+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 5 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 75

Discussion: Zarzis, Oasis maritime

          
  1. #1
    Confirmé
    Date d'inscription
    Feb 2008
    Messages
    367

    Zarzis, Oasis maritime

    Zarzis, cet oasis maritime.

    Chaque ville dans le monde a son propre charme, ses particularités, son histoire et son parcours, mais, la ville de Zarzis, cet oasis maritime du sud Tunisien, a réussi à prétendre à toutes les particularités et valeurs susceptibles d’offrir à ses habitants et aux passagers à travers l’histoire, un havre de paix, de richesse et de durabilité.
    Capitale incontestable de l’homme primitif, qui y trouva la sécurité et l’opulence, les restes d’œufs d’autruche, les silex, les fléchettes, les tessons, la numismatique ancienne, les ruines puniques et romaines de Ziane, de Hinchir el Kalakh, les ksars de chaque tribu, les oliviers millénaires…témoignent d’une constance de bien être et de vie sociale dans cette région.
    A cause du fait qu’elle est située entre la mer et les lacs salés, humides et rafraichissants, elle jouit d’un climat unique et agréable pendant toutes les saisons de l’année. Grace, au travail de ses habitants entre la mer et la terre, à transformer la richesse gagnée de la pêche aux éponges en plants d’oliviers et d’arbres fruitiers, la ville est progressivement devenue un pole agricole. Un pole qui grâce à l’alternance des activités sur l’année, agriculture, pêche, tourisme, services, émigration…offre des opportunités de travail à des milliers d’ouvriers venant de l’intérieur du pays.
    Caractérisé par une culture arabo musulmane et un tempérament méditerranéen, l’homme de la région est actif, ouvert et décontracté, avec des traditions riches et diversifiées dans touts les domaines de la vie, où, la solidarité et l’intégrité en sont la base. Sur les plans culinaires, artisanal et du rituel, il y a toujours une empreinte locale, une sorte de plus qualitatif et enrichissant.
    Actuellement, avec l’exploitation de l’olivier, le tourisme constitue une activité très importante et offre quelques centaines d’emplois directs et indirects. L’avantage est bien sur le climat agréable et les belles plages dorées, mais aussi la qualité d’un tourisme humain où l’hôtel et le touriste sont au milieu du village et avec les gens locaux, et l’étranger peut apprécier les valeurs humaines et traditionnelles locales.
    Partout dans la ville et les zones touristiques, des dizaines de restaurants offrent le fameux poisson de la région en plusieurs recettes inoubliables. Le couscous au mérou, le spaghetti aux crevettes, la pizza aux fruits de mer, les salades de poulpe…sont les produits locaux de l’activité humaine et son auto gratification.
    Un petit pole économique et industriel est nait autour de la zone France, le port de pêche, le port commercial, l’industrie agricole et les services pétroliers. Plusieurs investisseurs se sont installés dans la région dont l’infrastructure de base et touristique constituent des éléments déterminants.
    La ville de Zarzis, ne manque pas de manifestations artistiques et culturelles et plusieurs noms ont contribués à l’embellissement de la région et son aura, par leurs écrits, leur art et leurs assemblages. Des festivals thématiques, jalonnent toute l’année et animent la vie culturelle et le tourisme.
    La richesse écologique et panoramique de la région est légendaire, et il suffit de voir, les falaises d’Oum Cherif, le couché du soleil à Rsifett, la mer et la palmeraie de la colline de Souihel et le bleu foncé des eaux du lac d’El Bibane, pour se laisser accrocher à jamais pour cette région paradisiaque.
    Lihidheb mohsen
    Eco artiste Zarzis

  2. #2
    Fidèle Avatar de domi1315
    Date d'inscription
    Apr 2006
    Localisation
    au soleil
    Messages
    4 953
    J'espère que ta description donnera envie aux marhabiens du nord de venir faire un tour à Zarzis pour y rencontrer des gens vraiment accueillants , chaleureux et ouverts quelle que soit leur condition sociale.

    Les Zarzisiens adorent leur oasis et ne se lassent pas de la faire admirer.
    Je me rappelle avoir été un peu inquiète quand un chauffeur de taxi nous a demandé "vous avez un peu de temps ? " et s'est mis à partir dans une direction que nous ne connaissions pas du tout au lieu de nous reconduire à l'hôtel.
    Il nous a conduit au sommet d'une colline et nous a demandé de sortir pour admirer Zarzis d'en haut, il nous a ensuite parlé pendant un long moment de sa ville et nous a dit et répété combien elle était belle et à quel point elle lui était chère (alors que quelques minutes auparavant dans la voiture il se lamentait sur le fait qu'ils étaient loin de tout, perdus au bout du bout de la Tunisie etc...).

    Je garde une affection toute particulière pour cette ville et ses habitants , pour cette famille qui a hébergé mon fils, l'a nourri, soigné pendant des mois sans jamais rien lui demander ni à nous . Ils resteront dans mon coeur


    Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts (Isaac Newton)

  3. #3
    Confirmé
    Date d'inscription
    Feb 2008
    Messages
    367
    AKKARA



    J’aime Zarzis, sans Akkara,
    Et les poissons d’El Kantara,
    J’aime Akkara sans Zarzis,
    Et les clovices de Gribiss,

    J’aime toujours sans retenue,
    Malgré les souffrances au menu,
    Et une animosité gratuite,
    Incompréhensible et maudite,

    J’aime Zarzis, j’aime Akkara,
    Et les peuples du Djeffara,
    J’aime les Nouayel, les Touazin,
    Et les tribus de Tataouine,
    J’aime les Peuls et les Zoulous,
    Et les derviches de Tombouctou,
    J’aime touts ceux qui ont vécu,
    Prirent le relai et disparu,
    J’aime tant qu’il m’est donné,
    De pouvoir encore aimer.

    J’aime Zarzis, j’aime Akkara.
    J’aime Confucius, j’aime Guevara,
    J’aime le petit homme de la rue,
    Sans conditions, ni retenue.

