+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: les cyclones

          
  1. #1
    Confirmé
    Date d'inscription
    Sep 2005
    Localisation
    tunis
    Messages
    371

    les cyclones

    [font=Arial][size=1]Un cyclone est un phénomène [/size][color=windowtext][size=1]météorologique [/size][/color] [size=1]dépressionnaire de grande ampleur: de vastes tourbillons de 300 à 1000 km de diamètre, leur sens de rotation est lié à la force de Coriolis [/size][size=1], ce qui veut dire qu'ils tournent dans le sens horaire dans l'hémisphère [/size][color=windowtext][size=1] sud [/size][/color][size=1]et dans le sens inverse dans l'[/size][color=windowtext][size=1]hémisphère nord [/size][/color][size=1]. L'origine étymologique du mot provient du mot grec [i]kuklos[/i] qui signifie cercle, rond. Dans certaines régions du globe, on lui préfère le nom de typhon, toujours tiré du grec [i]tuphôn[/i], qui veut dire tourbillon.[/size][/font]

    [font=Arial][size=1]Il y a deux mécanismes principaux de formation des cyclones:[/size][/font]

    [font=Arial][size=1][color=black][b]Les [/b][/color][/size][size=1][color=black][b]cyclones tropicaux[/b][/color][color=windowtext] [/color][/size][size=1] se forment sur l'eau chaude des mers tropicales et puisent leur énergie dans la chaleur latente de condensation de l'eau. Un phénomène analogue existe sur l'[/size][color=windowtext][size=1]océan Arctique [/size][/color][size=1], qu'on appelle [i]cyclone polaire[/i]. [/size][/font]

    [font=Arial][size=1][b]Les cyclones dits [i]extra-tropicaux[/i][/b] prennent naissance dans les latitudes moyennes et puisent leur énergie dans les zones de fortes différences de températures entre les [/size][color=windowtext][size=1]tropiques [/size][/color][size=1]et les [/size][color=windowtext][size=1]pôles [/size][/color][/font]

    [font=Arial][size=1]le cyclone tropical est une " [i]perturbation d'échelle synoptique non accompagnée d'un système frontal, prenant naissance au-dessus des eaux tropicales ou subtropicales et présentant une activité convective organisée ainsi qu'une circulation cyclonique, plus intense en surface qu'en altitude[/i] "[/size][/font]
    [font=Arial][size=1]Sur les images provenant des satellites météorologiques, sortes de photos prises de très très haut, un cyclone ressemble à une tâche blanche (nuages élevés) plus ou moins ronde, circulaire, avec en périphérie des nuages alignés en forme de spirales attirées vers le centre de cette zone, des nuages semblant donc tourbillonner. [/size][/font]

    [center][font=Arial][font=Arial][/font][/font][/center]

    [font=Arial][size=1]Lorsqu'on regarde pendant plusieurs heures les images successives en animation, on dirait une toupie qui tourne sur elle-même, le centre apparaissant parfois comme une tête d'épingle plus sombre, parce que dépourvue de nuages, qu'on appelle l'oeil du cyclone. Cette toupie ne se contente pas de tourner, elle se déplace aussi, mais de manière pas très rapide. Ainsi, alors que la vitesse des vents peut parfois dépasser 150 ou 200 km/h autour du centre de rotation, le déplacement de l'ensemble du cyclone ne s'effectue qu'à 20 ou 30 km/h.[font=Arial] [/font][/size][/font]
    [font=Arial][size=1][font=Arial][/font][/size][/font]
    [font=Arial][size=1]http://www.meteo.fr/temps/domtom/ant...ges/Andrew.jpg[/size][/font]
    [list][*][size=1][i][font=Arial]Si un cyclone se forme à 3000 ou 3500 km d'une terre (c'est HUGO en 1989 ou LUIS en 1995), il mettra 120 ou 150 heures, donc 5 ou 6 jours avant d'arriver. On aura le temps de le voir venir et de connaître son évolution avant de s'en inquiéter. [/font][/i][/size][/list][i][font=Arial][size=1][/size][/font][/i]

    [list][*][size=1][i][font=Arial]Par contre, s'il ne prend naissance qu'à 500 ou 600 km d'une île (c'est MARILYN 95 par exemple), ses habitants n'auront que 18 à 24 heures pour se préparer, pas plus. [/font][/i][/size][/list][i][font=Arial][size=1][/size][/font][/i]

