+ Répondre à la discussion
Page 2 sur 2 PremièrePremière 12
Affichage des résultats 16 à 22 sur 22

Discussion: langage des différentes régions de la Tunisie

          
  1. #16
    Actif
    Date d'inscription
    Aug 2007
    Localisation
    Le 6 zéro
    Messages
    2 431
    J'y crois pas trop, avec un substrat berbere, des emprunts au berbere, francais, latin, etc je ne crois pas qu'il soit plus proche de l'arabe litteraire que les dialectes du Golfe par exemple.

    Je pense que c'est vrai parmi les dialectes maghrebins.

  2. #17
    Confirmé
    Date d'inscription
    Feb 2014
    Messages
    193
    [FONT=palatino linotype]C'est vrai que c'est dommage et pas très beau de parler francarabe[/FONT]

  3. #18
    Nouveau
    Date d'inscription
    Apr 2014
    Localisation
    Tunis
    Messages
    67
    Je ne suis pas une excellente référence ne ce qui concerne l'attachement aux racines, surtout quand ceci frôle le chauvinisme voir le fanatisme ...
    Ceci dit je n'ai absolument aucun problème à voir le dialecte tunisien s'enrichir de lexèmes étrangers.
    Toutes les langues qui ont su passer l'épreuve de l'histoire sont restées ouvertes à l'emprunt des vocables qui lui manquaient.
    Ceci est vrai pour l'arabe littéraire qui a su s'enrichir d'une partie du vocabulaire scientifique et commercial des civilisations que l'empire islamique a "absorbé" ou dont il a hérité les savoirs (persan, latin, grec ...).
    D'ailleurs cette même langue a sur rendre la pareille, quand l'occident, renaissant, a lui même puisé des mots dans l'arabe littéraire pour combler son vide lexical ...
    Alors si ceci fût une nécessité pour l'arabe ou le latin, pourquoi ne pas le tolérer pour un dialecte comme le tunisien, qui par définition est déjà un vrai melting-pot !

    Pour conclure, et je crois que le problème est là : si un malaise subsiste quand même par rapport à, ça parmi les uns ou les autres, c'est en partie parce qu'on dirait que le français s'impose au dialecte tunisien, comme par conséquence de l'hégémonie occidentale sur le reste du monde (dont la Tunisie). Ceci nous rappelle quelque part notre "impuissance" face à cet occident triomphant, qui en arrive jusqu'à "infecter" notre parler ...
    Pour ceux qui consciemment ou inconsciemment font cette réflexion j'ai un fait et une petite consolation: le fait est que le remède à notre décadence ne réside pas dans la langue mais plutôt dans les valeurs (qui certes sont aussi véhiculées par la langue). Changeons et notre langue changera en conséquence ...
    La petite consolation est qu'une revanche linguistique est déjà en cours et ce depuis le temps des pieds noirs : observez comment le dialecte français (ou langage familier) s'imprègne aussi et de plus en plus des dialectes maghrébins ...

  4. #19
    Veteran Marhba
    Date d'inscription
    Mar 2007
    Messages
    5 880
    [FONT=Times New Roman][SIZE=3]J'ai pas vraiment l'impression que le français s'imprègne du maghrébin plus que ça. Même si des mots peuvent apparaître dans certaines expressions, c'est plutôt rare. De plus les français contrairement aux arabes n'écrivent pas leur langue avec un alphabet étranger...
    [/SIZE][/FONT]

  5. #20
    Fidèle
    Date d'inscription
    Apr 2006
    Localisation
    au soleil
    Messages
    4 981
    Citation Envoyé par Kempo Voir le message
    [FONT=Times New Roman][SIZE=3]J'ai pas vraiment l'impression que le français s'imprègne du maghrébin plus que ça. Même si des mots peuvent apparaître dans certaines expressions, c'est plutôt rare. De plus les français contrairement aux arabes n'écrivent pas leur langue avec un alphabet étranger...
    [/SIZE][/FONT]

