Des chercheurs de la faculté de médecine américaine Albert Einstein ont observé que des mutations génétiques provoquaient la création d'importantes quantités de télomérase, une enzyme qui protège l'ADN et prolonge ainsi la durée de vie.
Les médecins ont examiné l'ADN de 86 juifs ashkénazes âgés de 97 ans en moyenne et en bonne santé, ainsi que leurs enfants et petits-enfants, et ont comparé leur génome à celui d'un groupe de contrôle.

Ils ont découvert que les centenaires du premier groupe avaient des niveaux de télorémase plus élevés, et que ce caractère était héréditaire.
Cette découverte pourrait expliquer pourquoi les centenaires ashkénazes souffrent comparativement moins des maladies liées à l'âge et vivent en moyenne plus vieux.

La télmérase aide à régénérer les télomères, la partie située à l'extrémité des chromosomes qui se dégrade légèrement à chaque fois qu'une cellulle se réplique. L'étude pourrait permettre de développer de nouveaux médicaments visant à stimuler la production de cette enzyme.

D'après le professeur britannique Tim Spector, interviewé par la BBC, de tels traitements devraient cependant être très strictement testés. Faciliter la réplication des cellulles augmente en effet les risques de mutations, et donc l'apparition de cancers.


lemonde.fr