+ Répondre à la discussion
Page 1 sur 7 123 ... DernièreDernière
Affichage des résultats 1 à 15 sur 93

Discussion: Des perles de poésie

          
  1. #1
    Actif
    Date d'inscription
    May 2011
    Messages
    1 147

    Des perles de poésie

    [COLOR=black]J[/COLOR][COLOR=black]e vous invite à lire ces vers de Musset, à travers lesquels il pose une question à george sand, mais indirectement:[/COLOR]
    [B]
    Quand [/B]je mets à vos pieds un éternel hommage,
    [B]Voulez[/B]-vous qu'un instant je change de visage ?
    [B]Vous[/B] avez capturé les sentiments d'un coeur
    [B]Que[/B] pour vous adorer forma le créateur.
    [B]Je [/B]vous chéris, amour, et ma plume en délire
    [B]Couche[/B] sur le papier ce que je n'ose dire.
    [B]Avec[/B] soin de mes vers lisez les premiers mots,
    [B]Vous[/B] saurez quel remède apporter à mes maux.

    Réponse de George Sand :

    [B]Cette[/B] insigne faveur que votre coeur réclame
    [B]Nuit [/B]à ma renommée et répugne mon âme.

  2. #2
    Actif
    Date d'inscription
    Jun 2011
    Messages
    1 642
    très beau , c est vraiment un très beau poème,jl as trouve étrange sa réponse tout de même

  3. #3
    Actif
    Date d'inscription
    May 2011
    Messages
    1 147
    Oui surtout que la réponse directe c'est le refus et l'indignation, et la réponse indirecte c'est: cette nuit. Donc opposition entre le dit et le non dit.

  4. #4
    Actif
    Date d'inscription
    Jun 2011
    Messages
    1 642
    hum confrontée entre ce que son coeur désir et l image qu elle parait aux yeux des gens , comme quoi sa date vraiment pas d aujourd hui ces histoires , en tout cas faire ce genre de propositions aussi joliement dis , jtrouve sa très romantique

  5. #5
    Fidèle
    Date d'inscription
    Jul 2007
    Localisation
    موْطن شهداء الفكر
    Messages
    9 135
    [COLOR="purple"][FONT="Trebuchet MS"]Une des perles de la poésie Arabe :
    [/FONT][/COLOR][RIGHT][SIZE="5"][FONT="Arial"][COLOR="purple"]
    [CENTER][B][U]هوامش على دفتر النكسة

    [/U][/B]
    [COLOR="black"]نزار قباني
    [/COLOR]

    [/CENTER]

    أنعي لكم، يا أصدقائي، اللغة القديمه

    والكتب القديمه

    أنعي لكم..

    كلامنا المثقوب، كالأحذية القديمه..

    ومفردات العهر، والهجاء، والشتيمه

    أنعي لكم.. أنعي لكم

    نهاية الفكر الذي قاد إلى الهزيمه



    مالحةٌ في فمنا القصائد

    مالحةٌ ضفائر النساء

    والليل، والأستار، والمقاعد

    مالحةٌ أمامنا الأشياء



    يا وطني الحزين

    حولتني بلحظةٍ

    من شاعرٍ يكتب الحب والحنين

    لشاعرٍ يكتب بالسكين



    لأن ما نحسه أكبر من أوراقنا

    لا بد أن نخجل من أشعارنا



    إذا خسرنا الحرب لا غرابه

    لأننا ندخلها..

    بكل ما يملك الشرقي من مواهب الخطابه

    بالعنتريات التي ما قتلت ذبابه

    لأننا ندخلها..

    بمنطق الطبلة والربابه



    السر في مأساتنا

    صراخنا أضخم من أصواتنا

    وسيفنا أطول من قاماتنا



    خلاصة القضيه

    توجز في عباره

    لقد لبسنا قشرة الحضاره

    والروح جاهليه...



    بالناي والمزمار..

    لا يحدث انتصار



    كلفنا ارتجالنا

    خمسين ألف خيمةٍ جديده



    لا تلعنوا السماء

    إذا تخلت عنكم..

    لا تلعنوا الظروف

    فالله يؤتي النصر من يشاء

    وليس حداداً لديكم.. يصنع السيوف



    يوجعني أن أسمع الأنباء في الصباح

    يوجعني.. أن أسمع النباح..