    [list][*][size=1][i][font=Arial]Et quand un cyclone décide de se développer brutalement et rapidement tout près des terres, il est parfois trop tard pour avertir la population. En Martinique, on se souvient de CINDY 93 ou même DEBBY 94 dont l'évolution en a surpris plus d'un.[/font][/i][/size][/list][font=Arial][size=1]On considère en réalité le vent le plus fort en valeur soutenue durant 1 minute. C'est ce que l'on dénomme le vent maximum soutenu, les Américains disent Maximum Sustained Winds (en abrégé M.S.W.) [/size][/font]
    [list][*][font=Arial][size=1]Si ce vent soutenu ne dépasse pas 63 km/h, on parle de Dépression Tropicale. Elle est [i]numérotée[/i], la première de l'année en début de saison portant le numéro 1. Les vents étant faibles, les risques seront induits essentiellement par les pluies fortes, voire intenses. [/size][/font][/list][font=Arial][size=1][/size][/font]

    [list][*][font=Arial][size=1]Si les vents soutenus les plus forts sont compris entre 63 et 117 km/h, on parle de Tempête Tropicale. On lui attribue un[i] prénom[/i], on en parle plus loin. Si les pluies sont toujours à craindre, les vents commencent à faire des dégâts, notamment dans la végétation fragile telle que les bananeraies, et avec eux la mer devient grosse et dangereuse à son passage. [/size][/font][/list][font=Arial][size=1][/size][/font]

    [list][*][font=Arial][size=1]Si le cyclone est encore plus développé, les vents peuvent dépasser ce seuil de 117 km/h. C'est alors ce qu'on appelle depuis 1986 dans les Antilles françaises, un Ouragan. Pour distinguer l'ampleur des dégâts que ces vents peuvent occasionner, on a déterminé plusieurs catégories selon la force des vents maximums générés par ces ouragans. [/size][/font][/list][font=Arial][size=1]La classification qui fait référence est celle de Saffir-Simpson, qui comporte 5 catégories :[/size][/font]
    [list][*][font=Arial][size=1][b]classe 1[/b] : vents maximums compris entre 118 et 153 km/h ; [/size][/font][*][font=Arial][size=1][b]classe 2[/b] : vents maximums compris entre 154 et 177 km/h ; [/size][/font][*][font=Arial][size=1][b]classe 3[/b] : vents maximums compris entre 178 et 209 km/h ; [/size][/font][*][font=Arial][size=1][b]classe 4[/b] : vents maximums compris entre 210 et 249 km/h ; [/size][/font][*][font=Arial][size=1][b]classe 5[/b] : vents maximums dépassant 249 km/h, c'est la catégorie reine des super-cyclones. [/size][/font][/list]

  2. #2
    Confirmé
    Date d'inscription
    Sep 2005
    Localisation
    tunis
    Messages
    371

    histoire des prénoms

    [font=Arial][size=1]De tous temps, en tous cas depuis près de 2 siècles, peut-être plus, on a ressenti le besoin de distinguer chaque cyclone tropical, sans confusion possible. Jusqu'au début du XXème siècle, les ouragans qui frappaient les îles espagnoles des Caraïbes étaient nommés [b]selon le saint patron du jour[/b]. Ainsi, à Porto Rico par exemple, on perpétue les souvenirs malheureux de " Santa Ana " le 26 juillet 1825, de " San Felipe " le 13 septembre 1876, et puis à nouveau du terrible second " San Felipe " de 1928, celui-là même qui venait de dévaster la veille, le 12 septembre 1928, la Guadeloupe, y faisant au moins 1200 victimes, et où on s'en souvient comme étant le " Grand Cyclone " de 1928.[/size][/font]

    [font=Arial][size=1]Il a été rapporté aussi qu'au début du siècle, un météorologiste australien de renommée, Clemente WRAGGE, nommait les cyclones de sa région du nom de certaines personnalités politiques qui n'avaient pas l'heur de lui plaire ; légende amusante ou exacte vérité, on ne sait vraiment. Mais c'est dans ces contrées que le terme de " willy-willy ", diminutif de William, fut parfois attribué à quelques phénomènes tourbillonnaires, en fait, plutôt à des tornades ou tourbillons terrestres ...[/size][/font]

