+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 3 123 DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 40

Discussion: histoire, leçon de vie ...

          
  1. #1
    Confirmé
    Date d'inscription
    Jun 2004
    Localisation
    in the air
    Messages
    197

    Exclamation histoire, leçon de vie ...

    [FONT=Century Gothic]
    Une femme blanche, d'environ cinquante ans, est assise à côté d'un noir. Visiblement perturbée, elle appelle l'hôtesse de l'air :
    - Quel est votre problème, Madame?demande l'hôtesse.
    -Mais vous ne le voyez pas donc pas?répond la dame. Vous m'avez placée à côté d'un noir ! Je ne supporte pas de rester à côté d'un de ces êtres répugnants ! Donnez-moi un autre siège !
    - S'il vous plait, calmez-vous, dit l'hôtesse. Presque toutes les places de ce vol sont prises. Je vais voir s'il y a une place disponible.
    L'hôtesse s'éloigne et revient quelques minutes plus tard :
    - Madame, comme je le pensais, il n'y a plus aucune place libre dans cette classe économique. J'ai parlé au commandant et il m'a confirmé qu'il n'y avait plus de place dans la classe exécutive. Toutefois, nous avons encore une place en première classe.
    Avant que la dame puisse faire le moindre commentaire, l'hôtesse de l'air continue :
    - Il est tout à fait innhabituel dans notre compagnie de permettre à une personne de classe économique de s'asseoir en première classe. Mais, vu les circonstances, le commandant trouve qu'il serait scandaleux d'obliger une personne respectable à s'asseoir à côté d'une personne aussi désagréable.
    Et s'adressant au noir, l'hôtesse dit :
    - Donc, monsieur, si vous le souhaitez, prenez votre bagage car un siège en première classe vous attend.

    Et tous les passagers autour, qui, choqués, assistaient à la scène, se levèrent et applaudirent...[/FONT]

  2. #2
    Nouveau
    Date d'inscription
    Sep 2004
    Localisation
    paris
    Messages
    85
    ( oops jme suis trompée regarder msg en bas )
    lol

  3. #3
    Nouveau
    Date d'inscription
    Sep 2004
    Localisation
    paris
    Messages
    85

    Unhappy utopie ou future réalité?

    c très beau comme histoire
    ça laisse rêver mais le réveil est bien plus dur et très brusque : est ce que cette histoire, sa fin en tout cas, traduit la réalité? ça m'étonnerait beaucoup.
    et d'ailleurs j'aimerais juste faire un petit clin d'oeil à la population tunisienne : je suis sûre que ce genre de situation ne se produira jamais dans un avion tunisien. peut etre que c un peu radical, mais sincèrement j'ai bien peur k'en tunisie le racisme soit très présent.
    cette femme ki est écoeurée par la présence d'un noir, d'un être qui lui est soi disant "inférieur", à ses côtés, représente sûrement la pensée intérieure de la plupart des tunisiens.
    alors espérons ke cette scène se passera un jour dans un avion TUNISAIR!!!

  4. #4
    Confirmé
    Date d'inscription
    Jun 2004
    Localisation
    in the air
    Messages
    197
    [FONT=Century Gothic]je l'espere bien janis ...

    [B]HISTOIRE CHOKANTE..[/B]

    Voila l'histoire vrai de Leïla , une jeune fille qui n'avait pas le droit de sortir de chez elle avant sa majorité. Chaque fois qu'elle voulait rejoindre ses amies au cinema , son père lui disait : " Le soir de tes 18ans , je te donnerais une nuit entiere , mais une seule , pour faire ce que tu veux . Apres je te marierais . Le soir de ses 18ans , Leïla décida donc de s'offrir en une seule nuit tout ce qu'elle n'avait pas pû faire avant et ce qu'elle ne pourrait plus faire apres . Elle fit la fête , bû, fuma des cigarrettes , dansa ... Mais leïla était naïve . Tres vite elle se fit choppé dans une tournante. Pour corser les choses ces agresseurs lui mirent un sac sur la tête . Cette nuit la, une bonne partie de la cité défila dans la petite cave d'un building où Leïla fut enfermée . Lorsqu'ils ont eu fini , au petit matin, l'un des violeurs retira le sac qui masquait le visage de la jeune fille , il s'evanouit : il venait de reconnaitre sa propre soeur...Ayant repris connaissance , il monta au dernier étage du building, jetta sa soeur par la fenêtre , puis fini par lui ....[/FONT]