  6. #21
    Nouveau
    Date d'inscription
    Apr 2014
    Localisation
    Tunis
    Messages
    67
    Citation Envoyé par Kempo Voir le message
    [FONT=Times New Roman][SIZE=3]J'ai pas vraiment l'impression que le français s'imprègne du maghrébin plus que ça. Même si des mots peuvent apparaître dans certaines expressions, c'est plutôt rare.[/SIZE][/FONT]
    C'est toujours le rapport des forces qui oriente sensiblement le sens de l'échange. L'arabe était la langue du plus fort (10ème, 11ème siècle AJC) et même s'il a intégré quelques lexèmes du persan ou du grec ancien, les autres ethnies (envahies et islamisées) ont du faire l'effort d'apprendre l'arabe et de le marier avec leurs propres langages pour pouvoir évoluer au sein de l'empire. Un peu plus tard (15ème, 16ème et 17ème siécles) c'était au tour du latin et de ses langues dérivés d'intégrer l'arabe pour pouvoir rien qu'exprimer des notions scientifiques absentes dans les premiers. Ce qui s'est passé après la colonisation est donc compréhensible: les dialectes maghrébins ont du inévitablement s'ouvrir à la langue du plus fort, mais le français aussi a du y puiser des lexèmes nouveaux. Ceci continue de nos jours, "l'argo" maghrébin s'impose en France comme langue "du plus fort" : on est branché quand on parle comme les banlieusards, ceux qui "cassent la gueule du petit blanc"
    Pour avoir vécu plusieurs années d'affilé en France et à deux périodes distinctes, je peux t'assurer que le phénomène est certes beaucoup moins important que ce que le français a fait au dialecte algérien, mais qu'il ne cesse de prendre de l'ampleur ...

    Citation Envoyé par Kempo Voir le message
    [FONT=Times New Roman][SIZE=3]De plus les français contrairement aux arabes n'écrivent pas leur langue avec un alphabet étranger...
    [/SIZE][/FONT]
    Ça c'est une autre affaire ! Oui les plus puristes diront que c'est une menace pour l'identité, encore plus importante que le fait de mixer son parler avec ceux de pays riverains (ils citeront l'exemple de la Turquie et de Kamal Ataturk) ... Cependant la aussi, il y a d'abord, une explication et en plus je ne trouve pas ça si grave. D'abord la vague de l'arabe écrit en langage SMS latinisé est d'abord du à Internet et plus tard aux téléphones. Le problème c'est que le clavier arabe était soit pas disponible du tout, soit tellement compliqué à mettre en place pour un néophyte. Plus tard quand les configurations de clavier arabe sont devenues plus accessibles, les gens continuaient à les ignorer, tout simplement parce qu'il étaient moins entraînés à les utiliser : je suis informaticien depuis l'âge de 12 ans et j'ai toujours autant de mal à être aussi efficace à taper en arabe qu'en latin (d'ailleurs heureusement que ce genre de solutions existe [URL]http://www.google.com/intl/ar/inputtools/try/[/URL] ).
    Pourquoi je trouve que ce n'est pas aussi grave ? Parce que cela au moins laissé la place à de la créativité: l'invention de caractères spécifiques pour les sons existants en arabe et absents du latin ...
    Et franchement je préfère de loin que l'on utilise la technologie en sacrifiant l'alphabet arabe, que de ne pas l'utiliser du tout et d'encaisser d'avantage de retard ...

    Pour revenir au vif du sujet ... le problème n'est pas vraiment là ! Ce qui a l'air de déranger n'est que l'effet d'une cause qu'il faudrait plutôt analyser et attaquer. Il faudrait que l'arabe soit porteur d'une culture dont les autres voudraient pour que le phénomène s'inverse. Malheureusement cette langue (l'arabe et ses dérivés) est morte (depuis longtemps) d'un point de vue scientifique, elle ne répond plus au besoin du quotidien (qui part en vrille exponentiellement de seconde en seconde) et le pire c'est son association avec une religion qui ne renvoie que du négatif depuis des siècles déjà ... Vous voyez donc le nombre de choses à changer avant de prétendre vouloir résoudre le problème de la francisation des dialectes maghrébins ?
    En attendant je préfère m'ouvrir à l'autre et essayer du gagner du terrain au lieu de m'enfermer dans ma coquille et accuser d'avantage de retard.