    [font=Arial][size=1]En tous cas, plus certainement, [b]les véritables initiateurs de l'emploi de ces prénoms[/b] pour les phénomènes naturels, et notamment les cyclones, [b]sont probablement les marins américains[/b]. Du début du siècle jusqu'à la seconde guerre mondiale, et de façon assez officielle, les services de l'armée avaient imaginé d'utiliser l'alphabet phonétique, celui employé dans les services de transmission notamment : A comme ABLE, B comme BAKER, C comme CHARLIE, etc ... [/size][/font]

    [font=Arial][size=1]Mais de manière moins officielle, quoique très répandue, les " [i]marines[/i] " ont rapidement pris l'habitude de personnaliser les dépressions ou tempêtes qu'ils rencontraient. Si elles faisaient peu de gros temps et que le vaisseau s'en sortait bien, l'équipage avec, on leur attribuait rapidement le prénom de la " girl friend " (petite amie) de l'un, de l'épouse de l'autre. [b]Bref, un amalgame s'établissait entre l'être cher qui manquait, l'envie d'y penser tendrement, et la perturbation météorologique que l'on rencontrait sur sa route,[/b] pour peu que cette dernière se montrât finalement douce et compatissante. Si la mer était démontée, les hommes malades, certains angoissés, le premier prénom féminin peu sympathique permettait alors de les baptiser ... [/size][/font]

    [font=Arial][size=1]Ainsi [b]l'usage des prénoms, le plus souvent féminins car donnés par des sociétés exclusivement composés d'hommes[/b], les marins, a commencé à se généraliser dans les milieux des transmissions militaires de certains pays, là où la fréquentation des mers tropicales faisait parfois subir le passage de phénomènes cycloniques. Le principe de base était simple : donner aux cyclones tropicaux des noms courts et familiers, faciles à mémoriser, afin de pouvoir communiquer plus facilement avec des millions de personnes menacées et d'éviter toute confusion provenant de la présence d'autres phénomènes, parfois d'autres cyclones, dans la zone. Et cette pratique fut bientôt couramment utilisée dans tout l'hémisphère occidental.[/size][/font]

    [size=1][font=Arial]En 1949, on décida de l'officialiser dans la vaste zone atlantique et 1950 fut la première année où furent effectivement baptisés les cyclones de l'Atlantique et de la Caraïbe : la liste reprenait alors l'alphabet des transmissions en cours dans l'armée américaine. [/font][font=Arial]Naquirent cette année-là, ABLE, BAKER, CHARLIE, DOG, EASY, FOX, GEORGE, HOW, ITEM, JIG, KING et LOVE. [/font][font=Arial]Durant 3 années, la même liste fut reprise et on pensa vite à renouveler cette liste lassante. Les prénoms féminins furent donc utilisés, pour reprendre une habitude historique. En 1953, on baptisa ALICE le 25 mai, puis plus tard dans la saison BARBARA, CAROL, DOLLY, EDNA virent le jour. Si en 1954, on reprit cette liste, on imagina ensuite de changer de liste chaque année.[/font][/size]

    [font=Arial][size=1]Cependant, à la fin des années 70, il y eut un changement plus radical. En effet, les cyclones qui sont toujours des phénomènes naturels dangereux, dévastateurs et redoutés, causant donc beaucoup de malheur, ont aussi des comportements que certains jugent " fantasques ", " capricieux ", avec une façon d'" errer sans but ", de " changer fréquemment d'avis ", expressions jugées particulièrement désobligeantes par les mouvements féministes de l'époque. Ceux-ci, aux Etats-Unis, les fameux et actifs [b]Women's Lib'[/b], s'en émurent, [b]protestèrent énergiquement[/b] et ont alors obtenu que la liste des noms des cyclones tropicaux comprennent aussi des prénoms masculins.[/size][/font]