    ما دخل اليهود من حدودنا

    وإنما..

    تسربوا كالنمل.. من عيوبنا



    خمسة آلاف سنه..

    ونحن في السرداب

    ذقوننا طويلةٌ

    نقودنا مجهولةٌ

    عيوننا مرافئ الذباب

    يا أصدقائي:

    جربوا أن تكسروا الأبواب

    أن تغسلوا أفكاركم، وتغسلوا الأثواب

    يا أصدقائي:

    جربوا أن تقرؤوا كتاب..

    أن تكتبوا كتاب

    أن تزرعوا الحروف، والرمان، والأعناب

    أن تبحروا إلى بلاد الثلج والضباب

    فالناس يجهلونكم.. في خارج السرداب

    الناس يحسبونكم نوعاً من الذئاب...



    جلودنا ميتة الإحساس

    أرواحنا تشكو من الإفلاس

    أيامنا تدور بين الزار، والشطرنج، والنعاس

    هل نحن "خير أمةٍ قد أخرجت للناس" ؟...



    كان بوسع نفطنا الدافق بالصحاري

    أن يستحيل خنجراً..

    من لهبٍ ونار..

    لكنه..

    واخجلة الأشراف من قريشٍ

    وخجلة الأحرار من أوسٍ ومن نزار

    يراق تحت أرجل الجواري...



    نركض في الشوارع

    نحمل تحت إبطنا الحبالا..

    نمارس السحل بلا تبصرٍ

    نحطم الزجاج والأقفالا..

    نمدح كالضفادع

    نشتم كالضفادع

    نجعل من أقزامنا أبطالا..

    نجعل من أشرافنا أنذالا..

    نرتجل البطولة ارتجالا..

    نقعد في الجوامع..

    تنابلاً.. كسالى

    نشطر الأبيات، أو نؤلف الأمثالا..

    ونشحذ النصر على عدونا..

    من عنده تعالى...



    لو أحدٌ يمنحني الأمان..

    لو كنت أستطيع أن أقابل السلطان

    قلت له: يا سيدي السلطان

    كلابك المفترسات مزقت ردائي

    ومخبروك دائماً ورائي..

    عيونهم ورائي..

    أنوفهم ورائي..

    أقدامهم ورائي..

    كالقدر المحتوم، كالقضاء

    يستجوبون زوجتي

    ويكتبون عندهم..

    أسماء أصدقائي..

    يا حضرة السلطان

    لأنني اقتربت من أسوارك الصماء

    لأنني..

    حاولت أن أكشف عن حزني.. وعن بلائي

    ضربت بالحذاء..

    أرغمني جندك أن آكل من حذائي

    يا سيدي..

    يا سيدي السلطان

    لقد خسرت الحرب مرتين

    لأن نصف شعبنا.. ليس له لسان

    ما قيمة الشعب الذي ليس له لسان؟

    لأن نصف شعبنا..

    محاصرٌ كالنمل والجرذان..

    في داخل الجدران..

    لو أحدٌ يمنحني الأمان

    من عسكر السلطان..

    قلت له: لقد خسرت الحرب مرتين..

    لأنك انفصلت عن قضية الإنسان..



    لو أننا لم ندفن الوحدة في التراب

    لو لم نمزق جسمها الطري بالحراب

    لو بقيت في داخل العيون والأهداب

    لما استباحت لحمنا الكلاب..



    نريد جيلاً غاضباً..

    نريد جيلاً يفلح الآفاق

    وينكش التاريخ من جذوره..

    وينكش الفكر من الأعماق

    نريد جيلاً قادماً..

    مختلف الملامح..

    لا يغفر الأخطاء.. لا يسامح..

    لا ينحني..

    لا يعرف النفاق..

    نريد جيلاً..

    رائداً..

    عملاق..



    يا أيها الأطفال..

    من المحيط للخليج، أنتم سنابل الآمال

    وأنتم الجيل الذي سيكسر الأغلال

    ويقتل الأفيون في رؤوسنا..

    ويقتل الخيال..

    يا أيها الأطفال أنتم –بعد- طيبون

    وطاهرون، كالندى والثلج، طاهرون

    لا تقرؤوا عن جيلنا المهزوم يا أطفال

    فنحن خائبون..

