était même un ami de Bourguiba car ce dernier n'a jamais oublié l'appui que Mendés a donné à l'indépendance de la Tunisie, et il l'a affirmé pas mal de fois. D'ailleurs sa photo a toujours eu sa place parmi les photos choisis par Bourguiba à son bureau. Que Mendés soit franc-maçon ou autre, il fut l'ami de Bourguiba et leurs contacts secrets ou officiels n'ont pour but que l'indépendance de la Tunisie. Donc ce n'est pas parceque Mendés était franc-maçon que Bourguiba le fut. Quant aux loges de la franc-maçonnerie implantées en Tunisie, cela est normal du fait que c'étaient les français qui présidaient à la destinée de la Tunisie à cette époque.[/B]

  5. #5
    Confirmé
    Date d'inscription
    Mar 2005
    Messages
    320
    Mondés France a choisi bourguiba parmi les combattants tunisiens pour lui donner les clés de la Tunisie ce qui explique l'amour de bourguiba à cette personne qui était le président du pays qui a toujours massacré les tunisiens dont "Farhat Hacched"
    Nous pouvons dire que les franc-maçons qui ont quitté la Tunisie, ont laissé un président maçon pour finaliser leur agenda.
    Cet historien Adel Ben Youssef doit mieux expliquer ces détails.

  6. #6
    Yuk
    Yuk est déconnecté
    Fils de Yuk le 1er
    Date d'inscription
    Jan 2005
    Localisation
    in my own dreams
    Messages
    1 853
    Citation Envoyé par Abou Nawas Voir le message
    [U]détruire la religion et la famille[/U].
    [FONT=Century Gothic][COLOR=darkorchid][B]Détruire le superficiel pour batir sur des bases réelles ??? peu importe s'il était franc maçon ou pas, il restera à jamais le "Leader Suprême" ...[/B][/COLOR][/FONT]
    [B][FONT=Century Gothic][COLOR=#9932cc][/COLOR][/FONT][/B]
    [B][FONT=Century Gothic][COLOR=#9932cc]Les mauvaises langues salivez /// allez salivez !!![/COLOR][/FONT][/B]

  7. #7
    Conseiller aux Admins
    Date d'inscription
    Jan 2004
    Localisation
    Paris - Sousse
    Messages
    7 680
    Citation Envoyé par Yuk Voir le message
    [FONT=Century Gothic][COLOR=darkorchid][B]Détruire le superficiel pour batir sur des bases réelles ??? peu importe s'il était franc maçon ou pas, il restera à jamais le "Leader Suprême" ...[/B][/COLOR][/FONT]

    [B][FONT=Century Gothic][COLOR=#9932cc]Les mauvaises langues salivez /// allez salivez !!![/COLOR][/FONT][/B]
    Leader suprême j'en suis pas personnellement persuadé mais je nie pas tout ce qu'il a fait pour la Tunisie. Juste une seule chose, il etait leader suprême justement parce qu'il a su éliminer politiquement et "non-politquement" tout ses adversaires à commencer par le martyr Farhat Hached à Ben youssef etc...
    Quant au fait qu'il etait franc-maçon ou pas ce n'est qu'un détail puisqu'il y est plus lol, mais les franc-maçons ont pour habitude de vanter que tel ou tel personne fesait parti de la franc-maçonnerie.
    [SIZE=3][RIGHT][FONT=tahoma][COLOR=#4b0082]
    [/COLOR][/FONT][/RIGHT]
    [CENTER] ملئ السنابل تنحني بتواضع، والفارغات رؤوسهن شوامخ[/CENTER]
    [/SIZE][SIZE=1][RIGHT][/RIGHT]
    [/SIZE][SIZE=1][RIGHT]
    [/RIGHT]
    [/SIZE][SIZE=1][RIGHT]
    [/RIGHT]
    [/SIZE][RIGHT][SIZE=1][FONT=tahoma]
    [/FONT]
    [/SIZE][/RIGHT]
    [RIGHT][SIZE=1]
    [/SIZE][/RIGHT]

