L’année 2008 fut l’une des plus dévastatrices en termes de catastrophes naturelles et de pertes humaines selon Munich Re, l’une des plus grandes compagnies d’assurance au monde. C’est plus de 220 000 humains qui ont péri cette année sous l’attaque de cyclones, tremblements de terre et inondations.
Les pertes ne sont pas seulement d’ordre écologique ou humaine, elles sont également très importantes pour l’économie. Les dommages à l’échelle planétaire s’élèvent à plus de 200 milliards de dollars pour 2008 avec 47 milliards de biens non assurés. C’est 50 % de plus qu’en 2007 nous rappelle Munich Re qui fait des pressions pour que des mesures plus strictes soient prises afin de réduire l’impact de l’homme sur le climat.

2008 est la troisième année la plus coûteuse après 1995 où le tremblement de terre Kobe frappa le Japon et 2005 où l’ouragan Katrina dévasta les côtes de la Nouvelle Orléans aux États-Unis. Torsten Jeworrek de la firme d’assurance soutient qu’une tendance se dessine et que l’avenir nous réserve bien d’autres catastrophes naturelles.

L’Asie fut le continent le plus touché en 2008. Le cyclone Nargis qui frappa le Burma le 2 mai dernier décima 130 000 habitants alors que le tremblement de terre qui ébranla la province du Sichuan en Chine fit 70 000 morts et 85 milliards de dommages. Il ne faut pas oublier l’ouragan Ike qui engendra 30 milliards de pertes ainsi que les 1700 tornades à avoir frappé les États-Unis pour un total d’un milliard de dommages.

L’organisation mondiale en météorologie prétend que l’année 2008 est la dixième plus chaude jamais enregistrée et que les dix années les plus chaudes ont eu lieu dans les 12 dernières années. Si aucune mesure n’est prise, nous rappelle monsieur Jeworrek, les coûts pour les générations futures seront exorbitants.
[url=http://news.bbc.co.uk/2/hi/business/7803624.stm]source[/url]