    Lihidheb mohsen
    Zarzis Tunisie 05.09.03

  4. #4
    Fidèle Avatar de domi1315
    Date d'inscription
    Apr 2006
    Localisation
    au soleil
    Messages
    4 953
    Que signifie Akkara, car je crois bien avoir entendu ce mot très souvent à Zarzis ?

    Pour le poème et son contenu, pour la forme et pour le fond : Bravo !
    Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts (Isaac Newton)

  5. #5
    Actif Avatar de tounsi60
    Date d'inscription
    Aug 2007
    Localisation
    Le 6 zéro
    Messages
    2 424
    Citation Envoyé par domi1315 Voir le message
    Que signifie Akkara, car je crois bien avoir entendu ce mot très souvent à Zarzis ?

    Pour le poème et son contenu, pour la forme et pour le fond : Bravo !
    Akkara designe les habitants de Zarzis, la population est originaire de Libye a ce qu'il parait

  6. #6
    Confirmé
    Date d'inscription
    Feb 2008
    Messages
    367
    Tounsi 60

    Il ne faut pas tomber dans les slogans de foot pour juger de l'anthropologique. Effectivement, l'accent des gens de Zarzis, "AKKara" est trés proche du libyen, mais, la plupart des chercheurs, ont tendance à croire que les Akkara viennent de la cote Atlantique du Maghreb, pour ne pas dire le Maroc, la Mauritanie ou Oued eddhahab.
    Bien sur la région du Djeffara était un lieu de passage pour le pèlerinage des caravanes venant de l'occident "Arabe" et quelques fois il arrive que suite à un accident, un décé, une difficulté ou un coup de foudre avec un endroit, la caravane s'installe et s'intégre aux particularités de l'endroit.
    D'ailleurs, ce qui me pousse à m'aligner sur l'origine "mauresque", les trois points en communs suivants que les Akkara ont véhiculé et bien exploité :
    - Les techniques de pêche assez développés pour des caravaniers, ce qui laisse à penser qu'ils viennent des marins de l'atlantique.
    - Les techniques de jardinage des oasis.
    - Un nombre de mots spécifiques (ouguiya pour le poids)...

    Bien sur le plus important ce n'est pas ce qu'il en était, mais ce qu'il en est, et les Akkara ont trés bien réussi à enrichir l'endroit par la transformation des richesses de la mer en richesses agricoles en plantant des centaines de milliers d'oliviers à partir de la pêche aux éponges au large de Sfax et Kerkennah dans des conditions trés difficiles.
    En Bref, le Akkari, peut se résumer par le marin aventureux et plein de générosité et de courage. Il est aussi un bon agriculteur.
    Off course, ce sont les qualités de nos parents les vrais Akkari, car maintenant avec la société de consommation et de prédation, il y a une légère dépréciations de certaines valeurs, mais quand même, il n y a pas de quoi trop se plaindre et l'hospitalité reste un point fort et naturel dans la région.

  7. #7
    Fidèle Avatar de domi1315
    Date d'inscription
    Apr 2006
    Localisation
    au soleil
    Messages
    4 953
    Oui après recherches, j'ai trouvé que les vrais Akkara viendraient de Sakiya Hamra au Maroc .
    Les hommes construisent trop de murs et pas assez de ponts (Isaac Newton)

  8. #8
    Confirmé
    Date d'inscription
    Feb 2008
    Messages
    367

    Lettre ouverte à Monsieur Greven

    Lettre ouverte à Monsieur Greven.