  5. #5
    Confirmé
    Date d'inscription
    Jun 2004
    Localisation
    in the air
    Messages
    197
    [FONT=Century Gothic]
    C'est une histoire qui possède une trés bonne morale à savoir que l'on ne sait jamais de quoi est faite la vie et ce qu'elle va nous réserver. Ensuite, éviter de remettre les choses au lendemain. Mais la chose la plus importante même si je sais que pour certains c'est pas évident, de dire aux gens qu'on les aime tant qu'ils sont encore là.[/FONT]

    Il était une fois, un garçon qui naquit malade d''une maladie qui n'avait pas de cure. Il avait 17 ans et pouvait mourir a n'importe quel moment. Il vivait toujours chez sa mère sous l'attention de cette dernière. C'était dur et il décida de partir seulement pour une fois. Il demanda la permission à sa mère qui la lui donna. En marchant dans son quartier il vit beaucoup de boutiques. En passant devant un magasin de musique et en regardant la vitrine il nota la présence d'une fille très tendre de son âge. Ce fût le coup de foudre. Il ouvrit la porte et entra en ne regardant qu'elle. En s'approchant peu à peu, il arriva au comptoir où elle se trouvait. Elle le regarda et lui demanda en souriant : " Je peux t'aider ? " Il pensa que c'était le sourire le plus beau qu'il avait vu de toute sa vie. Il sentit le désir de l'embrasser en ce même instant. Il lui dit en bégayant: " Oui, heeeuuu,...J'aimerais acheter un CD ". Sans réfléchir, il prit le premier qu'il vit et lui donna l'argent. " Tu veux que je te l'emballe ? " demanda la fille en souriant de nouveau. Il répondit que oui, en bougeant la tête, et elle alla dans l'arrière-boutique pour revenir avec le paquet emballé et le lui remettre. Il le prit et sortit du magasin.Il s'en alla à sa maison, et depuis ce jour, dorénavant, il alla au magasin tous les jours pour acheter un CD. Elle les lui emballait toujours, la fille pour qu'ensuite il les emporte à sa maison et les mette dans son armoire. Il était trop timide que pour l'inviter à sortir, et, même s'il essayait, il n'y arrivait pas. Sa mère fut mise au courant de cela et tenta de l'encourager à s'aventurer, de sorte que le jour suivant il s'arma de courage et se dirigea au magasin. Comme tous les autres jours, il acheta une fois de plus un CD, et comme toujours, elle s'en alla derrière pour l'emballer. Elle prit donc le CD et pendant qu'elle l'emballait, il laissa rapidement son numéro de téléphone sur le comptoir et s'en alla en courant du magasin. Ringggg !!! Sa mère répondit: " Allô ? ", c'était la fille qui demandait pour son fils et la mère inconsolable commença à pleurer pendant qu'elle disait: " Quoi, tu ne sais pas ? Il est mort hier ". Il y eut un silence prolongé, excepté les lamentations de la mère. Plus tard, la maman entra dans la chambre de son fils pour se rappeler de lui. Elle décida de commencer par regarder ses vêtements de sorte qu'elle ouvrit son armoire. Elle eut la surprise de se heurter à des montagnes de CD emballés. Aucun n'était ouvert. Le fait de voir autant de CD la rendit curieuse et elle ne résista pas. Elle prit un CD et s'assit sur le lit a pour l'ouvrir. En faisant cela, un petit bout de papier tomba de la boîte plastique. La maman le rattrapa et le lut, il disait : " Salut !!! T'es super mignon, tu veux sortir avec moi ? ". TQM....Sofia. Avec beaucoup d'émotion, la mère ouvrit un autre CD, encore d'autres et dans plusieurs se trouvaient des bouts de papier qui disaient la même chose.