    ونحن، مثل قشرة البطيخ، تافهون

    ونحن منخورون.. منخورون.. كالنعال

    لا تقرؤوا أخبارنا

    لا تقتفوا آثارنا

    لا تقبلوا أفكارنا

    فنحن جيل القيء، والزهري، والسعال

    ونحن جيل الدجل، والرقص على الحبال

    يا أيها الأطفال:

    يا مطر الربيع.. يا سنابل الآمال

    أنتم بذور الخصب في حياتنا العقيمه

    وأنتم الجيل الذي سيهزم الهزيمه...
    [/COLOR][/FONT][/SIZE][/RIGHT]

  6. #6
    Nouveau
    Date d'inscription
    Feb 2009
    Localisation
    tunis
    Messages
    71
    Et voila sa première lettre à elle (George Sand), plein de sens cachés et très jolie surtout


    [B]Je suis toute émue de vous dire que j'ai[/B]
    bien compris l'autre jour que vous aviez
    [B]toujours une envie folle de me faire[/B]
    danser. Je garde le souvenir de votre
    [B]baiser et je voudrais bien que ce soit[/B]
    une preuve que je puisse être aimée
    [B]par vous. Je suis prête à montrer mon[/B]
    affection toute désintéressée et sans cal-
    [B]cul, et si vous voulez me voir ainsi[/B]
    vous dévoiler, sans artifice, mon âme
    [B]toute nue, daignez me faire visite,[/B]
    nous causerons et en amis franchement
    [B]je vous prouverai que je suis la femme[/B]
    sincère, capable de vous offrir l'affection
    [B]la plus profonde, comme la plus étroite[/B]
    amitié, en un mot : la meilleure épouse
    [B]dont vous puissiez rêver. Puisque votre[/B]
    âme est libre, pensez que l'abandon ou je
    [B]vis est bien long, bien dur et souvent bien[/B]
    insupportable. Mon chagrin est trop
    [B]gros. Accourrez bien vite et venez me le[/B]
    faire oublier. A vous je veux me sou-
    [B]mettre entièrement.[/B]
    Votre poupée

  7. #7
    Actif
    Date d'inscription
    May 2011
    Messages
    1 147
    Oui, je trouve leur façon de communiquer très originale, dissimuler le contenu érotique d'une façon aussi subtile, ce n'est pas donné à n'importe qui.

    J'aime beaucoup aussi "le lac" de Lamartine:
    [INDENT] Ainsi, toujours poussés vers de nouveaux rivages,
    Dans la nuit éternelle emportés sans retour,
    Ne pourrons-nous jamais sur l’océan des âges
    Jeter l’ancre un seul jour ?

    Ô lac ! l’année à peine a fini sa carrière,
    Et près des flots chéris qu’elle devait revoir,
    Regarde ! je viens seul m’asseoir sur cette pierre
    Où tu la vis s’asseoir !

    Tu mugissais ainsi sous ces roches profondes,
    10 Ainsi tu te brisais sur leurs flancs déchirés,
    Ainsi le vent jetait l’écume de tes ondes
    Sur ses pieds adorés.

    Un soir, t’en souvient-il ? nous voguions en silence ;
    On n’entendait au loin, sur l’onde et sous les cieux,
    Que le bruit des rameurs qui frappaient en cadence
    Tes flots harmonieux.

    Tout à coup des accents inconnus à la terre
    Du rivage charmé frappèrent les échos ;
    Le flot fut attentif, et la voix qui m’est chère
    20 Laissa tomber ces mots :

    « Ô temps ! suspends ton vol, et vous, heures propices !
    Suspendez votre cours :
    Laissez-nous savourer les rapides délices
    Des plus beaux de nos jours !

    « Assez de malheureux ici-bas vous implorent,
    Coulez, coulez pour eux ;
    Prenez avec leurs jours les soins qui les dévorent ;
    Oubliez les heureux.

    « Mais je demande en vain quelques moments encore,
    30 Le temps m’échappe et fuit ;
    Je dis à cette nuit : Sois plus lente ; et l’aurore
    Va dissiper la nuit.