    Avec le respect que je dois à mon ex prof, je me permets de relever et critiquer vos déclarations et attitudes discutables vis-à-vis de Zarzis et le Sud Tunisien en général. Que ce soit sur votre site web : www.notrevientunisie.com ou sur les mails, malgré votre extrême prudence sur certains sujets, vous avez quand même commis des lapsus révélateurs, qui ont trahis manifestement la bonne foi de rigueur et votre mauvais départ, en voulant impérativement trouver une réalité Sud-Tunisienne conforme à vos souhaits et fantasmes.
    Effectivement, vous avez passez quelques années à Zarzis, en civilisateur comme vous le dites si bien, les années 1960… quand vous nous incitiez à vous apporter des pièces romaines de Ziane et des crapauds pour vos canards, contre des notes et quelques ouvertures sur le théâtre cornélien et Moliérien. Bof, vous étiez jeune et nous restons reconnaissants à vos apports « tragi-comiques » à la Rodriguez, personnage mythique de l’inquisition qui vous possédait tant ; mais au point de prétendre que vous aviez laissé des traces majeures dans notre intellect, serait de l’exagération et serait aussi un coup bas aux patriotes et coopérants intègres qui se sont investis corps et âmes pour notre encadrement au Lycée de la Corniche et à l’Internat, tel que : Si Noureddine Jebnoun, Si Amor El ouaer, Si Abdelkebir, Si Sayah Rabii, Mlle Carré, Monsieur Duvezin, Si Mohamed Khdhir, Si Tahar Bougarha…et touts les bienfaiteurs de « El Khayriya » qui nous ont soutenus par leurs dons et leurs protection.
    Dés votre retour, sur le lieu du « passé » à Zarzis, plusieurs camarades de classe d’autre fois, m’avaient annoncé bruyamment votre arrivée et malgré ma joie de vous retrouver et vous remercier, j’étais vexé par l’attitude exaltée de ces camarades éternels figurants et impressionnables. J’ai même fixé certains d’entre eux, en leur signalant la médiocrité de leur figure devant un ex professeur, ce qui vous aurait été rapporté et vous amena à ne pas chercher à me rencontrer tout au long de votre long séjour à deux cents mètres de mon domicile et mon musée écologique « mémoire de la mer et de l’homme Zarzis ». Bien sur, j’ai compris plus tard, votre attitude, quand j’ai constaté le milieu dans lequel vous avez atterri et qui n’a rien d’intellectuel ni d’artiste, mais plutôt festoyeur et bon vivant. D’ailleurs c’est pour cela que vous revendiquiez la sortie des Tunisiens en couples lors des réceptions et soirées Miss (understanding) qui paraissent vous tenir à cœur et constituent arbitrairement votre étalon d’évaluation. J’ai même lu votre intrusion sur les bouts des pieds, au sujet de la condition de la femme en Islam, pendant que vous avez sous les yeux à Zarzis, un exemple de réussite sociale pour l’homme et la femme, dans une société où le genre féminin, a conquis un espace propre à lui, une sorte d’intra-cité, enlevée aux hommes dans laquelle, elles tissent entre elles, des relations et des rapports divers, épanouissants et intégrés. A un moment donné, dans le cadre de l’élan idéaliste de jeunesse, des tentatives de libération de la femme à la façon occidentale, ont échoué et les jeunes filles meurtries par les interdits et les obstacles, ont été obligées à rentrer dans les rangs pour s’inscrire dans le processus lent mais naturel de l’évolution sociale. Demander à une Zarzissienne de s’asseoir dans un café sans raison majeure, est en soit même, une dégradation car le café est encore considéré comme un lieu de dévergondage et de « tzoufir ». Et puisque la majorité des gens se connaissent, la fille ou la femme « contrevenante » en pâtira pour longtemps dans l’incontournable lexique sélectif social. Bien sur, nous avons nos femmes et nos filles, éduquées et maitrisardes, mais à chaque fois, les essaies de familiarisation mesuré avec le monde moderne expansif, échouent car, la femme se sent très mal à l’aise, subit une violence et préfère naviguer libre dans « son » monde au foyer et entre femmes. D’ailleurs, les cas où certaines filles ont cassé la corde avec la société traditionnelle, et vous en connaissez probablement, ont échoués et se sont retrouvées dans un no mens land affectif et une auto marginalisation irréconciliable. Il faut reconnaitre que l’iniquité et la brutalité humaine, n’ont pas de religion et l’essence illuminatrice et épanouissante de l’Islam, rayonne dans l’âme de chaqu’un et l’emplie de sagesse et de tolérance et la femme dans le sud-Tunisien, est une véritable miss, dans son travail, son foyen et son milieu, grâce à sa culture ancestrale, son éducation et son intégration dans les valeurs de sagesse locales. Bien sur, vous connaissez bien que le port du foulard est traditionnel pour ne pas le mettre à la charge de la Zarzissienne, qui, reste toujours libre de se baigner à la mer en « fouta » ou en robe et personne n’est invité à les observer. Les Zarzissiennes sont actives dans les écoles, les bureaux, les foyers, dans les champs, dans les usines…et vous n’aurez jamais la chance de les rencontrer aux cafés et dans les hôtels, car, malgré leur émancipation, elles ne se hasardent pas dans les endroits inappropriés. Surtout ne laissez pas croire, qu’elle est soumise et cloitrer dans les maisons, ce serait une mécompréhension de la société locale car le rôle dominant de la femme dans plusieurs aspects de la vie de touts les jours, est manifeste et dénote une « libération » conquise sur le terrain par les Akkariyett. D’ailleurs, des milliers d’entre elles ont le permis de conduire et malgré que certaines d’entre elles sont au foyer, ont un niveau d’éducation très poussé et un quotient intellectuel avancé. Mais comme vous êtes descendus autrefois sur Zarzis, avec le costard, la pipe, la voiture scintillante dernière cri, sans populisme excessif ni véritable engagement solidaire…vous avez fait le même itinéraire comportemental cette fois en vous limitant à des contacts superficiels et sélectifs avec la populace. Ce qui vous ôte automatiquement, le droit à l’arbitrage et d’être juste dans les lectures sociales.
    En ce qui concerne, l’option de nous fausser compagnie et se refugier dans le Nord, plus confortable d’après vous, vous avez certainement raison, malgré votre manque de solidarité avec nos préoccupations, malgré votre opportunisme Pétainiste, il parait, « Wallahou aalam », qu’en plus de la rigueur naturelle, la sècheresse constante et la désertification des terres et des esprits ; il y aurait aussi une partialité qualifiée sur les plans des services, des chances et des opportunités. Vous avez cité les conditions des hôpitaux, des ambulances et le manque de personnel qualifié en matière des soins d’urgence, vous avez complètement raison, et les preneurs de décision doivent combler ce déficit grave, par la nomination de cardiologues et anesthésistes dans les hôpitaux et de combler cette « fajwa sihhiya » écart-sanitaire entre le Sud et le Nord. Tant mieux pour vous Nordistes, mais sans rancunes et sans être Garibaldistes ou Secessionnistes, nous avons un Dieu qui veille sur nous. Ça n’empêche que c’est un appel urgent et sans équivoque, aux médecins et spécialistes Tunisiens, de rester fidèles au serment d’Hippocrate, de tendre la main au citoyen et sortir des grandes villes et surtout sortir des « forteresses de l’égocentrisme vorace » pour couvrir tout le territoire de notre cher pays. J’ose même dire que Zarzis, est l’endroit où le « Toubib » gagne le plus au monde, sans que cette manne ne se répercute sur la santé publique, ni le public, ni moins encore la prévention, la phénoménologie ou les recherches en la matière. En effet, comme vous le dites, quand il n ya pas de cardiologue ni d’anesthésiste dans un hôpital de deux cents milles habitants, quand les médecins spécialistes ferment leurs portables, quand l’ambulance est mal équipée, quand on risque de mourir à cause des ces négligences administratives et gratuites dans un pays émergeant et performant, on peut comprendre l’exode vers d’espaces plus sécurisants et mieux équipés. Je ne peux oublier l’agressivité d’un retraité de la santé à mon égard, en tant qu’activiste communautaire, quand il m’avait « ordonné » d’écrire et parler du problème de la disponibilité du corps médical spécialisé dans les établissements sanitaires, car parait-il, il aurait assisté à des situations catastrophiques et inhumaines à la fin de sa carrière. Et voila en bon opportuniste, je me base sur vos constats pour les confirmer, afin d’espérer un meilleur encadrement médical sur tout le territoire de notre pays et pour toutes le couches sociales sans distinctions.
    D’autres parts, et comme votre premier débarquement en « civilisateur » au Sud Tunisien, avec une arrière pensée de descendre dans une région barbare et « inculte », vous faites encore cette fois la même erreur en laissant croire que la société locale a besoin du tourisme et de l’occident pour trouver son chemin et son devenir. Ce qui est relativement faux, car, tout en restant ouvert et attentif sur notre environnement humain, nous avons notre propre parcours et nos propres mécanismes conceptuels, qui tendent avec leurs apports, vers le projet de civilisation humaine universaliste. Donc, prétendre que, le tourisme de couloirs étanches, le raz de marée de la consommation ou l’hégémonie médiatico-culturelle de l’occident, jouent un rôle majeur dans l’épanouissement général, est une erreur, car c’était Carthage qui avait infanté Rome et nous puisons notre mouvement dans nos valeurs millénaires, dans nos origines, dans notre arabité et notre Islam, que nous avons très bien assimilé et valorisé. Bien sur, l’apport de la culture Française qui nous avait été imposée, était appréciable, mais le Tunisien a su dépasser ce plafonnage pour accéder à la culture universelle dans laquelle il est à la fois acteur titulaire et partenaire légitime. Le Zarzissien et le Tunisien en général, est maintenant polyglotte ouvert sur toute les cultures, sur la base de sa propre culture arabo-musulmane richissime et sans négliger aussi l’apport incontestable de la culture-relai Française.
    Vous aurez mieux fait de montrer une intégration relative, ce que vous exigez avec vigueur pour nos émigrés en Europe, en vous impliquant dans nos soucis et nous aider à dépasser certaines fixations, ne serait-ce que par l’invitation de vos collègues instits à se mettre au net ou sortir de leur finitude et leur auto satisfaction. Vous aurez pu aussi vous préoccuper de l’émigration clandestine qui n’est pas concevable pour les Maghrébins mais légitime pour les Africains en détresse, afin que vous essayiez d’informer les Européens du caractère écologique de survie de ce flux croissant. D’ailleurs, j’étais vexé dans mon humanité par votre réponse au sujet de mon texte « Mamadou, Adios Mamadou » quand vous appeliez les Africains à se démerder et compter sur eux-mêmes, pendant que vous savez bien que la situation actuelle est le résultat d’une série d’agressions, allant de l’esclavage, la missionariat, la colonisation, l’acculturation, la mise au pas pour la consommation, le dérèglement des supports du mécanisme de croissance…pour finir par les murs de l’incompréhension et de la honte.
    Naturellement, nous ne pouvons toujours projeter nos difficultés sur les autres et nous devons naviguer par nos propres moyens, surtout dans d’aussi bonnes conditions de stabilité, de crédibilité et de maturité politique. Avec une société équilibrée et juste, un projet de société authentique et durable, un libéralisme social idéal, un pacifisme organique et naturel, une exploitation optimale des potentialités…la Tunisie ne peut que réussir en tant que l’arche de Noé de l’humanité, qu’il faudrait sauvegarder et soutenir. Cette Tunisie, qui peut être aussi la votre et celle de ceux qui ne portent pas de haine envers quiconque, reste loin au dessus de touts les extrémismes de touts bords y compris ceux de la consommation aveugle, la mondialisation hégémonique uniformisante ; car elle propose toujours un modèle de société où l’Islam est merveilleux, le politique est accompagnateur et la diversité culturelle et cultuelle garanties.
    Et Zarzis reste toujours ouverte et redevable à ses amis, et vous pouvez toujours y revenir Monsieur Greven, en tant que citoyen d’honneur, sans préétablies ou préjugés cette fois, afin de vous impliquer un peu plus dans nos préoccupations de tout les jours, pour le bien commun, pour l’intégrité et la santé dans tout homme quel qu’il soit, où qu’il soit.
    Avec mes excuses pour mon opportunisme et ma franchise quelques fois excessives, et avec mes salutations et mes meilleurs sentiments de respect et de gratitude.
    Lihidheb mohsen « votre élève du B3 »
    Zarzis le 09.09.09
    www.seamemory.org
    http://boughmiga.skyblog.com
    http://art.artistes-sf.org/mohsen
    http://zarzissea.skyblog.com

