+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 4 sur 4

Discussion: réponse a hanzu

          
  1. #1
    Utilisateur exclu
    Date d'inscription
    Apr 2008
    Messages
    213

    réponse a hanzu

    [COLOR=black][FONT=Verdana]
    Citation Envoyé par hanzukik Voir le message
    -Vous n'avez pas encore repondu a mes 3 questions
    [/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Je vais essayer d’y répondre de la manière la plus rigoureuse possible.[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]
    Citation Envoyé par hanzukik Voir le message
    -Sachant que les haplogroupes j et e sont presentes chez les turcs grecs somaliens arabes egyptiens et berberes comment peut on savoir l'origine d'un individu par ce haplogroupe?[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]
    [/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Connaitre l’origine d’une personne se fait de plusieurs manières. Tout d’abord l’haplogroupe permet dans un premier temps de situer la personne.[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Le degré d’erreur peut être important, mais l’objectif est de le minimiser.[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Il faut comprendre qu’il y a d’un point de vue géographique une certaine continuité génétique sauf quand une barrière naturelle intervient : mer, hautes montagnes, etc… il existe un indicateur de continuité génétique qui s’appelle le gradient.[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Le gradient est un outil mathématique que l’on utilise dans l’étude des champs (champs thermique, électromagnétique, tout ce que vous voulez).[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Le gradient est la variation de la distance génétique en fonction de la distance géographique.[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Or il se trouve que les études génétiques réalisées sur l’Afrique du nord, ne décèle pas réellement de barrière importante entre nos trois pays : Maroc, Algérie et Tunisie (et même Lybie). Les deux barrières importantes (discontinuité du gradient génétique) sont au niveau du détroit de Gibraltar, et à l’est de la Lybie.[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Donc d’après ceci on peu conclure que le peuplement de l’Afrique nord ne présente pas de discontinuité génétique, donc les E3b présents en Algérie, en Tunisie et au Maroc ont la même source. (je suis en train de construire un diagramme de distance génétique E3b à partir des données du Ysearch au format Excel, je le transferai plus tard sur ce forum et vous comprendrez ce que je veux dire).[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Or le Maroc n’a jamais été conquis par les turcs, donc les E3b marocains sont d’origine autochtone (berbère si vous voulez) donc il en est de même pour les E3b Tunisiens et algériens. (surtout que toutes les études confirment que localement la distinction génétique entre berbères et arabes au Maghreb n’existent pas, donc si les arabes maghrébins sont d’origine arabe il devrait en être de même pour les berberes, ce qui n’est pas du tout cohérent).[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]
    Citation Envoyé par hanzukik Voir le message
    -Pkoi il n'y a aucun vestige berbere d'aucun village ou ville berbere(a la difference des phenicines romains et byzantins)ou empire ou royaume berbere?[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]-Pkoi les sources(dont wikipedia)estiment que les berberes vivaient plutot de la transhumance et non de l'agriculture.
    [/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Quelles sont vos sources ?[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Comment les berberes auraient pu être tous nomades quand on sait que la numidie par exemple était le grenier de Rome ? mais il est sur qu’une partie importante des berberes étaient nomades à l’époque (peut etre els ancetres des zenetes), en fait les tribus berbères étaient adaptées à la géographie, celles proches du désert étaient nomades et celles des plaines étaient sédentaires (comme c’était encore le cas avant la colonisation). D’ailleurs les populations vivant dans des régions semi-désertiques sont condamnés a la vie nomade car leur économie n’est pas suffisamment productive (c’est le cas dans toutes les régions du monde).[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Relisez Strabon … ils parlent de plusieurs villes rien que dans l’antique Maroc or le maroc (ancienne mauritanie) était le pays le moins connu a l’époque. Les comptoirs phéniciens étaient des villes berberes avant leur occupation phénicienne comme leur nom l’indique d’ailleurs : Tanger par exemple.[/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [COLOR=black][FONT=Verdana]Voici un petit extrait : [/FONT][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [I][COLOR=black][FONT=Verdana]« "...et passons aux détails en commençant notre description par la région la plus occidentale, qui se trouve être en même temps la plus célèbre.
    Les peuples qui l'habitent sont appelés Maurusii par les Grecs, Mauri par les Romains et par les indigènes : ils sont d'origine libyque et forment une nation puissante et riche en regard des Ibères, dont ils ne sont séparés que par un bras de mer, le fameux détroit des colonnes d'Hercule si souvent cité dans le présent ouvrage. Une fois hors du détroit, si l'on gouverne à gauche, on voit se dresser sur la côte de Libye une haute montagne, l'Atlas des Grecs, le Dyris des Barbares. Un contrefort de cette montagne forme en s'avançant dans la mer, l'extrémité occidentale de la Maurusie : c'est ce qu'on appelle les Côtes. Tout près de ce cap, mais un peu au-dessus de la mer, est une petite ville connue des Barbares sous le nom de Trinx et qui est appelée Lynx dans Artémidore, Lixus dans Eratosthène. A cette ville correspond de l'autre côté du détroit la ville de Gadira et le trajet de l'une à l'autre de ces villes mesure 800 stades, tout juste autant que la distance de chacune d'elles au détroit des Colonnes. Lixus et le cap des Côtes sont bordés au midi par le golfe Emporique, ainsi nommé parce qu'il renferme en effet plus d'un emporion ou établissement de commerce phénicien. Toute la côte qui fait suite à ce golfe est sinueuse et découpée, mais si l'on veut bien, étant donnée la figure triangulaire que nous tracions tout à l'heure, faire abstraction par la pensée de toutes les parties saillantes ou rentrantes de cette côte, on concevra aisément que c'est dans la direction du sud-est que le continent libyque reçoit sa plus grande extension. La chaîne de montagnes qui traverse toute la Maurusie depuis le cap des Côtes jusqu'aux Syrtes est habitée par les Maurusii, qui occupent de même les premières pentes des autres chaînes parallèles à celle-là ; mais plus avant dans l'intérieur, la montagne n'est plus habitée que par les Gétules, la plus puissante des nations libyques."

