+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 7 sur 7

Discussion: La greffe du coeur

          
  1. #1
    Fidèle
    Date d'inscription
    Jul 2009
    Localisation
    Dans le Royaume des toons!!
    Messages
    3 595

    Question La greffe du coeur

    Si aujourd'hui en France, on ne peut pas forcément dire que la [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL] cardiaque est courante, c'est du moins une technique maîtrisée.
    On aime avec son cœur, on déteste avec son cœur mais surtout on vit avec son cœur. Non dénué de symboles, le cœur, et a fortiori la [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffe[/URL] cardiaque, véhiculent nombre d'idées reçues. Pourtant la définition donnée par le dictionnaire Larousse est claire : chez les êtres animés, organe doué de pulsations qui est le moteur principal de la circulation du sang. Il s'agit donc bel et bien d'un organe et de rien d'autre. "Certains de nos patients à qui l'on annonce l'imminence d'une [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffe[/URL] réagissent comme s'ils allaient voler quelque chose", remarque le Docteur Catherine Nafeh-Bizet, spécialiste de la [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL] cardiaque à Rouen (76). Mais si la symbolique est forte, il n'en reste pas moins que la [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL] cardiaque est souvent le dernier recours face à une urgence vitale.
    Une technique maîtrisée
    Plusieurs maladies peuvent nécessiter de recourir à une
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffe[/URL] cardiaque, une fois que les autres solutions thérapeutiques ont été épuisées : les cardiomyopathies sont parmi les indications les plus fréquentes. Ce qui ne veut pas systématiquement dire qu'à l'annonce d'un tel diagnostic, il soit obligatoire d'envisager une [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffe[/URL].
    Par ailleurs, les patients sont de tout âge puisque des enfants aussi peuvent être transplantés. Si l'âge limite est théoriquement fixé à 65 ans, l'âge physiologique, défini par l'état réel des organes, peut inciter le corps médical à transplanter des personnes plus âgées."Aujourd'hui, environ 300
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffes[/URL] cardiaques sont réalisées par an en France. Dès lors qu'un patient est sous assistance cardiaque, nous savons que nous allons vers la [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL], reprend Catherine Nafeh-Bizet. Avant d'ajouter "la technique est bien maîtrisée".
    Une période d'attente
    Le parcours d'un patient en attente de
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffe[/URL] cardiaque est bien rôdé. Tout d'abord, des contre-indications potentielles sont recherchées et un bilan complet de l'état du malade est dressé afin d'optimiser au mieux la prise en charge. Puis, le receveur est inscrit sur une liste d'attente, le temps de trouver un donneur compatible. Pendant cette période et suivant les régions, le patient continue à être suivi soit par son médecin traitant soit par le centre de [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL], soit alternativement par les deux. "Au début de l'inscription sur la liste, certains de nos patients appellent fréquemment au cas où nous les aurions appelés, note le Docteur Nafeh-Bizet. Puis la vie reprend ses droits"
    "Je me souviens d'une dame qui était toute surprise lorsque nous l'avons appelé pour sa
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL] cardiaque car elle était en plein dans ses préparatifs d'anniversaire de mariage."
    Des examens nécessaires
    Le receveur potentiel, qui a été sélectionné en fonction de critères précis - données morphologiques, état d'avancement de la maladie et retentissement sur les organes périphériques, état général du patient, antériorité sur la liste d'attente, etc. - se rend dans son centre de
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL] où sont réalisés quelques examens succincts. Puis il est préparé à descendre au bloc opératoire. Toutefois, il faut savoir que l'intervention peut être annulée si le cœur du donneur ne convient finalement pas : "En raison de la durée de vie du cœur, nous appelons nos patients avant d'avoir l'organe et parfois, nous ne savons qu'à la dernière minute, que cela ne pourra pas se faire", explique Catherine Nafeh-Bizet. De même, ce sont parfois, deux receveurs potentiels qui sont appelés pour un même cœur et le choix se fait au dernier moment par l'équipe médicale. Ce qui ne veut absolument pas dire que le patient restant non transplanté ne le sera jamais.
    Une hospitalisation sous contrôle
    Une fois que le cœur est là, l'intervention dure en moyenne six à sept heures mais peut se prolonger, ce qui là encore n'hypothèque absolument pas les chances de réussite. Il s'ensuit une hospitalisation d'un mois en moyenne mais qui peut être plus longue avec quinze jours incompressibles où le nouveau transplanté est placé en chambre stérile et mis sous traitement
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.im munosuppresseurs"]immunosuppresseur[/URL]. Toutes les précautions sont alors prises pour qu'aucune infection ne se propage et les visites sont sélectionnées voire interdites. Pendant cette période, des biopsies sont réalisées à intervalles réguliers afin de vérifier qu'il n'y a pas de [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.re jet"]rejet[/URL]. "Et même si c'est le cas, cela ne préjuge pas de la suite, rassure le Docteur Nafeh-Bizet. On module le traitement immunosuppresseur et on regarde comment cela se passe en prolongeant la durée d'hospitalisation s'il le faut."
    Un suivi régulier
    Reste que ce n'est pas forcément une période facile pour le malade qui vit dans l'angoisse des résultats de sa biopsie et doit aussi s'adapter à son nouveau cœur. Une période où le soutien des proches voire celui d'un psychologue peut s'avérer nécessaire.
    A la sortie de l'hôpital, le patient transplanté cardiaque n'est pas lâché dans la nature et doit se rendre à des consultations régulièrement. Les trois premiers mois, une biopsie est réalisée tous les quinze jours, puis les trois à six mois suivants, de façon mensuelle. Entre six mois et un an après la transplantation, une biopsie est réalisée tous les deux mois en alternance avec une échographie tous les deux mois également. Après la première année, la visite de contrôle peut être semestrielle ou annuelle.
    Certes, tout cela peut paraître parfois lourd mais comme le dit Guy S., transplanté cardiaque depuis 18 ans : "Je n'espérais pas voir grandir mes filles et finalement je suis papy quatre fois, c'est merveilleux.
    ".