  9. #9
    Confirmé
    Date d'inscription
    Feb 2008
    Messages
    367

    Droit de réponse

    Droit de réponse

    En tant qu’ex professeur et linguiste aguerri, je pardonnerai volontiers à mon ancien élève son style philosophico-lyrique et l’utilisation de termes savants désuets inappropriés au contexte (qu’il puise dans des dictionnaires ou autres encyclopédies) sans en connaître la signification exacte, la portée et surtout l’environnement stylistique dans lequel ils peuvent être employés. Après tout, le français n’est pas sa langue maternelle et le fait qu’il tente de le manier représente déjà un petit exploit qu’il convient de saluer dignement.

    Rétablissons maintenant la vérité ! En 1962, répondant à un appel pressant du Président Habib Bourguiba et de son Ministre Mahmoud Messadi (qui venaient d’instaurer l’enseignement mixte obligatoire en Tunisie), je suis venu, comme 280 Belges, en Tunisie dans le cadre de la coopération internationale. Titulaire d’un diplôme de Licencié en philologie romane, j’ai donc dû, très jeune, abandonner mes parents, ma famille, mes amis, mon pays et…mes études. A mon arrivée à Tunis, lorsqu’il s’est agi de revendiquer des postes, je fus surpris de constater que tout le monde exigeait Carthage, Tunis, La Marsa, Sousse, Monastir, etc. J’ai donc été le seul à accepter un poste dans le Sud, à Zarzis précisément où je suis resté 7 ans. A cette époque, Zarzis représentait 600.000 palmiers, 20.000 habitants, (principalement petits agriculteurs et pêcheurs), et une pauvreté indescriptible (pas d’eau courante, pas d’électricité, pas de médecin, pas de pharmacie…). Je salue ici l’énorme courage de mes anciens élèves qui parcouraient parfois plusieurs kms à pieds pour se rendre au lycée avec pour seule pitance un morceau de pain tartiné d’harissa. Mes 7 contrats terminés, je suis retourné en Belgique où j’ai terminé mes études : 2 ans pour obtenir l’Agrégation de Lettres et 5 années supplémentaires pour le Doctorat d’Etat. J’ai alors consacré le reste de ma carrière à l’enseignement (tâche pour laquelle j’ai obtenu la Médaille civique) et j’ai été quelque temps conseiller personnel du Ministre de l’Education qui m’a remis les insignes de Chevalier de l’Ordre de Léopold. Pour toutes ces raisons J’ACCUSE Mohsen Lihedheb :