  8. #8
    Confirmé
    Date d'inscription
    Dec 2008
    Localisation
    dans tes rêves
    Messages
    132
    c est facile d accusé a tort quelqun qui n est plus d ce monde pour se défendre , s a restera le "ze3ime bourguiba" qui a fait de la tunisie un pays libre de la tunisenne une femme libre qui travail et bcp d autres choses
    le reste qu il a appartenu a une secte ou autre en s en tape pas mal .
    " ou odhkorou maoutekom bikhayr"

  9. #9
    Conseiller aux Admins
    Date d'inscription
    Jan 2004
    Localisation
    Paris - Sousse
    Messages
    7 680
    Citation Envoyé par rayyana Voir le message
    c est facile d accusé a tort quelqun qui n est plus d ce monde pour se défendre , s a restera le "ze3ime bourguiba" qui a fait de la tunisie un pays libre de la tunisenne une femme libre qui travail et bcp d autres choses
    le reste qu il a appartenu a une secte ou autre en s en tape pas mal .
    " ou odhkorou maoutekom bikhayr"
    Se défendre de quoi ? de qui ? On a trop tendance à pleurer pour le passé mais qu'a t on fait pour le futur ? Je n'accuse pas Bourguiba, je parle de faits historiques. Personne n'est parfait y compris Bourguiba Allah yarhmou alors pourquoi crier au scandale alors qu'il y en a pas ?
    [SIZE=3][RIGHT][FONT=tahoma][COLOR=#4b0082]
    [/COLOR][/FONT][/RIGHT]
    [CENTER] ملئ السنابل تنحني بتواضع، والفارغات رؤوسهن شوامخ[/CENTER]
    [/SIZE][SIZE=1][RIGHT][/RIGHT]
    [/SIZE][SIZE=1][RIGHT]
    [/RIGHT]
    [/SIZE][SIZE=1][RIGHT]
    [/RIGHT]
    [/SIZE][RIGHT][SIZE=1][FONT=tahoma]
    [/FONT]
    [/SIZE][/RIGHT]
    [RIGHT][SIZE=1]
    [/SIZE][/RIGHT]

  10. #10
    Confirmé
    Date d'inscription
    Dec 2008
    Localisation
    dans tes rêves
    Messages
    132
    Citation Envoyé par Elyes Voir le message
    Se défendre de quoi ? de qui ? On a trop tendance à pleurer pour le passé mais qu'a t on fait pour le futur ? Je n'accuse pas Bourguiba, je parle de faits historiques. Personne n'est parfait y compris Bourguiba Allah yarhmou alors pourquoi crier au scandale alors qu'il y en a pas ?
    euh! je crois pas que c est toi qui a écrit cet article sur ce journal "réalité"
    donc je t accuse de rien je respect ton avis et ce que ta dis mais le tunisien qui a deniché ces information ( on sait pas d ou d ailleur) et les a publié
    et là je parle pas non plus de celui qui a ouvert ce topic
    je cris pas au scandale car il y a pas de scandale de toute façon
    oui c est vrai aussi que bourguiba n etait pas parfait comme nous tous c etait un etre humain mais regardant d autre pays autour de la tunisie je trouve qu il en a fait bcp pour amilioré la qualité de vie .