    Source: [URL]http://www.transplantation.net[/URL]

    Donc moi outre la santé et le fait d'avoir un autre coeur je me pose une question lorsqu'on à un nouveau coeur vivons nous de la même maniere ?
    Quelques fois les personnes dises "penses avec ton coeur pas avec ton esprit" Ok mais lorsque le coeur n'est pas le notre réagissons nous de la même maniere ? J'ai hésiter avant de poster ce sujet car il touche à la fois à la santé et à la psychologie...

  2. #2
    Nouveau
    Date d'inscription
    Aug 2009
    Localisation
    Entre Paris et tabarka
    Messages
    86
    d'un point de vue strictement physiologique : le support de la pensée et des émotions se trouvant dans le système nerveux, je te dirai que cela n'aura aucune influence.

    Cependant, on ne peut nier que l'épreuve psychologique engendrée par la greffe, son attente et ses traitements ainsi que sa symbolique, peut avoir des conséquences sur le psychisme du patient.

  3. #3
    Fidèle
    Date d'inscription
    Jul 2009
    Localisation
    Dans le Royaume des toons!!
    Messages
    3 595
    Citation Envoyé par Pseudomonas aeruginosa Voir le message
    d'un point de vue strictement physiologique : le support de la pensée et des émotions se trouvant dans le système nerveux, je te dirai que cela n'aura aucune influence.

    Cependant, on ne peut nier que l'épreuve psychologique engendrée par la greffe, son attente et ses traitements ainsi que sa symbolique, peut avoir des conséquences sur le psychisme du patient.
    Donc le coeur n'a aucun rapport avec nos sentiments ??

  4. #4
    Modératrice
    Date d'inscription
    Jun 2009
    Localisation
    Purgatory
    Messages
    2 968
    Citation Envoyé par mini-toons Voir le message
    Donc le coeur n'a aucun rapport avec nos sentiments ??
    regardes ce film,
    A Stranger's Heart

  5. #5
    Nouveau
    Date d'inscription
    Aug 2009
    Localisation
    Entre Paris et tabarka
    Messages
    86
    Citation Envoyé par mini-toons Voir le message
    Donc le coeur n'a aucun rapport avec nos sentiments ??
    Physiologiquement et médicalement parlant non aucun !
    Symboliquement, philosophiquement parlant, il a toujours été considéré comme tel du fait qu'il soit un organe "noble", l'une des pièces maitresses du corps humain.