    1. de mensonge en prétendant que j’obligeais mes élèves à m’apporter des « pièces de monnaie anciennes et des crapauds ». Effectivement, fervent numismate, j’achetais en vrac à 200 millimes l’unité (ce qui était considérable pour l’époque) les pièces anciennes (parmi lesquelles, en effet, il m’est arrivé de découvrir l’une ou l’autre pièce romaine) ce qui permettait à beaucoup d’avoir de quoi faire un repas normal.
    2. d’ingratitude, d’ignorance et de grossièreté en qualifiant mon enseignement de « tragi-comique » alors que j’ai toujours appliqué strictement le programme imposé par l’Education nationale tunisienne qui m’inspectait régulièrement et dont les rapports ne tarissaient pas d’éloges à mon égard.
    3. de diffamation, d’irrespect, de manque de courtoisie, d’éducation et de savoir-vivre en qualifiant ses anciens camarades de classe (que j’ai retrouvés avec une joie partagée : Noureddine Mnafakh, Abdelghani Smaali, Moncef Djertila, Ahmed Sohbani, Ali Jnah, Mohamed Bouhafa, Mohamed Ayer, Mohamed Bouzoumita, Moktar Dakhli, Hassan Filali, Farath Douib, Sadok Knis, Touhami Hafi …et tant d’autres) en les qualifiant «d’éternels figurants impressionnables se signalant par leur médiocrité ».
    4. de mensonge infâmant en prétendant que les anciens élèves que je fréquentais (pharmaciens, avocats, cardiologues, juges, inspecteurs de l’enseignement…) n’étaient « ni intellectuels ni artistes mais plutôt des festoyeurs bon vivants » ce qui constituerait « mon étalon d’évaluation ».
    5. de contradiction évidente en reconnaissant d’une part que Zarzis a constitué « un exemple de réussite sociale en créant une sorte d’intra-cité fréquentée uniquement par les femmes, interdite aux hommes et d’autre part, en affirmant que « les tentatives de libération de la femme ont échoué et que les jeunes filles, meurtries par les interdits et les obstacles, ont été obligées de rentrer dans le rang ». N’est-ce pas là le ton d’un esclavagiste ?
    6. d’écrire, en transgressant les lois tunisiennes en vigueur en affirmant dans sa lettre que les femmes doivent rester à la maison, impérativement porter le foulard et se baigner en fouta.
    Petit rappel de ces lois en vigueur : Dès 1950, le Président Bourguiba (à qui tousles Tunisiensdoivent leur liberté et leur Indépendance en s'affranchissant de la tutelle française) avait interdit le port du voile par ce qu'il est convenu d'appeler "la circulaire 108". Cette prohibition concerne les administrations, les écoles, les universités mais aussi les espaces publics, c'est-à-dire notamment, les rues. Il y a quelques années, sonsuccesseur, le Président Zine el-Abidine Bel Ali, courageusement, a réactivécetteobligation quelque peu oubliée. Le Ministre de l'Intérieur, Rafik Belhaj Kacem a qualifié le voile de "signe distinctif d'une frange dure et renfermée sur elle-même. C'est le symbole d'une appartenance politique qui se cache derrière la religion et qui cherche à faire revenir la réalité de la société aux ères très anciennes". Quant au Secrétaire du Rassemblement constitutionnel démocratique (RCD) il a appelé à la mobilisation générale : "Autoriser le port du voile serait une véritable régression ». Mohsen serait-il intégriste islamiste ou pire, salafiste ? Devrais-je le signaler aux autorités judiciaires ?
    7. d’ignorance, de mensonge et d’injure en me qualifiant « d’opportuniste pétainiste » parce que j’ai quitté Zarzis pour des raisons médicales personnelles. En effet, en août 2009, j’ai été victime, à Zarzis, un weekend au soir, d’un accident vasculaire cérébral me laissant quasiment aveugle avec de plus, le bras droit paralysé. Ni l’hôpital régional, ni la clinique privée n’ont accepté de m’accueillir prétextant l’impossibilité de contacter un médecin compétent. A moitié paralysé, j’ai donc dû prendre ma voiture et, en conduisant à une main, voyant à peine, me rendre à la clinique Djerba la Douce, située à quelque 60 km. Là-bas, je fus pris en charge immédiatement par un médecin anesthésiste-réanimateur très compétent, j’ai reçu les soins appropriés et quelques jours plus tard, j’étais sur pieds sans séquelles. Ne voulant plus risquer ma vie inutilement et encore sous le choc de la mort inopinée de deux proches par faute de soins quelques mois auparavant à Zarzis toujours, j’ai donc pris la sage décision de déménager dans le Nord.
    8. de mépris envers les ¾ de la population tunisienne, c’est-à-dire le Nord en le qualifiant de tous les maux parce qu’il n’adopte pas les interdits de la société zarzissienne. Quelle fut cependant ma joie de constater, par exemple, que mon voisin, fervent pratiquant, entretenant chaque jour une des principales mosquées de Nabeul, se rendait fréquemment à la plage avec femme et enfants tous vêtus de maillots de bain prévus à cet effet ou d’apercevoir souvent ses filles, étudiantes assidues, siroter un jus d’orange à une terrasse en bord de mer avant de rentrer à la maison. En quoi cet homme du vingt-et-unième siècle serait-il moins « bon musulman » que la plupart des zarzissiens du moyen âge ? Pourquoi les hommes de Zarzis auraient-ils le droit de se vêtir de façon actuelle (et non comme les caravaniers du neuvième ou dixième siècle) et les femmes non ?
    9. Puisqu’il faut en finir, je passerais sur les affirmations fantaisistes frisant la dégénérescence mentale comme le fait que Carthage serait à l’origine de toute civilisation et que Zarzis serait « l’arche de Noé » de l’humanité. Je passerais également sous silence le mépris affiché pour les touristes qui, quoi que Mohsen en pense, représente les 4/5 des rentrées de devises si nécessaires à l’économie tunisienne et permettent au Sud de continuer à se développer et à survivre dans ce monde de technologie galopante. N'oublions pas que dans le monde quelque 6 milliards de personnes ne pensent pas comme Mohsen Lihedheb.