    « Aimons donc, aimons donc ! de l’heure fugitive,
    Hâtons-nous, jouissons !
    L’homme n’a point de port, le temps n’a point de rive ;
    Il coule, et nous passons ! »

    Temps jaloux, se peut-il que ces moments d’ivresse,
    Où l’amour à longs flots nous verse le bonheur,
    S’envolent loin de nous de la même vitesse
    40 Que les jours de malheur ?

    Eh quoi ! n’en pourrons-nous fixer au moins la trace ?
    Quoi ! passés pour jamais ! quoi ! tout entiers perdus !
    Ce temps qui les donna, ce temps qui les efface,
    Ne nous les rendra plus !

    Éternité, néant, passé, sombres abîmes,
    Que faites-vous des jours que vous engloutissez ?
    Parlez : nous rendrez-vous ces extases sublimes
    Que vous nous ravissez ?

    Ô lac ! rochers muets ! grottes ! forêt obscure !
    50 Vous, que le temps épargne ou qu’il peut rajeunir,
    Gardez de cette nuit, gardez, belle nature,
    Au moins le souvenir !

    Qu’il soit dans ton repos, qu’il soit dans tes orages,
    Beau lac, et dans l’aspect de tes riants coteaux,
    Et dans ces noirs sapins, et dans ces rocs sauvages
    Qui pendent sur tes eaux.

    Qu’il soit dans le zéphyr qui frémit et qui passe,
    Dans les bruits de tes bords par tes bords répétés,
    Dans l’astre au front d’argent qui blanchit ta sur
    De ses molles clartés.

    Que le vent qui gémit, le roseau qui soupire,
    Que les parfums légers de ton air embaumé,
    Que tout ce qu’on entend, l’on voit ou l’on respire,
    Tout dise : Ils ont aimé ![/INDENT][LEFT][COLOR=#000000]

    [/COLOR][/LEFT]

  8. #8
    Fidèle
    Date d'inscription
    Jul 2007
    Localisation
    موْطن شهداء الفكر
    Messages
    9 135

    Thumbs up

    [RIGHT][SIZE="5"][FONT="Arial"][COLOR="purple"]
    النملة قالت للفيل:
    قُم دلكني..
    ومقابل ذلك ضحكني
    وإذا لم أضحك عوضني
    بالتقبيل وبالتمويل
    وإذا لم أقنع ..
    قدم لي
    كُل صباح ألف قتيل !
    ضحك الفيل
    فشاطت غضباً :
    تسخر مني يا برميل
    ما المضحك فيما قد قيل؟
    غيري أصغر ..لكن طلبت أكثر مني
    غيرك أكبر ...لكن لبّى وهو ذليل
    أي دليل؟[B]
    أكبر منك بلاد العرب
    وأصغر مني إسرائيل ...[/B][/COLOR][/FONT][/SIZE]
    [/RIGHT]

    [COLOR="navy"][B][FONT="Arial"][SIZE="5"]احمد مطر[/SIZE][/FONT][/B][/COLOR]

  9. #9
    Actif
    Date d'inscription
    May 2011
    Messages
    1 147
    [U]Avoir et Être[/U]

    Loin des vieux livres de grammaire ,
    Écoutez comment un beau soir
    Ma mère m'enseigna les mystères,
    Du verbe [U]Être[/U] et du verbe [U]Avoir[/U].

    Parmi les meilleurs auxiliaires ,
    Il est deux verbes originaux.
    Avoir et Être étaient deux frères
    Que j'ai connu dès le berceau.

    Bien qu'opposés de caractère,
    On pouvait les croire jumeaux,
    Tant leur histoire est singulière,
    Mais ces deux frères étaient rivaux.

    Ce qu ' Avoir aurait voulu être ,
    Être voulait toujours l'avoir
    A ne vouloir ni Dieu ni maitre,
    Le verbe Être s'est fait avoir !

    Son frère Avoir était en banque
    Et faisait un grand numéro,
    Alors qu 'Être , toujours en manque,
    Souffrait beaucoup dans son égo.

    Pendant qu 'Être apprenait à lire
    Et faisait ses humanités,
    Se son coté, sans rien lui dire,
    Avoir apprenait à compter.

    Et il amassait des fortunes,
    en avoir, en liquidités,
    Pendant qu' Etre toujours dans la lune
    S'était laissé déposséder.