    Le support physiologique des émotions se situe au niveau du circuit limbique au niveau du cerveau.

  6. #6
    Confirmé
    Date d'inscription
    Sep 2009
    Localisation
    Elhaouaria/FRANCE (dans un coin perdu)
    Messages
    228
    Citation Envoyé par mini-toons Voir le message
    Si aujourd'hui en France, on ne peut pas forcément dire que la [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL] cardiaque est courante, c'est du moins une technique maîtrisée.
    On aime avec son cœur, on déteste avec son cœur mais surtout on vit avec son cœur. Non dénué de symboles, le cœur, et a fortiori la [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffe[/URL] cardiaque, véhiculent nombre d'idées reçues. Pourtant la définition donnée par le dictionnaire Larousse est claire : chez les êtres animés, organe doué de pulsations qui est le moteur principal de la circulation du sang. Il s'agit donc bel et bien d'un organe et de rien d'autre. "Certains de nos patients à qui l'on annonce l'imminence d'une [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffe[/URL] réagissent comme s'ils allaient voler quelque chose", remarque le Docteur Catherine Nafeh-Bizet, spécialiste de la [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL] cardiaque à Rouen (76). Mais si la symbolique est forte, il n'en reste pas moins que la [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL] cardiaque est souvent le dernier recours face à une urgence vitale.
    Une technique maîtrisée
    Plusieurs maladies peuvent nécessiter de recourir à une
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffe[/URL] cardiaque, une fois que les autres solutions thérapeutiques ont été épuisées : les cardiomyopathies sont parmi les indications les plus fréquentes. Ce qui ne veut pas systématiquement dire qu'à l'annonce d'un tel diagnostic, il soit obligatoire d'envisager une [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffe[/URL].
    Par ailleurs, les patients sont de tout âge puisque des enfants aussi peuvent être transplantés. Si l'âge limite est théoriquement fixé à 65 ans, l'âge physiologique, défini par l'état réel des organes, peut inciter le corps médical à transplanter des personnes plus âgées."Aujourd'hui, environ 300
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffes[/URL] cardiaques sont réalisées par an en France. Dès lors qu'un patient est sous assistance cardiaque, nous savons que nous allons vers la [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL], reprend Catherine Nafeh-Bizet. Avant d'ajouter "la technique est bien maîtrisée".
    Une période d'attente
    Le parcours d'un patient en attente de
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.gr effe"]greffe[/URL] cardiaque est bien rôdé. Tout d'abord, des contre-indications potentielles sont recherchées et un bilan complet de l'état du malade est dressé afin d'optimiser au mieux la prise en charge. Puis, le receveur est inscrit sur une liste d'attente, le temps de trouver un donneur compatible. Pendant cette période et suivant les régions, le patient continue à être suivi soit par son médecin traitant soit par le centre de [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL], soit alternativement par les deux. "Au début de l'inscription sur la liste, certains de nos patients appellent fréquemment au cas où nous les aurions appelés, note le Docteur Nafeh-Bizet. Puis la vie reprend ses droits"
    "Je me souviens d'une dame qui était toute surprise lorsque nous l'avons appelé pour sa
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL] cardiaque car elle était en plein dans ses préparatifs d'anniversaire de mariage."
    Des examens nécessaires
    Le receveur potentiel, qui a été sélectionné en fonction de critères précis - données morphologiques, état d'avancement de la maladie et retentissement sur les organes périphériques, état général du patient, antériorité sur la liste d'attente, etc. - se rend dans son centre de
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.tr ansplantation"]transplantation[/URL] où sont réalisés quelques examens succincts. Puis il est préparé à descendre au bloc opératoire. Toutefois, il faut savoir que l'intervention peut être annulée si le cœur du donneur ne convient finalement pas : "En raison de la durée de vie du cœur, nous appelons nos patients avant d'avoir l'organe et parfois, nous ne savons qu'à la dernière minute, que cela ne pourra pas se faire", explique Catherine Nafeh-Bizet. De même, ce sont parfois, deux receveurs potentiels qui sont appelés pour un même cœur et le choix se fait au dernier moment par l'équipe médicale. Ce qui ne veut absolument pas dire que le patient restant non transplanté ne le sera jamais.
    Une hospitalisation sous contrôle
    Une fois que le cœur est là, l'intervention dure en moyenne six à sept heures mais peut se prolonger, ce qui là encore n'hypothèque absolument pas les chances de réussite. Il s'ensuit une hospitalisation d'un mois en moyenne mais qui peut être plus longue avec quinze jours incompressibles où le nouveau transplanté est placé en chambre stérile et mis sous traitement
    [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.im munosuppresseurs"]immunosuppresseur[/URL]. Toutes les précautions sont alors prises pour qu'aucune infection ne se propage et les visites sont sélectionnées voire interdites. Pendant cette période, des biopsies sont réalisées à intervalles réguliers afin de vérifier qu'il n'y a pas de [URL="http://www.transplantation.net/txpub/showContent.do?pageid=INF_GLO&contentid=boo.glo.re jet"]rejet[/URL]. "Et même si c'est le cas, cela ne préjuge pas de la suite, rassure le Docteur Nafeh-Bizet. On module le traitement immunosuppresseur et on regarde comment cela se passe en prolongeant la durée d'hospitalisation s'il le faut."
    Un suivi régulier
    Reste que ce n'est pas forcément une période facile pour le malade qui vit dans l'angoisse des résultats de sa biopsie et doit aussi s'adapter à son nouveau cœur. Une période où le soutien des proches voire celui d'un psychologue peut s'avérer nécessaire.
    A la sortie de l'hôpital, le patient transplanté cardiaque n'est pas lâché dans la nature et doit se rendre à des consultations régulièrement. Les trois premiers mois, une biopsie est réalisée tous les quinze jours, puis les trois à six mois suivants, de façon mensuelle. Entre six mois et un an après la transplantation, une biopsie est réalisée tous les deux mois en alternance avec une échographie tous les deux mois également. Après la première année, la visite de contrôle peut être semestrielle ou annuelle.
    Certes, tout cela peut paraître parfois lourd mais comme le dit Guy S., transplanté cardiaque depuis 18 ans : "Je n'espérais pas voir grandir mes filles et finalement je suis papy quatre fois, c'est merveilleux.
    ".