    [/FONT][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][FONT=Verdana]"...Il est un point cependant sur lequel tous les témoignages s'accordent, c'est que la Maurusie, à l'exception de quelques déserts peu étendus, ne comprend que des terres fertiles et bien pourvues de cours d'eau et de lacs. Ajoutons qu'elle est très boisée, que les arbres y atteignent une hauteur prodigieuse et que toutes les productions du sol y abondent.
    Ces belles tables d'un seul morceau, notamment, si nuancées de couleurs et de dimensions si énormes, c'est la Maurusie qui les fournit à Rome. Les fleuves qui l'arrosent nourrissent, dit-on, des crocodiles, comme le Nil, et toutes les mêmes espèces d'animaux que l'on trouve dans le Nil. Quelques auteurs vont jusqu'à croire que les sources du Nil sont voisines des extrémités de la Maurusie.
    On parle aussi de sangsues qu'on n'y pêcherait que dans une certaine rivière et qui, longues de 7 coudées, auraient pour respirer des branchies percées de part en part. Autres détails à joindre aux précédents : le pays produit soi-disant une espèce de vigne tellement grosse, que deux hommes ont de la peine à en embrasser le tronc et que les grappes qu'elle donne mesurent presque une coudée ; toutes les herbes, de plus, y sont très hautes ; tel est le cas aussi de certaines plantes potagères, comme voilà l'arum et le dracontium ; enfin les tiges des staphylinus, des hippomarathus et des scolymus ont jusqu'à 12 coudées de hauteur avec un diamètre de 4 palmes.
    Dans un pays aussi plantureux, les serpents, les éléphants, les gazelles, les bubales et autres animaux semblables, les lions, les léopards naturellement abondent, on y signale aussi la présence d'une espèce de belette ayant exactement même taille et même figure que le chat, si ce n'est que son museau est plus proéminent ; enfin il s'y trouve une quantité innombrable de singes, comme l'atteste Posidonius, qui raconte que, jeté sur la côte de Libye pendant sa traversée de Gadira en Italie, il y vit dans un bois qui bordait le rivage une multitude de ces animaux, les uns-montés dans les arbres, les autres assis à terre, et dans le nombre des femelles tenant leurs petits et leur donnant à téter, et que le spectacle de ces mamelles pendantes, de ces têtes chauves, de ces descentes et de mainte autre infirmité exhibée avec complaisance, lui parut singulièrement réjouissant."