  11. #11
    Veteran Marhba
    Date d'inscription
    Jul 2004
    Messages
    11 488
    Citation Envoyé par Elyes Voir le message
    Leader suprême j'en suis pas personnellement persuadé mais je nie pas tout ce qu'il a fait pour la Tunisie. Juste une seule chose, il etait leader suprême justement parce qu'il a su éliminer politiquement et "non-politquement" tout ses adversaires à commencer [SIZE=3][B]par le martyr Farhat Hached[/B][/SIZE] à Ben youssef etc...
    Quant au fait qu'il etait franc-maçon ou pas ce n'est qu'un détail puisqu'il y est plus lol, mais les franc-maçons ont pour habitude de vanter que tel ou tel personne fesait parti de la franc-maçonnerie.
    non ça c'est un fake l'histoire de Hached, c'était vraiment pas Bourguiba. (Je parle en connaissance de cause)

    Sinon Bourguiba c'est une légende, il est dans l'Histoire. Il a bien merdé les dernières années allah ghaleb ou yahdih. Il n'y a de parfait qu'Allah mais Bourguiba a excellé dans ses manoeuvres politiques et surtout c'était un grand patriote.

  12. #12
    Super Modérateur
    Date d'inscription
    Sep 2005
    Localisation
    Carcassonne (France)
    Messages
    10 651
    Citation Envoyé par Rasta Voir le message
    non ça c'est un fake l'histoire de Hached, c'était vraiment pas Bourguiba. (Je parle en connaissance de cause)

    Sinon Bourguiba c'est une légende, il est dans l'Histoire. Il a bien merdé les dernières années allah ghaleb ou yahdih. Il n'y a de parfait qu'Allah mais Bourguiba a excellé dans ses manoeuvres politiques et surtout c'était un grand patriote.
    [B][COLOR=navy]Et, faut-il le préciser, encore vénéré par bon nombre de Tunisiens, mon cher Rasta. [/COLOR][/B]

    [B][COLOR=navy]Personne ne se méfie de l'étranger que je suis. Tout le monde parle à son aise autour de moi, voire devant moi. Mais j'ai des yeux et des oreilles. [/COLOR][/B]

    [B][COLOR=navy]Toujours à l'heure actuelle, les Tunisiens de ma génération, voire parfois beaucoup plus jeunes, témoignent encore de leur admiration pour ce qu'ils dénomment "l'oeuvre" du Président Bourguiba. Je pense en effet que son nom est inscrit dans l'histoire de la Tunisie. Des erreurs, chaque jour, les politiciens du monde entier en font...nous le savons et en supportons parfois les conséquences.[/COLOR][/B]

    [B][COLOR=#000080]L'essentiel est d'évoluer dans nos idées. En politique, il ne suffit pas de critiquer...Il faut s'engager, voire militer pour défendre ses idées, ses opinions...[/COLOR][/B]

    [B][COLOR=#000080]Quant aux appartenances de votre ancien Président à la franc-maçonnerie...qu'importe ! [/COLOR][/B]

    [B][COLOR=#000080]Il a vécu, consacré sa vie publique à la Tunisie, du mieux qu'il a pu, avec ses qualités et ses défauts...Il avait un idéal pour lequel il n'a cessé de combattre. C'est cela que nous devons retenir et non point juger avec le recul.[/COLOR][/B]

    [B][COLOR=#000080]La critique est parfois aisée...mais l'on ignore souvent qu'une "Maison de Parti" se situe à proximité de chez soi. [/COLOR][/B]

    [B][COLOR=#000080]La franc-maçonnerie...une secte pour certains, un symbole de puissance pour d'autres...le principe "A la Gloire du Plus Grand Architecte de l'Univers" enfin....Qu'importe...le passé est le passé ! Seul l'avenir compte ! [/COLOR][/B]
    [B][COLOR=#000080][/COLOR][/B]
    [B][COLOR=#000080]Tous mes voeux accompagnent mon cher Etat Tunisien en 2009 ! [/COLOR][/B]
    [B][I][COLOR=#556b2f][CENTER]Dura Lex, Sed Lex

    [/CENTER]
    [/COLOR][/I][/B]

  13. #13
    Confirmé
    Date d'inscription
    Mar 2005
    Messages
    320
    Citation Envoyé par Rasta Voir le message
    non ça c'est un fake l'histoire de Hached, c'était vraiment pas Bourguiba. (Je parle en connaissance de cause)
    L'une des grandes hypothèses :

