Deux accords se rapportant à la formation professionnelle ont été signés hier, à Tunis, entre des fédérations tunisiennes et françaises du secteur du bâtiment et des travaux publics.



Le premier accord, conclu entre la Fédération tunisienne du bâtiment (FTB) et la Fédération française de l’industrie du béton (Ffib) vise à faciliter l’échange d’expertises et le transfert du savoir-faire dans le domaine de la formation professionnelle et du développement des formations adaptées aux besoins actuels et futurs des entreprises tunisiennes.

Le second accord, signé entre la Fédération tunisienne des entrepreneurs du bâtiment et des travaux publics (Ftebtp), d’une part, et la Fédération française du bâtiment (FFB) et la Fédération française des travaux publics (Fftp), d’autre part, a pour objectif de mettre en place des projets spécifiques pour la qualification des ressources humaines dans le domaine de la formation professionnelle.

Ces accords ont été signés en présence du ministre de l’Education et de la Formation, du secrétaire d’Etat chargé de la Formation professionnelle et de l’ambassadeur de France en Tunisie. Ils s’inscrivent dans le cadre de la mise en œuvre de la convention de partenariat signée entre la Tunisie et la France sur «La gestion concertée des migrations et le développement solidaire», lors de la visite d’Etat effectuée par le Président français Nicolas Sarkozy en Tunisie, en avril 2008.

M. Hatem Ben Salem, ministre de l’Education et de la Formation, a indiqué, au cours d’un séminaire organisé, à cette occasion, au centre sectoriel de formation en électronique de Den Den, que le partenariat entre le dispositif de la formation professionnelle et l’entreprise constitue la voie la mieux indiquée pour promouvoir l’insertion des jeunes diplômés dans le marché de l’emploi.

Il s’est félicité de l’engagement des professionnels en faveur de la diffusion de la culture de l’entreprise et leur contribution à définir les projets de formation, l’ultime but étant de conforter l’éclosion d’une main-d’œuvre qualifiée capable de renforcer la compétitivité de l’entreprise tunisienne.

Il a indiqué, à cet effet, que les besoins de la Tunisie en main-d’œuvre qualifiée pour les cinq prochaines années sont estimés à 100.000 personnes en raison des grands projets programmés au cours de cette période.

Le ministre a salué l’appui des partenaires français au développement de la formation professionnelle en Tunisie, domaine qui bénéficie d’un intérêt constant du Chef de l’Etat à travers les divers mécanismes d’incitation initiés à cet effet.

De son côté, M. Serge Degallaix, ambassadeur de France en Tunisie, a mis l’accent sur l’importance du partenariat entre professionnels tunisiens et français dans le secteur du BTP (bâtiments et travaux publics). Il a souligné que le protocole tuniso-français en matière de développement solidaire contribuera à renforcer le partenariat entre les deux pays en matière d’emploi, de formation professionnelle et de création de richesse, notamment dans les régions de l’intérieur.

Parmi les projets inscrits au programme de développement solidaire entre les deux pays pour la période 2008-2011, figurent la construction et la restructuration de huit centres sectoriels de formation dans le secteur du bâtiment, des travaux publics, de la soudure et de la construction métallique, moyennant une subvention de l’ordre de 40 millions d’euros.

Les travaux du séminaire se sont poursuivis sous forme de trois ateliers portant sur la finalisation et l’approbation des projets de création des centres sectoriels de formation en bâtiment, travaux publics, matériaux de construction, soudure et construction métallique.

Présidant ces ateliers, M. Ahmed Dhouib, secrétaire d’Etat chargé de la Formation professionnelle, a, notamment, recommandé de promouvoir le jumelage entre les centres de formation tunisiens et français et la reconnaissance mutuelle des qualifications et des diplômes, en vue de conforter l’ouverture de la formation professionnelle à l’échelle internationale.


tunisieaffaire.com