    Avoir était ostentatoire,
    Lorsqu'il se montrait généreux
    Être, en revanche, et c'est notoire,
    Est bien souvent présomptueux.

    Avoir voyage en classe Affaires,
    Et met tous ses titres à l'abri ,
    Alors qu' Être , plus débonnaire ,
    Ne gardera rien pour lui.

    Sa richesse est toute intérieure ;
    Ce sont les choses de l' Esprit
    Le verbe Être est tout en pudeur,
    Et sa noblesse est à ce prix .

    Un jour, à force de chimères ,
    Et pour parvenir à un accord ,
    ( Entre verbes, çà peut se faire ),
    Ils conjuguèrent leurs efforts.

    Et pour ne pas perdre la face ,
    Au milieu des mots rassemblés ,
    Ils se sont répartis les tâches,
    Pour enfin , se réconcilier...

    Le verbe Avoir a besoin d'être,
    Parce qu'être , c'est exister....
    Le verbe Être a besoin d'avoir,
    Pour enrichir ses bons cotés .

    Et de palabres interminables,
    En arguties alambiquées,
    Nos deux frères inséparables,
    Ont pu être et avoir été.......

  10. #10
    Fidèle
    Date d'inscription
    Apr 2006
    Localisation
    au soleil
    Messages
    4 981
    [B][COLOR=black]Jusqu'aux bords de ta vie
    [/COLOR][/B][CENTER][B][COLOR=black]Tu porteras ton enfance
    [/COLOR][COLOR=black]Ses fables et ses larmes
    [/COLOR][COLOR=black]Ses grelots et ses peurs

    [/COLOR] [COLOR=black]
    [/COLOR][COLOR=black]Tout au long de tes jours
    [/COLOR][COLOR=black]Te précède ton enfance
    [/COLOR][COLOR=black]Entravant ta marche
    [/COLOR][COLOR=black]Ou te frayant chemin

    [/COLOR] [COLOR=black]
    [/COLOR][COLOR=black]Singulier et magique
    [/COLOR][COLOR=black]L'œil de ton enfance
    [/COLOR][COLOR=black]Qui détient à sa source
    [/COLOR][COLOR=black]L'univers des regards

    [/COLOR] [COLOR=black]
    [/COLOR][COLOR=black]Andrée Chedid


    [/COLOR][/B][/CENTER]

  11. #11
    Fidèle
    Date d'inscription
    Apr 2006
    Localisation
    au soleil
    Messages
    4 981
    [B][FONT=Arial][SIZE=2]Il meurt lentement celui qui ne voyage pas,
    celui qui ne lit pas,
    celui qui n’écoute pas de musique,
    celui qui ne sait pas trouver grâce à ses yeux.[/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Arial][SIZE=2]
    [/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Arial][SIZE=2]Il meurt lentement
    celui qui détruit son amour-propre,
    celui qui ne se laisse jamais aider.[/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Arial][SIZE=2]
    [/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Arial][SIZE=2]Il meurt lentement
    celui qui devient esclave de l'habitude
    refaisant tous les jours les mêmes chemins,
    celui qui ne change jamais de repère,
    Ne se risque jamais à changer la couleur de ses vêtements
    Ou qui ne parle jamais à un inconnu[/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Arial][SIZE=2]
    [/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Arial][SIZE=2]Il meurt lentement
    celui qui évite la passion
    et son tourbillon d'émotions
    celles qui redonnent la lumière dans les yeux
    et réparent les coeurs blessés[/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Arial][SIZE=2]
    [/SIZE][/FONT][/B]
    [B][SIZE=2][FONT=Arial]Il meurt lentement
    celui qui ne change pas de cap lorsqu'il est malheureux[/FONT][/SIZE] [FONT=Arial][SIZE=2]au travail ou en amour,
    celui qui ne prend pas de risques
    pour réaliser ses rêves,
    celui qui, pas une seule fois dans sa vie,
    n'a fui les conseils sensés.[/SIZE][/FONT][/B]
    [B][FONT=Arial][SIZE=2]
    [/SIZE][/FONT][/B]
    [B][SIZE=2][FONT=Arial]Vis maintenant!
    Risque-toi aujourd'hui!
    Agis tout de suite!
    Ne te laisse pas mourir lentement!
    Ne te prive pas d'être heureux![/FONT][/SIZE][/B]