    [/FONT][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][FONT=Verdana]"...Au-dessus de la Maurusie, sur la mer Extérieure, est le pays des Ethiopiens occidentaux, qui, dans sa plus grande partie, n'est à proprement parler qu'un désert, peuplé surtout (c'est Hypsicrate qui le dit) de girafes, d'éléphants et de rhizes, animaux, qui, avec l'encolure des taureaux, ont les habitudes, la taille et l'ardeur belliqueuse des éléphants. Hypsicrate parle aussi de serpents énormes à qui l'herbe pousse sur le dos. Il ajoute que le lion dans ce désert attaque le petit de l'éléphant, mais le lâche à l'approche de la mère, après l'avoir mis tout en sang ; que la mère, quand elle voit son petit ainsi couvert de sang, l'achève ; que le lion revient alors, et que, trouvant sa victime étendue à terre, il dévore son cadavre. Hypsicrate raconte encore comment Bogus, roi de Maurusie, à la suite d'une expédition heureuse contre les Ethiopiens occidentaux, envoya à sa femme en présent des cannes semblables à celles que produit l'Inde, mais tellement grosses que chaque noeud pouvait avoir la capacité de huit cheenices. Il y avait joint des asperges également énormes..."[/FONT][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][FONT=Verdana]"...En remontant, maintenant, vers la mer Intérieure, on voit se succéder à partir de Lynx les villes de Zélis et de Tiga, les Tombeaux des Sept frères, et un peu au-dessus de la côte le mont Abyla, rempli de bêtes féroces et couvert de grands arbres.
    On prétend que le détroit des Colonnes a 120 stades de longueur et, là où il est le plus resserré, près d'Eléphas, 60 stades de largeur. Après s'y être engagé, on relève [sur la côte de Libye] un certain nombre de villes et de cours d'eau jusqu'au fleuve Molochath, qui sert de limite entre le territoire des Maurusii et celui des Masaesylii.
    Le nom de Metagonium désigne à la fois un grand promontoire voisin de l'embouchure de ce fleuve, un canton aride et pauvre, et, à la rigueur, toute la chaîne de montagnes qui part des Côtes et se prolonge jusqu'ici. La distance du cap des Côtes à la frontière des Masaesylii représente une longueur de 5000 stades.
    Le point qui correspond le plus exactement au cap Métagonium de l'autre côté du détroit est Carthage-la-Neuve, et Timosthène se trompe quand il dit que c'est Massilia. La traversée depuis Carthagela-Neuve jusqu'à Métagonium est de 3000 stades en ligne droite et de Carthage-la-Neuve à Massilia il y a encore un trajet de 6000 stades à faire le long de la côte..."[/FONT][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][FONT=Verdana]" ...Située juste à la même distance de Calpé que Gadira, Malaca est l'emporium ou le marché que fréquentent de préférence les peuples numides de la côte opposée. "[/FONT][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][FONT=Verdana]"... Au reste, on peut dire que les Maurusii, les Masaesylii leurs voisins les plus proches, et tous les peuples compris sous la dénomination commune de Libyens, ont les mêmes armes, le même équipement, et en général toutes les mêmes habitudes. Ils se servent tous, par exemple, des mêmes petits chevaux, si vifs, si ardents, et avec cela si dociles, puisqu'ils se laissent conduire avec une simple baguette.
    On leur passe au cou [pour la forme] un harnais léger, en coton ou en crin, auquel est attachée la bride, mais il n'est pas rare d'en voir qui suivent leurs maîtres comme des chiens, sans qu'on ait même besoin d'une longe pour les tenir en laisse..."[/FONT][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][FONT=Verdana]Le petit bouclier rond en cuir est commun aussi à tous ces peuples, et il en est de même du javelot court à fer plat, de la tunique lâche à larges bandes, et de la peau de bête dont j'ai parlé, agrafée par-dessus cette tunique, et qui peut servir de plastron ou de cuirasse.
    Les Pharusii et les Nigrètes qui habitent au-dessus des Maurusii dans le voisinage des Ethiopiens occidentaux sont, en outre, comme les Ethiopiens eux-mêmes, d'habiles archers. Ajoutons que l'usage des chars armés de faux leur est familier. Les Pharusii communiquent bien encore, mais à de rares intervalles, avec les Maurusii. Ils suspendent alors, pour la traversée du désert, des outres d'eau sous le ventre de leurs chevaux.
    Dans une autre direction, ils poussent jusqu'à Cirta à travers toute une région de marais et de lacs. Quelques-unes de leurs tribus vivent, dit-on, sous terre, à la façon des Troglodytes, dans des trous creusés exprès..."[/FONT][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][/COLOR][/I]
    [I][COLOR=black][FONT=Verdana]"...Au territoire des Maurusii succède celui des Masaesylii, qui part du fleuve Malochath et finit au cap [Trêtum] limite commune des Masaesylii et des Masyliaei. Il y a 6000 stades du cap Métagonium au cap Trêtum. Quelques auteurs réduisent un peu cette distance..." »[/FONT][/COLOR][/I]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [COLOR=black][/COLOR]
    [FONT=Times New Roman][/FONT]