    Jean-Paul Gréven http://www.notrevieentunisie.com


  10. #10
    Confirmé
    Date d'inscription
    Feb 2008
    Messages
    367

    Replique à la reponse de Monsieur graven

    Réplique à la réponse de Monsieur Greven.
    Sérieusement, je n’avais pas l’intention de polémiquer ou de porter une animosité personnelle quelconque vis-à-vis de mon ex prof, aguerris, paraît-il dans la palabre, que je dois consulter, d’après lui dans des dictionnaires pour pouvoir m’escrimer dans ce débat. Que mon ex prof, sache que je parle trois langues couramment et maitrise l’Allemand aussi, avec la possibilité de traduction immédiate dans la majorité des domaines linguistiques et surtout la capacité d’improviser et chevaucher en acrobate, cet instrument classique et vieillot de communication. Je sais que mon ex Prof, est Docteur … Conseiller… Chevalier… mais ça reste très insuffisant pour avoir de la consistance et la maturité conceptuelle et comportementale, car on peut à part ces performances, rater tout le reste, et c’est désastreux.
    Certes, j’aurais aimé qu’il ne réponde pas pour garder l’aura trempeuse de l’instit savant, paternaliste et missionnaire, mais, il n’a fait que s’enliser les pieds, dans un monde qu’il voulut piétiner arbitrairement, un monde qu’il n’a pas compris, qu’il ne comprendra jamais, à cause de son mauvais départ partial.
    1)- Pour les pièces de monnaies et les grenouilles, vous l’aviez fait, un flagrant délit d’abus de pouvoir, exportation frauduleuse de numismatique ancienne sans autorisation, (avec laquelle vous auriez acheté une … en Belgique) et personnellement pour éviter le courroux paternel, je vous ai apporté des grenouilles, mais quand un brave prof Palestinien, l’a su, il avait fait un scandale et nous gronda sévèrement mes camarades et moi. A propos des pièces romaines « de la colère » dans quel musée sans elles conservées ?
    2)- Pour la tragi-comédie, cornélienne, on ne la comprenait pas jadis, mais maintenant, ça crève les yeux de nostalgie « reconquista ». Il y avait beaucoup mieux dans la littérature Française que j’adore.
    3)- Je n’ai pas de respect pour ceux qui viennent piétiner mon territoire et mon identité, ni moins encore mes valeurs. Ces valeurs qui ne sont ni antioccidentales, ni rétrogrades, ni sectaires ni subversives, mais s’inscrivent dans le véritable parcours humain de sagesse et de civilisation. Quand à mes Co-citoyens de Zarzis, …. Nous avons mangé du pain au Harissa ensemble sous les murs de l’école quand vous paradiez votre égo, nous nous battons au jour le jour avec les difficultés de survie…d’ailleurs nombre d’entre eux m’avaient déclaré expressément leur mécontentement vis-à-vis de vos tergiversations tendancieuses vis-à-vis de Zarzis. Vous êtes devenu un mauvais souvenir dans le bled et je ne sais pas quel genre de compagne vous menez en Tunisie, qu’est ce que vous voulez, quels sont vos motivations ? Humaines !! nada, sociales, non plus, culturelles, bof, intellectuelles, c’est pas fameux, militantes !! Sic
    4)- Je ne crois pas que les personnages respectables, notables et illustrissimes, puissent cautionner vos agressions déplacées.
    5)- Vous avez souligné plusieurs fois le mot esclavagisme en parlant de la condition féminine en Tunisie et particulièrement à Zarzis, c’est grave et répréhensible. D’ailleurs, c’est pour cela que j’ai réagi pour vous raisonner et éventuellement vous instruire. Je vous enverrais les photos des femmes de Zarzis dans le théâtre municipal, en fouta, et foulards, se balancer ensemble sur la musique populaire de la Libyenne Halima. Elles vibraient de vie et de bien être. Le théatre a affiché complet pendant cet événement la semaine dernière et les deux tiers des femmes sont restés dehors par faute de places.
    6)- Rien n’oblige la femme à rester « at home » ou porter ses habits traditionnels et je vous informe, qu’il y a la loi, la loi coranique (latente) et la (loi) convention sociale, qui se résument merveilleusement et, la situation de nos femmes est dans les normes. Nous sommes effectivement redevables à Tahar Haddad, Bourguiba, nos braves ministres, notre président Ben Ali, … et si vous voulez dénoncer Boughmiga en tant que Salafiste qui porte un couteau entre les dents, il y a assez de délateurs pour le faire, et les autorités déclineront certainement votre offre bénévole de coopération internationale dont vous seriez l’ambassadeur « prestigidateur ».
    7)- Sérieusement je vous souhaite une bonne santé et du bonheur, mais « bitte », « please » « min fadhlak », ne marche pas sur nos pieds. Nous sommes tous de virulents critiques et plus revendicatif que vous ne l’imaginez, que ce soit au sujet des droits de la femme ou les libertés individuelles et les risques écologiques, mais toujours dans le respect d’autrui et de l’éthique locale.
    8)- Ah les Zarzissiens du moyen âge !!, Personnellement, je constitue une famille modeste et ordinaire et l’année dernière, j’ai eu la visite de deux Américaines au sujet de mon action écologique et elles ont passé une journée avec nous. Eh bien, elles étaient agréablement surprises de constater que touts le monde parle couramment l’anglais, mes enfants, ma femme, et malgré notre attachement à notre background culturel, nous avons presque les mêmes idées et rêves. Tu sais que Boughmiga aux parents analphabètes, et il y a des centaines comme lui à Zarzis, a pu en une génération, grâce aux programmes d’éducation et aux politiques intelligentes, parvenir à un niveau relativement respectable. Le miracle Tunisien, est celui de l’homme qui reste le moyen et le but ultime.
    Pour ce qui est du costume de caravaniers, qui ne vous plais pas, je vous invite à visiter l’oasis de Ghadamès, et si vous avez comme vous le prétendez la moindre intelligence, vous remettrez en cause toutes vos idées faussées et malveillantes.
    9)- Pour ce qui est du Tourisme, j’ai grandi avec et connais l’apport culturel et économique qu’il avait fournit à notre pays, mais maintenant avec les couloirs étanches de l’inclusif, le tourisme de masse et la ghettoïsation des Hôtels, la population n’a pratiquement plus de contact avec les vacanciers. C’est un apport vital pour l’économie mais comme vecteur culturel, hélas. J’ai eu l’occasion d’animer plusieurs causeries an Allemand pour les touristes au sujet de notre civilisation, nos traditions et notre histoire, mais « Ô rage, ô désespoir, ô ignorance ennemi, ô préjugés, ô infamie » car j’ai amèrement constaté combien l’occidental est mal informé au sujet de notre société. Et malheureusement, ce ne serait pas vous qui comblerait ce « bridge » de l’incompréhension.
    Effectivement, la Tunisie est l’arche de Noé de l’humanité, et nous constituons une véritable alternative à un occident en fuite en avant, et, un orient théocentrique encore guerroyeur pour longtemps. (Hachette page 342 paragraphe 4). Bien sur cette affirmation n’est nullement narcissique ni exclusionniste de l’autre, mais un projet de société ouvert dont nous avons les bases et les outils à son édification.
    Conclusion : Puisque votre intégration à Zarzis a piteusement échoué, essayez de sauver la face en vous intégrant dans le nord, à moins que vous vouliez que le monde entier se transforme à l’image de vos fantasmes. Autrement, ôtez vos gants et mettez la main dans la patte, afin de construire ensemble, un monde meilleur, un monde de paix et de fraternité, un monde mosaïque où les idées et les couleurs se chevauchent dans cette symphonie de la vie.