    [B][SIZE=2][FONT=Arial]Pablo NERUDA
    [/FONT][/SIZE][/B]
    [CENTER][/CENTER]

  12. #12
    serendipity
    Date d'inscription
    Dec 2007
    Localisation
    parmis les etoiles
    Messages
    8 270
    [I][COLOR="navy"][I][/I]pourquoi tant de douceur, de tendresse, au début de notre amour?
    Pourquoi tant de caresses, tant de délices, après?
    Maintenant, ton seul plaisir est de déchirer mon cœur...
    Pourquoi?
    .
    Omar Khayyâm, Rubayat quatrain LXXIII[/COLOR][/I]

  13. #13
    Actif
    Date d'inscription
    May 2011
    Messages
    1 147
    [B]ETRE FORT[/B]

    [B]Etre fort[/B] c'est aimer quelqu'un en silence

    [B]Etre fort[/B] c'est irradier de bonheur quand on est malheureux

    [B]Etre fort[/B] c'est essayer de pardonner a qui ne mérite pas le pardon

    [B]Etre fort[/B] c'est attendre qu'on on ne crois pas au retour

    [B]Etre fort[/B] c'est rester calme dans les moments de désespoir

    [B]Etre fort[/B] c'est montrer de la joie quand on le ressent pas

    [B]Etre fort[/B] c'est sourire quand on souhaite pleurer

    [B]Etre fort[/B] c'est rendre quelqu'un heureux quand on a le coeur en milles morceaux

    [B]Etre fort[/B] c'est se taire quand l'idéal serait de crier a tous son angoisse

    [B]Etre fort[/B] c'est consoler quand on a besoin de réconfort

    [B]Etre fort[/B] c'est avoir la foi bien que l'on ne croit pas

  14. #14
    Confirmé
    Date d'inscription
    May 2011
    Localisation
    Genève
    Messages
    910
    Citation Envoyé par laurette Voir le message
    [I][COLOR="navy"][I][/I]pourquoi tant de douceur, de tendresse, au début de notre amour?
    Pourquoi tant de caresses, tant de délices, après?
    Maintenant, ton seul plaisir est de déchirer mon cœur...
    Pourquoi?
    .
    Omar Khayyâm, Rubayat quatrain LXXIII[/COLOR][/I]
    J'aime beaucoup !!

  15. #15
    Confirmé
    Date d'inscription
    Sep 2011
    Localisation
    Tunis
    Messages
    403
    Citation Envoyé par lallou1 Voir le message
    Et voila sa première lettre à elle (George Sand), plein de sens cachés et très jolie surtout


    [B]Je suis toute émue de vous dire que j'ai[/B]
    bien compris l'autre jour que vous aviez
    [B]toujours une envie folle de me faire[/B]
    danser. Je garde le souvenir de votre
    [B]baiser et je voudrais bien que ce soit[/B]
    une preuve que je puisse être aimée
    [B]par vous. Je suis prête à montrer mon[/B]
    affection toute désintéressée et sans cal-
    [B]cul, et si vous voulez me voir ainsi[/B]
    vous dévoiler, sans artifice, mon âme
    [B]toute nue, daignez me faire visite,[/B]
    nous causerons et en amis franchement
    [B]je vous prouverai que je suis la femme[/B]
    sincère, capable de vous offrir l'affection
    [B]la plus profonde, comme la plus étroite[/B]
    amitié, en un mot : la meilleure épouse
    [B]dont vous puissiez rêver. Puisque votre[/B]
    âme est libre, pensez que l'abandon ou je
    [B]vis est bien long, bien dur et souvent bien[/B]
    insupportable. Mon chagrin est trop
    [B]gros. Accourrez bien vite et venez me le[/B]
    faire oublier. A vous je veux me sou-
    [B]mettre entièrement.[/B]
    Votre poupée
    Dieu du ciel. Est ce que c'est vraiment un poème. Et bien entre ceci est un "From Eloisa to Abelard" de Alexander Pope qui est aussi une lettre à un amant, la différence est gigantesque. Je me demande comment est ce que les deux peuvent pourtant être appelé poésie sans discrimination aucune.

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38