    Source: [URL]http://www.transplantation.net[/URL]

    Donc moi outre la santé et le fait d'avoir un autre coeur je me pose une question lorsqu'on à un nouveau coeur vivons nous de la même maniere ?
    Quelques fois les personnes dises "penses avec ton coeur pas avec ton esprit" Ok mais lorsque le coeur n'est pas le notre réagissons nous de la même maniere ? J'ai hésiter avant de poster ce sujet car il touche à la fois à la santé et à la psychologie...
    Vraiment touchant le sujet

    Serieux si jetais Chef de la SANTE PUBLIQUE pour moi

    1 mort ( avec un coeur reutilisable ) = 1 nouveau coeur pour un malade

    Mais bon on vit pas dans mon monde utopique

  7. #7
    Fidèle
    Date d'inscription
    Jul 2009
    Localisation
    Dans le Royaume des toons!!
    Messages
    3 595
    Citation Envoyé par Pseudomonas aeruginosa Voir le message
    Physiologiquement et médicalement parlant non aucun !
    Symboliquement, philosophiquement parlant, il a toujours été considéré comme tel du fait qu'il soit un organe "noble", l'une des pièces maitresses du corps humain.

    Le support physiologique des émotions se situe au niveau du circuit limbique au niveau du cerveau.

    Je pose cette question parcequ'en faite j'ai vu un reportage hier soir sur la greffe du coeur et une dame après s'etre fais greffer un coeur alla dans une boulangerie et se demander si elle aimait toujours les memes choses si elle avait toujours les mêmes sensations....

Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38