    Lihidheb mohsen Zarzis Tunisie

  11. #11
    Confirmé
    Date d'inscription
    Feb 2008
    Messages
    367

    Monsieur Greven se retire du débat

    Mesdames, Messieurs,

    Je vous prie de m’excuser pour avoir été contraint d’étaler sur « la place publique de Mohsen Lihidheb », c’est-à-dire vous, ses 65 contacts, les énormes différends qui nous opposent à titre strictement personnel. C’est Mohsen qui en a décidé ainsi, en n’envoyant pas ce courriel à moi seul, mais en l’expédiant à vous tous.

    Je comprends parfaitement que l’on puisse être très attaché à sa ville d’origine et que l’on veuille la défendre même contre l’amère vérité. Cependant, agir comme l’a fait Mohsen,comme si le reste du monde n'existait pas, relève du nombrilisme, de la schizophrénie ou de na sénilité précoce. Je n’entretiendrai donc pas davantage de polémique car je n’en ai ni le désir ni le temps. Zarzis restera toujours très chère à mon cœur même si cette merveilleuse oasis aurait besoin d’un petit lifting !

    En effet, j’ai publié sur la toile le plus gros site jamais réalisé en Tunisie. J’ai plus de 90.000 contacts et reçois, chaque jour entre 100 et 150 demandes de renseignements sur ce beau pays. Comme ce site, à but uniquement informatif, est totalement apolitique et indépendant de toute forme de religion, je me suis fixé comme dessein deux règles essentielles : à savoir l’impartialité (au sens scientifique du terme) et la description de toute la vérité et rien que de la vérité, (même au risque de choquer).

    Je maintiens et assume chaque mot de ma réponse précédente à Mohsen et transmets à mon avocat de Tunis les e-mails litigieux afin qu’il les remette à Monsieur le Procureur général de la République pour qu’il les examine à la lumière des lois et décrets en vigueur. Je bloque également l’adresse de Mohsen afin de ne plus recevoir le moindre courrier provenant de son adresse informatique.

    Je vous prie d’agréer mes salutations distinguées.

    Jean-Paul Gréven

    (Sans commentaires)