    [FONT=Century Gothic] [SIZE=2]je sais c tres long comme posting mais c pas de ma faute ! j'adore les histoires je sais pas keske vous en pensez mais moi jadore ça!!![/SIZE] [/FONT]

  6. #6
    Confirmé
    Date d'inscription
    Jun 2004
    Localisation
    in the air
    Messages
    197

    dieu !

    Un homme va chez le coiffeur pour se faire couper les cheveux et la barbe
    comme d'habitude.
    Il commence une bonne conversation avec le barbier qui l'attendait.
    Ils parlent de divers sujets.
    Soudain, ils touchent le sujet de Allah.
    Le barbier dit: " Ecouté monsieur. je ne crois pas en l'existence de Dieu
    comme vous le dite.
    Pourquoi dite vous cela?
    " Demande le client.
    Et bien, c'est très facile, vous n'avez qu'à sortir dans la rue pour
    réaliser que Dieu n'existe pas. Oh, dite moi, si Dieu existait, y aurait-il
    tant de personnes malades?
    y aurait-il des enfants abandonnés?
    Si Dieu existait, il n'y aurait pas de souffrances ni de peines. Je ne peux pas croire à un Dieu qui permet toutes ces choses."

    Le client arrêta un moment pour penser mais il ne voulait pas répondre afin
    d'empêcher d'autre argument.
    Le barbier fini sont travail et le client sortit.
    Juste après avoir quitté le coiffeur il vit un homme dans la rue avec de
    long cheveux et une longue barbe (il semblait qu'il y avait longtemps qu'il
    n'avait pas été chez le coiffeur et il avait l'air désordonné).
    Alors le client retourna chez le coiffeur et dit au barbier: "Vous savez
    quoi? Les coiffeurs n'existent pas."

    Comment ça ils n'existent pas?" - répondit le barbier.
    "Bien, je suis là et
    je suis un barbier." "Non!" - s'exclama le client. "Ils n'existent pas, parce que si ils existaient il n'y aurait pas de personnes avec de longs cheveux et
    de longues barbes comme cet homme qui marche dans la rue."
    Ah, les barbiers existent, ce qui ce passe c'est que les gens ne viennent
    pas chez moi." répondit le barbier.

    Exactement!"- affirma le client. "C'est ça."
    [FONT=Century Gothic]
    Dieu existe, ce qui ce passe c'est que les gens ne vont pas vers Lui et
    ne Le cherche pas, c'est pourquoi ils y a tant de peines et de souffrances
    dans le monde.[/FONT]

  7. #7
    Actif
    Date d'inscription
    May 2005
    Messages
    1 477
    [font=Comic Sans MS][color=purple]Très belles les histoires j'en connaissais deux d'entre elle. Merci de les avoir poster Freeman... ce sont de très belles leçons de moral et ça donne la possibilité aux personnes de réfléchir !!![/color][/font]
    [font=Comic Sans MS][color=purple][/color][/font]
    [font=Comic Sans MS][color=purple]ps : dommage que personne d'autre ne poste des histoires comme ça.[/color][/font]
    [font=Comic Sans MS][color=purple]Moi dès que j'en ai je vous les ferais partager ![/color][/font]