  7. #22
    Veteran Marhba
    Date d'inscription
    Mar 2007
    Messages
    5 880
    Citation Envoyé par 1881 Voir le message
    C'est toujours le rapport des forces qui oriente sensiblement le sens de l'échange. L'arabe était la langue du plus fort (10ème, 11ème siècle AJC) et même s'il a intégré quelques lexèmes du persan ou du grec ancien, les autres ethnies (envahies et islamisées) ont du faire l'effort d'apprendre l'arabe et de le marier avec leurs propres langages pour pouvoir évoluer au sein de l'empire. Un peu plus tard (15ème, 16ème et 17ème siécles) c'était au tour du latin et de ses langues dérivés d'intégrer l'arabe pour pouvoir rien qu'exprimer des notions scientifiques absentes dans les premiers. Ce qui s'est passé après la colonisation est donc compréhensible: les dialectes maghrébins ont du inévitablement s'ouvrir à la langue du plus fort, mais le français aussi a du y puiser des lexèmes nouveaux. Ceci continue de nos jours, "l'argo" maghrébin s'impose en France comme langue "du plus fort" : on est branché quand on parle comme les banlieusards, ceux qui "cassent la gueule du petit blanc"
    Pour avoir vécu plusieurs années d'affilé en France et à deux périodes distinctes, je peux t'assurer que le phénomène est certes beaucoup moins important que ce que le français a fait au dialecte algérien, mais qu'il ne cesse de prendre de l'ampleur ...
    [FONT=Times New Roman][SIZE=3]Bien que je partage ton constat sur le rapport du "dominant"-"dominé" , je reste encore sceptique quant à l'influence du maghrébin sur le français. Pour ma part j'ai toujours vécu en France, et l'argo maghrébin c'est généralement les jeunes des banlieues ou ceux qui les fréquentent qui l'utilisent. Mais pour le reste, je persiste à dire que le français est encore assez résistant. Les français c'est trèèès rare qu'ils emploient [U]quotidiennement[/U] de l'argo maghrébin dans leur langage. Enfin vu le climat international et politique actuel, je ne pense pas que parler de cette manière devienne populaire et tendance.
    [/SIZE][/FONT]


    Citation Envoyé par 1881 Voir le message
    Ça c'est une autre affaire ! Oui les plus puristes diront que c'est une menace pour l'identité, encore plus importante que le fait de mixer son parler avec ceux de pays riverains (ils citeront l'exemple de la Turquie et de Kamal Ataturk) ... Cependant la aussi, il y a d'abord, une explication et en plus je ne trouve pas ça si grave. D'abord la vague de l'arabe écrit en langage SMS latinisé est d'abord du à Internet et plus tard aux téléphones. Le problème c'est que le clavier arabe était soit pas disponible du tout, soit tellement compliqué à mettre en place pour un néophyte. Plus tard quand les configurations de clavier arabe sont devenues plus accessibles, les gens continuaient à les ignorer, tout simplement parce qu'il étaient moins entraînés à les utiliser : je suis informaticien depuis l'âge de 12 ans et j'ai toujours autant de mal à être aussi efficace à taper en arabe qu'en latin (d'ailleurs heureusement que ce genre de solutions existe [URL]http://www.google.com/intl/ar/inputtools/try/[/URL] ).
    Pourquoi je trouve que ce n'est pas aussi grave ? Parce que cela au moins laissé la place à de la créativité: l'invention de caractères spécifiques pour les sons existants en arabe et absents du latin ...
    Et franchement je préfère de loin que l'on utilise la technologie en sacrifiant l'alphabet arabe, que de ne pas l'utiliser du tout et d'encaisser d'avantage de retard ...

    Pour revenir au vif du sujet ... le problème n'est pas vraiment là ! Ce qui a l'air de déranger n'est que l'effet d'une cause qu'il faudrait plutôt analyser et attaquer. [B][U]Il faudrait que l'arabe soit porteur d'une culture dont les autres voudraient pour que le phénomène s'inverse[/U][/B]. Malheureusement cette langue (l'arabe et ses dérivés) est morte (depuis longtemps) d'un point de vue scientifique, elle ne répond plus au besoin du quotidien (qui part en vrille exponentiellement de seconde en seconde) et le pire c'est son association avec une religion qui ne renvoie que du négatif depuis des siècles déjà ... Vous voyez donc le nombre de choses à changer avant de prétendre vouloir résoudre le problème de la francisation des dialectes maghrébins ?
    En attendant je préfère m'ouvrir à l'autre et essayer du gagner du terrain au lieu de m'enfermer dans ma coquille et accuser d'avantage de retard.
    [FONT=Times New Roman][SIZE=3]Tout à fait d'accord avec ce qui est en gras.
    Mais nous sommes dans un cercle vicieux, les gens ont moins d'aisance à s'exprimer en arabe littéraire qu'en français, à comprendre des matières comme les maths / physique. Les dégâts sont là, à partir du moment que tu préfères employer la langue de l'autre, que tu te sens plus à l'aise et y trouve plus d'aisance , ce n'est plus un enrichissement mais une assimilation. La mondialisation est un rouleau-compresseur qui n'épargnera pas les plus faibles / fragiles. Toutes les nations dominantes sont des nations qui ont une langue solide constituant son socle d'expression / éducation. Tout est une question de mentalité et d'état d'esprit.[/SIZE][/FONT]

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38