  12. #12
    Confirmé
    Date d'inscription
    Feb 2008
    Messages
    367

    Re-Capitulation

    Re-Capitulation.
    Pour finir le débat écourté unilatéralement, au sujet de la lettre ouverte adressée à Monsieur Jean Paul Greven, ex-prof de Français pendant les années soixante à Zarzis et actuel résident retraité à Hammamet ; la méthode, la rigueur scientifique …requiert un petit résumé « capitulatif ». En effet, étant habitué aux critiques de toutes les nationalités au sujet de l’Islam, l’écologie et la société Arabe en général, et chaque fois, malgré quelques blocages dans les discussions, le respect de la différence et l’éthique de la communication, ont toujours été à la base, à cause de la qualité intellectuelle des partenaires qui sont généralement engagés pour des causes et impliqués dans la mouvance sociale et humaine, ce qui leur permet d’aborder les problèmes des gens partout dans le monde et légitimise leurs « intrusions ». Cette règle, qui permet d’accepter l’hégémonie militante des gens de bonne foi, aux dessus des frontières, des ethnies et religions, interdit implicitement aux aventuriers, narcissiques et inquisiteurs de bousculer gratuitement une réalité sociale quelconque qu’ils abhorrent et répugnent. De ce fait, j’ai senti et constaté que l’ex-prof qui n’a jamais affiché de sympathie vis-à-vis de la société locale à part les paysages naturels et l’infrastructure touristique de luxe, roulait dangereusement en sens interdit et risquerait de vulgariser des idées irresponsables et inadéquates à la « Salman Rushdie ». Bien sur, notre société n’a pas besoin actuellement de telles provocations séniles, qui risquent d’élargir, la faille déjà grandissante, entre les civilisations et les peuples et mènent directement à un climat de haine qui n’existe pas dans notre culture. Alors, qu’il veuille parler de logistique pour les non résidents ou d’informations touristiques ou de recettes de cuisines, d’horaire postal ou encore de cérémonie d’élection miss-blablabla, il est libre, mais cette tendance qui reste respectable, est quelque peu incompatible avec les préoccupations de la population qu’il veut civiliser en paternaliste.
    Même si le projet de société Tunisien, ou Maghrébin, est déjà en cours d’édification, ouvert, humain et constructif, il reste aussi très attentif et réservé au sujet des « torpilles » nivellatrices de la mondialisation et vis-à-vis de la tutelle Théo-culturelle-militariste de l’orient fougueux. Ce projet de société qui est parti, de sa propre histoire, sa culture et sa prédisposition à participer en partenaire à une civilisation universelle, plus humaine et plus solidaire et juste, est aussi le projet de chaque citoyen Maghrébin et la base des politiques officielles en vigueur. Avec le réveil du géant Libyen, dans le sens de l’ouverture et l’épanouissement de l’homme, notre « front » de sagesse est consolidé et prometteur.
    Donc que nos amis qui ont choisi la Tunisie pour y vivre et passer leur retraite, soient les bienvenus et qu’ils se sentent vraiment « at home », pour faire un petit effort vers la déconstruction des préjugés et préétablis hérités des croisades, du colonialisme et du néo-conservatisme. Qu’ils discutent avec le simple citoyen, avec la femme que l’on comprend mal, avec les gens ordinaires, pour constater qu’ils sont les porteurs, les conservateurs et les vecteurs d’une humanité millénaire et d’une civilisation durable et inter active. Ces valeurs qui sont le fruit d’une diversité culturelle historique un Islam de paix et de tolérance.
    Que mon ex-prof, révise son attitude vis-à-vis des Zarzissiens, de la condition de la femme Akkaria, et sache une fois pour toute, que le désert est plein de vie et d’amour, où l’homme est un « chevalier » du cœur et de l’esprit, un ninja de l’hospitalité et du bien, une sorte d’antihéros, à la patience du chameau, la sagesse du dauphin et la perspicacité de l’aigle.
    Je pardonne aussi à mon ex prof, le fait d’avoir ôter mon nom de son web à la suite de ma lettre ouverte et l’informe que les idées de Boughmiga, sont les idées de la majorité des Tunisiens et des Maghrébins qui se réservent le droit et le devoir de gérer leurs problèmes, tout en restant bien sur, à l’écoute des gens de bonne volonté et des engagés aux préoccupations communes. Qu’il sache encore que l’intox et les phobies maquillées, sont désormais détectables à l’œil nu et rien ne vaut un bain de foule dans le marché de Souk Lahad, parmi les gens, les couleurs, les cris, les parfums,…pour se purifier et guérir des préjugés aveuglants.
    Lihidheb mohsen eco artiste
    4170 Zarzis 16.09.2009




  13. #13
    Nouveau Avatar de lacostennnne85
    Date d'inscription
    Aug 2010
    Localisation
    terre mere
    Messages
    49
    Akkara les indigènes de Zarzis
    je travaille tu travaille il travaille nous travaillons ils profitent

  14. #14
    on the road again Avatar de A7lem
    Date d'inscription
    Dec 2008
    Messages
    966
    c'est vrai que c'est beau là bas ( appart quelques endroits), les maisons ressemblent à des châteaux.
    et j'aime bien le pont connecté a Djerba, ça a des belles vues.

  15. #15
    Confirmé
    Date d'inscription
    Feb 2008
    Messages
    367

    Hommages au cat-cat-baché

    Hommages aux Cat-cat-Bâché.


    Dés l’aube, elles ronronnent,
    A travers champs et compagnes
    Elles glissent légères sur les dunes
    Escaladent aussi les montagnes.
    Ici elles transportent des moutons,
    Et la des olives noires,
    Ou bien des pastèques et melons,
    Produits des villages et douars.
    Elle est l’ami du petit fellah,
    Qui veut dépasser ses chameaux,
    Son chagrin et ses maux
    Qu’il quitte à petit pas.
    Elles sont toujours là disponibles
    Pour les mariages et les fêtes
    Les humains et les bêtes
    Et touts les besoins possibles.
    Elles sont les amies du paysan,
    Qui met des cornes de gazelles,
    Ou bien des queues de poissons,
    Pour les protéger du mauvais œil.
    Mais maintenant les cat-fois-cat,
    Ils sont plutôt contre la nature
    Car ils polluent et carburent
    Visiblement inadéquates.
    Et chaque fois que je les vois
    Sur la route en contrebas,
    Avec des gens aux papiers à la main,
    Il n y aura plus d’arbres demain.
    Ils symbolisent la violence,
    L’agressivité par essence,
    L’horrible grincement des pneus
    Et l’arrogance de leurs milieux.
    Et la cat-cat reste amicale,
    Au rôle de chameau et de cheval
    Et sa participation reste royale,
    Au développement local.


    Lihidheb Mohsen eco artiste Zarzis 29.08.2010
    Mémoire de la mer et de l’homme
    (Pour le rôle de cette voiture dans le sud Tunisien)

Discussions similaires

  1. Mark Knight a l oasis le 02 fevrier 2008
    Par Z!ed dans le forum Voyages et découvertes à travers le monde
    Réponses: 2
    Dernier message: 15-02-2008, 18h27
  2. Gerrardo Boscarino @ OASIS Hammamet 19 Janvier 2008
    Par Topclubbing dans le forum Voyages et découvertes à travers le monde
    Réponses: 0
    Dernier message: 17-01-2008, 22h21
  3. Le secteur maritime en Tunisie!!
    Par NEVERMIND dans le forum Le coin des tunisiens à l'étranger
    Réponses: 24
    Dernier message: 03-04-2006, 09h03
  4. [Need help] Le secteur maritime en tunisie!!
    Par NEVERMIND dans le forum Discussions Générales
    Réponses: 15
    Dernier message: 18-11-2005, 13h02

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
User avatar JMann Customer 6 Posts Sorry, vBulletin....I'm putting this at the moment but not sure it's working properly...
Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38