[B]Les enfants mémorisent leur mer, la Tunisie[/B]

[B]Suite à un article de presse paru dans une grande magasine internationale, au sujet des réalisations culturelles et artistiques de l’action mémoire de la mer Zarzis, que le professeur d’éducation civique Si Bouagila, au collège de Zarzis ville, a repris dans ses cours, tests et devoirs, les élèves ont demandé à connaitre et rencontrer le personnage de cette action écologique. Malgré le fait que le musée de cette action est ouvert depuis quelques années et juste à quelques kilomètres dans la région touristique, la majorité des enfants n’en ont jamais entendu parler ni eu l’occasion de le visiter. Pourtant plusieurs groupes d’élèves des écoles primaires, ont été dans cet espace artistique et ont tissé une relation éthique et esthétique avec ses lectures et idées acquises. Ils sont venus de l’école de Hassi Jerbi, l’école de Sangho, l’école de Souihel, le collège de Souihel, l’école Oued Abdenbi, l’école des filles, l’école de Ksar ouled said, l’école de Ras dhahra, l’école d’El Mouansa, l’école de Hamadi el guebli, … ainsi que plusieurs groupes d’élèves excursionnaires de l’intérieur du pays….avec bien sûr une entrée gratuite pour tout le monde et quelques fois ils repartent aussi avec des cadeaux en objets de la mer, des poèmes ou la copie du film « sacrées bouteilles ». [/B]
[B] A propos du film, c’était la base de notre introduction aux débats en classe et les élèves du collège eurent droit à une jubilation intellectuelle et comportementale magnifiques. J’ai commencé par les saluer personnellement tout en insistant sur leur individualité, leur intégrité, leur self-estime, … afin de relativiser l’unanimisme en vigueur et la lecture de quelques poèmes à la façon de jacques Prévert, avait aussi laissé les enfants en halène et suspendu à ce prestigidateur des idées et des images. Avec des gesticulations, mimétiques et présence physique, j’ai hypnotisé mes auditeurs vers un flottement collectif entre le rêve et le bonheur de vivre, mais ça m’a permis aussi de constater combien le travail des professeurs et instits est difficile et exténuant.[/B]
[B] Ainsi, dés que j’ai amèrement décidé, faute de sponsor, de soutien et de ressources, de déconstruire le musée, et agir plutôt dans le sens de parvenir aux gens là où ils sont, j’ai tout de suite pensé aux élèves de ce collège pour faire un assemblage géant dans la cour de leur établissement scolaire. C’était une décision arbitraire vis-à-vis des autres écoles, mais ceux là étaient plus âgés et capables d’assimiler les dimensions de cette action écologique. Bien sur, j’ai bien veillé à les faire participer et n’ai rien dicté, juste un accompagnement actif, lors du remplissage des bouteilles en eau pour en constituer la mer, l’ajustement de la grosse corde de grands bateaux pour faire les contours du territoire Tunisien, le placement juste en fonction de la taille des trente trois boules flotteurs pour en signaler l’emplacement des villes du pays, des cordelettes pour les îles, des cordons « bleus » pour la rivière Medjerda et le chott el Djérid, de grosses bouteilles verticales pour les ressources en eau de Zaghouan et Koutine… et l’assemblage de cette configuration artistique s’est passé dans la joie tout en soulignant le devoir de participer à construire son bled et consolider nos acquis millénaires, tout en espérant que cette belle construction virtuelle et « fétichiste » aurait un impact positif sur la mémoire des jeunes pour un beau pays et un monde meilleur.[/B]
[B] C’était aussi une occasion festive pour les élèves, leurs encadreurs et même la Radio Tataouine avait repris l’événement dans ses news et dans d’autres programmes, en tant qu’initiative d’ouverture des établissements scolaires sur leur environnement entre le collège de Zarzis-ville et « l’action Mémoire de la mer et de l’homme Zarzis ». Cet événement a été aussi le résultat d’un concours de circonstances, d’un cumul de contact et discussions et aussi à l’occasion du mois de l’environnement, malgré que l’artiste initiateur, Lihidheb mohsen, est à pied d’œuvre tout au long de l’année pour le nettoyage des plages, le recyclage artistique et la prédication écologique sur le net, à la Radio et les journaux, sans catastrophisme ni revendication.[/B]
[B] Lors de la fête scolaire de la fin de l’année, les parents ont eu l’occasion de constater l’œuvre dans la cour du collège et les élèves en étaient fiers et leur expliquaient avec un grand sérieux, la signification des formes et l’origine des objets tout en prenant des photos souvenirs. La configuration est encore dans la cour de l’école, pendant toutes les vacances de l’été, pour la recomposer une deuxième fois par d’autres élèves, d’autres patriotes, dans d’autres endroits de notre cher pays, la Tunisie verte, la Tunisie de la civilisation humaine, la Tunisie de l’authenticité et de l’ouverture, la Tunisie de la paix et celle des générations futures.[/B]

[B] Lihidheb mohsen éco artiste[/B]
[B] 4170 Zarzis 18.08.09[/B]
[B] [URL]http://art.artistes-sf.org/mohsen[/URL][/B]
[B] [URL="http://boughmiga.skyblog.com/"]http://boughmiga.skyblog.com[/URL][/B]