  8. #8
    Confirmé
    Date d'inscription
    Jun 2004
    Localisation
    in the air
    Messages
    197
    [FONT=Century Gothic]Il était une fois dans un pays lointain une jeune fille qui était très triste... Cette jeune fille s'appelait Margueritte mais tout le monde l'appelait Frimousse... Ce surnom semble mignon si on ne connaît pas son histoire. En effet, Frimousse était très laide et son visage semblait recouvert de mousse... D'où son nom.
    Son père était un méchant homme et la forçait à travailler très tard. Elle devait coudre, faire la cuisine mais surtout elle devait travailler le verre. Son père vendait ses carafes, ses plats et ses vases à prix fort sur le marché car c'étaient les plus beaux qu'on n'avait jamais vu. Or, un jour, alors que Frimousse attisait le feu une étincelle en jaillit et vint s'éteindre à ses pieds en se transformant en graine. Frimousse la prit et la planta, la choya et s'en occupa. La graine mit très longtemps à grandir... Les mois passèrent et au bout d'une année entière un bouton de fleur apparût... Frimousse dorlota encore plus la plante, lui parlant de sa voix douce, la mettant au soleil ou au coin du feu, lui racontant de belles histoires mais il fallut encore une année pour que le bouton s'épanouisse... La fleur s'ouvrit une nuit sombre, sans lune, en chantant doucement. Frimousse, alertée par le chant se posta devant la fleur et la regarda. Au coeur des pétales se trouvait un moineau tout petit et aussi bleu que le ciel, il était exactement de la même couleur que la fleur. Frimousse se pencha sur lui et le regarda. Aussitôt le moineau se mit à pépier et dit de sa voix chantante :
    "- C'est toi qui m'as choyé durant ces deux années. À présent je vais te remercier. Une fois que je me serai envolé tu prendras la poudre jaune du coeur de la fleur et tu la mettras dans ton verre fondu, de ce verre tu feras un miroir. Je réapparaîtrai à ce moment là."
    Sur ce il s'envola par la fenêtre et disparu.
    Frimousse fit comme il l'avait dit, et elle confectionna le miroir le plus beau du monde, celui qui reflétait le mieux la réalité. Lorsque le dernier morceau de verre fut poli et le dernier morceau de cadre fut verni, le moineau réapparut :
    "- Tu as fait du beau travail, à présent regarde-toi dans le miroir..."
    Frimousse savait qu'elle était laide et voulu se dérober mais le moineau insista... Dès qu'elle eu posé les yeux sur le miroir elle resta figée sur place éblouie par la beauté de la fille qui était devant elle :
    "- Mais, qu'est-ce que ?...
    - C'est bien toi, dit le moineau, la poudre de ma fleur t'as permit de créer un miroir qui ne montre que l'âme des gens... quiconque se regarde dedans sera à jamais transformé en fonction de son âme. Te voilà devenue la plus belle de toute frimousse... Adieu"
    Frimousse était si folle de bonheur qu'elle n'entendit pas son père arriver.
    "- Que faites-vous ici, dit-il, où est ma fille ?
    - Mais père, c'est moi, si je suis devenue comme ça c'est grâce à ce miroir."
    À ces mots le père de Frimousse se précipita sur le miroir en espérant devenir plus beau que tout les autres... Hélas, son âme était si noire et son coeur si dur qu'il se transforma en pierre. Frimousse ne le regretta pas, elle pleura juste ce qu'il fallait et s'occupa de sa mère en continuant à vendre ses vases jusqu'au jour où elle rencontra un jeune prince qui, émerveillé par la beauté de son travail en tomba fou amoureux. Il l'épousa, installa sa mère dans une belle maison entourée de roses et de lacs magnifiques et il vécurent heureux et eurent beaucoup d'enfants.
    Quant au miroir, seul Frimousse sait ce qu'il est devenu. Il erre quelque part dans le monde... un conseil, mieux vaut avoir l'âme belle si l'on veut se regarder dans un miroir sans avoir honte de ce que l'on voit... Car, on ne sait jamais, le miroir est peut-être chez vous.[/FONT]

  9. #9
    Confirmé
    Date d'inscription
    Sep 2005
    Messages
    853
    j'adore tes histoire c'est trop mignon oh je trouve ca trop beau !!!!!