    [B]Farhat Hached fut assassiné par un rival ou des rivaux tunisiens[/B]

    La vengeance est une motivation à laquelle on doit donner l’attention la plus prudente dans les circonstances actuelles. Durant ces 38 ans de vie, Hached est sorti de l’obscurité vers une position prééminente dans son pays. De docker anonyme et chauffeur de car à la position de principal conseiller du souverain, une telle ascension ne peut pas être accomplie sans engendrer des amertumes personnelles et inimités, particulièrement à la dure école du syndicalisme ouvrier. Depuis l’arrestation de Habib Bourgiba, le haut commandement du Néo-Destour a été de plus en plus insatisfait de voir Hached négliger progressivement ses responsabilités syndicales (il était Secrétaire Général de cette organisation) au profit d’un engagement en politique. En même temps, le « Conseil des Quarante » du Bey, duquel il était un membre de premier plan, était composés de niveaux économiques et sociaux trop divers pour continuer à fonctionner harmonieusement assez longtemps. Enfin, l’ambitieux, grossier, peu scrupuleux et pas très intelligent Prince Chedly avait, pendant un temps, regardé l’influence grandissante de Hached sur le Bey d’un mauvais œil.

    Les ingrédients d’une vengeance à l’oriental sont tous présents pour appuyer cette théorie.
    Par :

    G. Lewis Jones
    Consul Général Américain

    Copies envoyées à :
    Ambassade américaine, Paris
    Consulat Général américain, Alger
    Consulat américain, Rabat

  14. #14
    Utilisateur exclu
    Date d'inscription
    Oct 2007
    Localisation
    Whiskey Peak
    Messages
    1 475
    Citation Envoyé par Rasta Voir le message
    non ça c'est un fake l'histoire de Hached, c'était vraiment pas Bourguiba. (Je parle en connaissance de cause)
    Juste parce que ça peut lever les accusations qui pesent sur la France et ses groupes armes, je suis contre cette hypothèse!

    Citation Envoyé par Rasta Voir le message
    Sinon Bourguiba c'est une légende, il est dans l'Histoire. Il a bien merdé les dernières années allah ghaleb ou yahdih. Il n'y a de parfait qu'Allah mais Bourguiba a excellé dans ses manoeuvres politiques et surtout c'était un grand patriote.

    Oui, Bourguiba croyait en La Tunisie et il avait raison, en voyant le résultat après on ne peut que l'approuver, dommage qu'il ait merdé ses dernières années comme tu l'as dit, mais c'est une coutume chez nous, il avait si bien commencé!

  15. #15
    Conseiller aux Admins
    Date d'inscription
    Jan 2004
    Localisation
    Paris - Sousse
    Messages
    7 680
    Rasta fake ou pas mes grands parents m'en parlait mais mes parents aussi, bon nombre de tunisien habitant généralement au sahel disent que Bourguiba a joué un rôle qu'il soit petit ou grand dans la mort de ben youssef et de Hached. Après ce n'est qu'une hypothèse, ils sont déjà tous mort que dieu aie pitié de leurs âmes.

    Bref, il a certainement merdé à la fin de sa vie politique (emeute du pain à titre d'exemple) mais bon c'est humain
    [SIZE=3][RIGHT][FONT=tahoma][COLOR=#4b0082]
    [/COLOR][/FONT][/RIGHT]
    [CENTER] ملئ السنابل تنحني بتواضع، والفارغات رؤوسهن شوامخ[/CENTER]
    [/SIZE][SIZE=1][RIGHT][/RIGHT]
    [/SIZE][SIZE=1][RIGHT]
    [/RIGHT]
    [/SIZE][SIZE=1][RIGHT]
    [/RIGHT]
    [/SIZE][RIGHT][SIZE=1][FONT=tahoma]
    [/FONT]
    [/SIZE][/RIGHT]
    [RIGHT][SIZE=1]
    [/SIZE][/RIGHT]

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38