  2. #2
    Utilisateur exclu
    Date d'inscription
    Apr 2008
    Messages
    1
    Mais tu n'a pas explique pkoi les arabes du moyent orient et les somaliens aussi ont le haplotype E3B
    Et tu n'as pas explique ou sont passes alors les au moins 50 millions d'arabes du maghreb qui ont emigre ici

  3. #3
    Utilisateur exclu
    Date d'inscription
    Apr 2008
    Messages
    1
    Mr maroc maghreb est ce que tu as ait une nalayse genetique pour tous les 80 millions habitants dumaghreb un par un
    Et qu'en est il des libyens qui sont des sulaymites a 95%et autres arabes
    Sans oublier que ce haplotype E3B se trouve aussi pari les somaliens et les arabes du moyent orient
    Aussi l'ehnie est la culture et lalangue mere
    L'ecrasante majorite des berberes sont devenus arabes.
    Et ceux restes berberes sont nos freres e nous sommes fiers parnotre heritage berbere.
    Et meme le diable ne pourra nous diviser de nos freres alrs les missionnaires et sionistes n'ont aucune chance de le aire.

  4. #4
    Utilisateur exclu
    Date d'inscription
    Apr 2008
    Messages
    213
    Citation Envoyé par pier Voir le message
    Mais tu n'a pas explique pkoi les arabes du moyent orient et les somaliens aussi ont le haplotype E3B
    Et tu n'as pas explique ou sont passes alors les au moins 50 millions d'arabes du maghreb qui ont emigre ici
    50 millions d'arabes auraient selon toi émigré au maghreb.
    la discussion ne vole plus au raz des paquerettes, elle décapite les taupes :-)

    Citation Envoyé par jogo Voir le message
    Mr maroc maghreb est ce que tu as ait une nalayse genetique pour tous les 80 millions habitants dumaghreb un par un
    Et qu'en est il des libyens qui sont des sulaymites a 95%et autres arabes
    Sans oublier que ce haplotype E3B se trouve aussi pari les somaliens et les arabes du moyent orient
    Aussi l'ehnie est la culture et lalangue mere
    L'ecrasante majorite des berberes sont devenus arabes.
    Et ceux restes berberes sont nos freres e nous sommes fiers parnotre heritage berbere.
    Et meme le diable ne pourra nous diviser de nos freres alrs les missionnaires et sionistes n'ont aucune chance de le aire.
    nous sommes la pour discuter d'histoire et non pas pour polémiquer.
    je suis personnellement francais et fier de l'être, vos histoires de division ne me concerne pas.
    Dernière modification par Rasta ; 10-04-2008 à 18h58. Motif: Cliquer sur "Editer" à l'avenir, pour éviter double posts

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38