  10. #10
    Confirmé
    Date d'inscription
    Jun 2004
    Localisation
    in the air
    Messages
    197
    [FONT=Century Gothic]Une jeune femme doit passer la nuit seule dans sa maison, elle a pour seule compagnie, son chien fidèle. Peu de temps avant de se coucher, elle entend un bulletin à la radio, qui annonce qu'un fou dangereux c'est évadé de l'asile tout proche. Pendant son sommeil, il lui semble entendre des bruits étranges provenant de la salle de bain. Elle sors une main du lit, afin de vérifier si son chien est bien à côté d'elle. Son chien lui répond par une lèche affectueuse sur la main. Le lendemain matin, la jeune femme va dans la salle, et y trouve son chien, égorgé. Sur le miroir, il était écrit : " Les hommes aussi peuvent lécher. "

    [CENTER]--------****----------------****----------------****---------------****---------------****---------------****---------------[/CENTER]

    Un type se tient debout sur le bord de la route au milieu d'une très sombre nuit en faisant du stop. En même temps une terrible tempête se déchaîne. Quelque temps plus tard personne ne s'est arrêté. La tempête et l'orage sont si forts qu'il est impossible de voir plus loin que 3 mètres devant soi. Tout à coup il voit une voiture qui s'approche lentement et qui s'arrête.Le gars sans se poser de questions monte dans la voiture et ferme la porte, lorsqu'il se retourne il se rend compte qu'il n'y a personne à la place du conducteur.La voiture démarre doucement, il voit que sur la route il y a un virage en approche, effrayé, il commence à prier. Le gars n'a pas fini d'être étonné lorsque juste avant d'arriver sur le virage, la porte du conducteur s'entre ouvre et une main entre pour faire tourner le volant dans le virage.Paralysé par sa peur il s'accroche avec toutes ses forces à son siège. Il reste immobile et voit que la même chose arrive à chaque fois qu'il y a un virage sur la route.La tempête augmente en force, et le gars qui a sorti des forces de là où il n'en reste pas, descend de la voiture et part en courant jusqu'au village le plus proche, entre dans le bar, demande deux tequilas doubles et en tremblant commence à raconter à tous ce qui lui est arrivé.Environ une demi-heure plus tard arrive deux gars complètement trempés, l'air extenués et l'un dit à l'autre :
    - Regarde là-bas, c'est le ******d qui est monté dans la voiture pendant qu'on la poussait![/FONT]

  11. #11
    Actif
    Date d'inscription
    May 2005
    Messages
    1 477
    [font=Comic Sans MS][color=purple]C'est l'histoire de deux amis qui marchaient dans le désert. A un moment, ils se disputèrent et l'un des deux donna une gifle à l'autre. Ce dernier, endolori mais sans rien dire, écrivit dans le sable : "Aujourd'hui mon meilleur ami m'a donné une gifle." [/color][/font][font=Comic Sans MS][color=purple]Ils continuèrent à marcher puis trouvèrent un oasis, dans lequel ils décidèrent de se baigner. Mais celui qui avait été giflé manqua de se noyer et son ami le sauva. Quand il se fut repris, il écrivit sur une pierre : "Aujourd'hui mon meilleur ami m'a sauve la vie." Celui qui avait donné la gifle et avait sauvé son ami lui demanda : "Quand je t'ai blessé tu as écrit sur le sable, et maintenant tu as écrit sur la pierre. Pourquoi ?" L'autre ami répondit : "Quand quelqu'un nous blesse, nous devons l'écrire dans le sable, où les vents du pardon peuvent l'effacer. Mais quand quelqu'un fait quelque chose de bien pour nous, nous devons le graver dans la pierre, où aucun vent ne peut l'effacer. Apprends à écrire tes blessures dans le sable et à graver tes joies dans la pierre."[/color][/font]

  12. #12
    Confirmé
    Date d'inscription
    Jun 2004
    Localisation
    in the air
    Messages
    197
    [FONT=Century Gothic]Durant mon deuxième mois au collège, notre professeur nous a donné un petit examen surprise.