    [font=Arial][size=1]C'est en 1979 que les listes, telles qu'on les connaît actuellement, furent créées. [b]Les prénoms étaient alors alternativement masculins et féminins[/b], rangés par ordre alphabétique, le premier de la liste annuelle commençant toujours par A. Les années paires, le premier prénom est masculin (ALLEN, ALBERTO, ARTHUR, ...) ; les années impaires, il est féminin (ANA, ARLENE, ALICIA, ...). Dans notre zone, c'est le centre régional responsable techniquement, le N.H.C. de Miami (National Hurricane Center ou T.P.C. pour Tropical Prediction Center) qui propose ces listes aux membres du Comité des Ouragans de la région, comité qui regroupe en fait tous les directeurs des services météorologiques des pays de cette région. Six listes ont été établies et sont reprises cycliquement tous les 6 ans. La liste de 2000 est ainsi la même que celle de 1994 ; celle de 2001 reprend les prénoms de 1989 et 1995. Elle sera de nouveau utilisée en 2007. [/size][/font]

    [font=Arial][size=1]Toutefois, lorsque, par sa violence, les victimes qu'il a entraînées, les dégâts provoqués, [b]un cyclone a acquis un renom particulier et fâcheux, son nom est généralement retiré de la liste[/b] et remplacé par un autre du même genre et débutant par la même lettre. Ainsi, ALLEN et ALICIA ont-ils été vite remplacés par ANDREW et ALLISON. Il n'y aura plus de DAVID, après son parcours catastrophique de 1979, remplacé par DANNY en 1985, ni de GILBERT, remplacé par GORDON en 1994, de HUGO dont HUMBERTO a pris la place en 1995. Après l'année 1995, si violente et meurtrière avec LUIS, MARILYN, OPAL et ROXANNE, la liste de l'année 2001 utilisera d'autres prénoms comme LORENZO, MICHELLE, OLGA et REBEKAH. De même le prénom ANDREW qui a dévasté la Floride en 1992 fut abandonné et remplacé par ALEX dans la liste de 1998. De la liste 1998, GEORGES a été retiré, place prise par GASTON en 2004. De la liste de 1999, on a retiré FLOYD et LENNY, remplacés en 2005 par FRANKLIN et LEE. [/size][/font]

    [font=Arial][size=1]Encore une dernière chose : les listes prévoient 21 prénoms de A à W, les lettres Q et U n'étant jamais employées par manque de prénoms et ... d'imagination. Pourtant, [b]on utilise des prénoms d'origine américaine, française et espagnole[/b], afin de " contenter " toutes les communautés de la région, mais les prénoms commençant par ces 2 lettres sont rares. On n'a pas encore dépassé la lettre T, c'était TANYA en 1995, année record de nombre de cyclones baptisés depuis 1950. Mais on a prévu, au cas où l'activité cyclonique l'exigerait, d'utiliser, une fois le prénom W attribué, les lettres grecques ALPHA, BETA, etc ... [/size][/font]

  3. #3
    Fidèle
    Date d'inscription
    Apr 2005
    Localisation
    déchetterie municipale
    Messages
    5 542

    Red face

    trés intérresant mais j'ai pas pu continuer la lecture 3iiiiiinayyyaaa

  4. #4
    Confirmé
    Date d'inscription
    Oct 2004
    Localisation
    Germany
    Messages
    687
    [font=Comic Sans MS][color=magenta]la source???[/color][/font]

  5. #5
    Confirmé
    Date d'inscription
    Sep 2005
    Localisation
    tunis
    Messages
    371
    [url="http://www.meteo.fr/temps/domtom/antilles/pack-public/cyclone/tout_cyclone/appellation.htm"]http://www.meteo.fr/temps/domtom/antilles/pack-public/cyclone/tout_cyclone/appellation.htm[/url]

    c'est la source ya Ta7founa

  6. #6
    The Physicist
    Date d'inscription
    Jun 2005
    Localisation
    Paris
    Messages
    80
    bjr, trés interresant mais il manque un point
    l'explication mécanique de ce phénomène là que je ferai inchallah trés prochainement.
    cendrillon bonnne continuation.

  7. #7
    L'Architecte
    Date d'inscription
    Mar 2005
    Localisation
    Weld Ariana
    Messages
    698
    Citation Envoyé par JAKLUI
    bjr, trés interresant mais il manque un point
    l'explication mécanique de ce phénomène là que je ferai inchallah trés prochainement.
    cendrillon bonnne continuation.
    tréééss prochainement .... on attendra toujours !!!

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38