    J'étais un étudiant consciencieux et j'ai répondu aisément à toutes les questions jusqu'à ce que je lise la dernière question :

    Quel est le prénom de la femme de ménage de l'école ?

    Il s'agissait certainement d'une blague.

    Je l'avais rencontrée plusieurs fois.

    Elle était grande, cheveux foncés et dans
    la cinquantaine, mais comment j'aurais pu savoir son nom ?

    J'ai remis mon examen en laissant la dernière question sans réponse.

    Juste avant la fin du cours, un étudiant a demandé si la dernière question comptait pour la note de l'examen.

    " Absolument " a répondu le professeur. "

    Durant vos carrières, vous allez rencontrer beaucoup de gens.

    Ils sont tous importants. Ils méritent tous votre attention et vos soins, même s'il s'agit simplement
    d'un sourire et d'un bonjour."

    Je n'ai jamais oublié cette leçon.[/FONT]

    [I]source : [url]http://www.astwinds.com[/url][/I]

  13. #13
    Fidèle
    Date d'inscription
    Nov 2005
    Localisation
    chez les fous ...
    Messages
    5 608

    Thumbs up leçon de vie

    [font=Arial][b][i]Il est très désagréable d’être l’objet de critiques malveillantes et injustes, mais puisqu’on ne peut pas y échapper, il faut au moins essayer de gagner quelque chose en apprenant à les utiliser. Donc, si vous êtes injustement critiqué, pensez que vous avez là les meilleures conditions pour vous renforcer. C’est vous, un jour, qui remporterez la victoire, et ceux qui vous ont attaqué seront honteux. Car pendant qu’ils étaient occupés à manigancer des intrigues contre vous, ils ne s’amélioraient pas, et non seulement ils ne s’amélioraient pas, mais ils s’affaiblissaient, tandis que vous vous renforciez.
    Quand on est à l’abri, au calme, on ne fait aucun effort, et ce calme n’est donc pas un état souhaitable. Si vous pouvez arriver à ce degré de compréhension, vous penserez vous aussi que, malgré les apparences, celui qui est injustement persécuté se trouve dans la meilleure situation. Seulement à une condition: qu’il ne se contente pas de subir ces injustices, mais apprenne à les utiliser.[/i][/b][/font]

  14. #14
    Actif
    Date d'inscription
    Apr 2006
    Localisation
    Home, Sweet Home
    Messages
    1 389
    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b]Il était une fois un oiseau, doté d’une paire d’ailes parfaites aux plumes étincelantes et aux couleurs merveilleuses. Bref, un animal fait pour voler librement dans le ciel, à la plus grande joie de ceux qui l’observaient.[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b]Un jour, une femme vit cet oiseau et s’en éprit. Elle le regarda volé bouche bée d’admiration, le c½ur battant la chamade, les yeux brillants d’émotion. Il l’invita à l’accompagner, et ils volèrent ensemble en complète harmonie. Elle admirait, vénérait, célébrait l’oiseau.[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b] Mais un jour la femme pensa : « peut être aimerait-il découvrir des montagnes lointaines ? » Elle eut peur. Peur de ne plus éprouver cela avec un autre oiseau. Et elle se sentit jalouse –jalouse du pouvoir de voler de l’oiseau.[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b] Elle se sentit seule.[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b] « Je vais lui tendre un piége, pensa-t-elle. La prochaine fois que l’oiseau apparaîtra, il ne repartira plus. »[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b] L’oiseau, qui était lui aussi très épris, revint la voir le lendemain. Il tomba dans le piége et fut emprisonné dans une cage.[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b] Chaque jour, la femme le contemplait. Il était l’objet de sa passion, et elle le montrait à ses amies, qui s’exclamaient : « Tu es une personne comblée ! » Cependant, une étrange transformation commença à se produire : comme l’oiseau était à elle et qu’elle n’avait plus besoin de le conquérir, la femme s’en désintéressa. L’animal qui ne pouvait ni volé ni exprimé le sens de sa vie, dépérissait et perdait son éclat, il enlaidit – et la femme ne lui prêtait plus attention que pour le nourrir et nettoyer sa cage.[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b] Un beau jour, l’oiseau mourut. Elle en fut profondément attristée et ne cessa dés lors de penser à lui. Mais elle ne se souvenait pas de la cage, elle se rappelait seulement le jour où elle l’avait aperçu pour la première fois, volant, heureux, aussi haut que les nuages.[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b] Si elle s’était observée elle-même, elle aurait découvert que ce qu’elle l’avait tellement émue chez l’oiseau, c’était sa liberté, l’énergie de ses ailes en mouvement, et non son aspect physique.[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b] Sans l’oiseau, sa vie même perdit son sens, et la mort vint frappé à sa porte.[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b] « Pourquoi es-tu venu ? » lui demanda la femme.[/b][/color][/font]

    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b] « Pour que tu puisse volé à nouveau avec lui dans les cieux, répondit la mort. Si tu l’avais laissé partir et revenir à chaque fois, tu l’aurais aimé et admiré bien davantage ; désormais, tu as besoin de moi pour pouvoir le retrouver. »[/b][/color][/font]
    [b][font=Comic Sans MS][color=#4169e1][/color][/font][/b]
    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][b]Source :"onze minutes" de Paulo Coelho[/b][/color][/font]
    [font=Comic Sans MS][color=royalblue][/color][/font]
    [font=Comic Sans MS][color=royalblue]ps: j'éspere ne pas avoir fait trop de fautes en le recopiant [/color][/font]

  15. #15
    Nouveau
    Date d'inscription
    Jul 2006
    Messages
    9

    Thumbs down une petite histoire ....

    [u][color=fuchsia][font='Comic Sans MS'][b][size=2][color=teal]LE GARÇON AU SALE CARACTÈRE[/color][/size][/b][/font][/color][/u][color=fuchsia][font='Comic Sans MS']
    [b][size=2][color=teal] [/color][/size][/b][/font][/color]

    [color=fuchsia][font='Comic Sans MS'][b][color=teal][size=2]Il était une fois un garçon avec un sale caractère.

    Son père lui donna un sachet de clous et lui dit d'en planter
    un dans la barrière du jardin chaque fois qu'il perdrait patience
    et se dis****rait avec quelqu'un.

    Le premier jour il en planta 37 dans la barrière.
    Les semaines suivantes, il apprit à se contrôler, et le nombre
    de clous plantés dans la barrière diminua jour après jour :
    il avait découvert que c'était plus facile de se contrôler
    que de planter des clous.

    Finalement arriva un jour où le garçon ne planta aucun clou
    dans la barrière.

    Alors il alla voir son père et lui dit que pour ce jour
    il n'avait planté aucun clou. Son père lui dit alors d'enlever
    un clou de la barrière pour chaque jour où il n'aurait pas
    perdu patience.

    Les jours passèrent et finalement le garçon put dire à son
    père qu'il avait enlevé tous les clous de la barrière. Le père
    conduisit son fils devant la barrière et lui dit :

    "Mon fils, tu t'es bien comporté mais regarde tous les trous
    qu'il y a dans la barrière. Elle ne sera jamais plus comme avant.
    Quand tu te dis****s avec quelqu'un et que tu lui dis quelque
    chose de méchant, tu lui laisses une blessure comme celle-là.

    Tu peux planter un couteau dans un homme et après lui retirer,
    mais il restera toujours une blessure. Peu importe combien de
    fois tu t'excuseras, la blessure restera."

    Une blessure verbale fait aussi mal qu'une blessure physique.[/size] ****[/color][/b][/font][/color]

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38