[COLOR=#141414][FONT=Georgia][INDENT]Oui le désert est magique ! Oui il est impératif de goûter au moins une fois dans sa vie à la sensation grisante que procure cette immensité grandiose, à la splendeur de ses nuits étoilées, à la plénitude de son silence minéral... Mais non, certes non, il n’est pas question de le découvrir n’importe comment ! Les conseils qui vont suivre découlent des questions qui nous ont toujours été posées " in the real life " par des voyageurs motivés par une première expérience du désert. Avis aux amateurs, nos conseils peuvent vous être utiles...

Pourquoi voyager dans le désert ?
Chacun son " trip ", certes (épater son voisin de palier, faire comme sa copine Gwenaelle, oublier son dernier chagrin d’amour, se la jouer " Lawrence d’Arabie ", préparer son prochain Paris Dakar...), mais les motivations principales des amateurs de désert sont le plus souvent les suivantes : se ressourcer physiquement et psychiquement, couper radicalement les ponts avec la dure réalité de la vie urbaine et professionnelle, découvrir un environnement et une culture hors du commun. Si ces dernières motivations sont les vôtres, sachez que le désert est bien la destination qu’il vous faut. Mais attention, tous les voyages dans le désert ne répondent pas forcément à l’ensemble de ces exigences...

Le Sahara est un terme générique qui délimite une région désertique s’étendant sur tout le tiers nord du continent africain. Mais il y a autant de " Sahara " que de variétés de paysages champêtres en France. "Commercialisé " en terme de " produit de découverte " par l’industrie du tourisme, ce désert, comme tous les paysages de la planète, se décline en degrés de difficulté d’accès et en degrés d’esthétisme. Il est donc possible de choisir " son désert ", non seulement en fonction de l’image que l’on espère qu’il reflétera mais aussi en terme de temps disponible, de budget, d’activité à y pratiquer, de conditions de voyage et de condition physique.

Maroc : le désert marocain est un désert " limitrophe ", un désert habité, très fréquenté par le tourisme de masse, offrant peu de zone dunaires, beaucoup de reg (plaines caillouteuses) et de très belles vallées. C’est le désert idéal pour une découverte de 8 jours en véhicule au cœur de très beaux paysages et au contact d’une population très attachante. Les incursions " hors pistes " étant rarissimes voir inexistantes, le ravitaillement bivouac est donc de qualité (produits frais) et le quotidien logistique (notamment en matière de consommation d’eau) plus accessible au débutant. Attention aux treks et autres " séjours de méditation " proposés par des associations peu scrupuleuses n’ayant jamais repéré leurs parcours. Vous risquez, en guise de " plein désert " de faire la tournée des poubelles des lieux de bivouacs utilisés par tous les touristes de passage... Exigez des garanties " d’authenticité " : bivouac itinérant, parcours en dehors des zones habitées (minimum 10 km du moindre village indiqué sur les cartes routières).

Mauritanie : le désert mauritanien est immense... le pays tout entier est un désert. Ses univers sont très variés : regs à perte de vue, ergs (zones dunaires) de hauteur moyenne mais sur de vastes distances, canyons impressionnants... mais parfois un peu lassant à parcourir. Ce désert est idéal pour un séjour de plus de 8 jours. Les distances sont importantes, malgré un réseau routier de qualité, ce qui peut parfois transformer un parcours de découverte en un parcours du combattant sans vous laisser le temps de souffler et de profiter vraiment des atouts du désert : son silence et sa splendide sérénité. Conseil : ne cherchez pas à tout découvrir de ce pays dans le cadre d’un seul séjour. Concentrez vous sur une région (l’Adrar, par exemple) et choisissez un programme qui vous laissera le loisir de profiter des grands espaces, de la fraîcheur des oasis et du contact chaleureux des mauritaniens.

Tunisie : certes en bordure du grand Sahara... le sud tunisien n’est pourtant pas la panacée. Ses principales qualités sont son accessibilité (aéroport de Tozeur / beaucoup de charters), la qualité de l’hébergement hôtelier à proximité des zones désertiques et les faibles prix proposés. Pour le reste... la météo hivernale demeure très aléatoire (la proximité de la mer augmente les probabilités de nébulosités, voire de pluies), les paysages sont d’une grande monotonie (petites dunes ponctuées d’herbe à chameau) et les parcours plutôt franchement fréquentés. Si vous choisissez cette destination, optez plutôt pour quelques jours de détente dans un bel hôtel de Douz ou de Tozeur et offrez-vous deux jours et une nuit de balade en 4x4 avec un bivouac au milieu. Mais de grâce... ne vous laissez pas conter que le sud tunisien, au delà de Douz, s’ouvre sur un magnifique désert... Ce " sahara " est le sahara des " prix d’appel "...

L’Egypte : le désert égyptien, côté ouest du Nil, est encore très peu fréquenté. Il faut dire que les égyptiens n’ont pas encore vraiment saisi l’importance de notre attrait pour ces territoires. Les voyages sont donc rares, par manque de logistique. Cependant, les paysages à y découvrir comptent parmi les plus beaux : déserts blancs, ergs, lacs asséchés, vestiges pharaoniques oubliés, oasis loin de tout... un vrai bonheur pour amateur de désert " cinématographique ". On en prend plein la vue... Mais attention, qui dit voyage loin de tout, dit voyage réservé aux personnes motivées acceptant un quotidien quelque peu " à la dure "... Côté Sinaï, les suggestions sont plus nombreuses. Cette région (qui ne fait pas partie du Sahara !) quoi que bien plus fréquentée depuis 10 ans (Sharm El Sheick est en passe de devenir le Las Vegas du Moyen Orient !) est néanmoins l’une des plus spectaculaires d’un point de vue géologique. Outre ses paysages à couper le souffle, le Sinaï (sur lequel nous reviendront prochainement dans le magazine) offre l’immense avantage de combiner l’univers marin (mer rouge) et le désert. A découvrir d’urgence avant qu’il ne soit plus possible de faire un pas sans croiser un autocar de touristes...

Le Niger : après des années de guérillas, le pays semble avoir retrouvé son calme. Au départ d’Agadès, le grand Sahara vous ouvre ses portes... Désert du " pro ", le Niger est la Mecque des méharées et des raids 4x4 de longue haleine, à 80 % hors piste. Votre soif de Sahara " façon survol en hélico de l’étape phare du Paris Dakar " sera enfin assouvie en ces terres...

La Libye : c’est une certitude, ce pays deviendra une destination très prisée dans les 5 années à venir. Ici, 99 % du territoire est désertique... Et quel désert ! Immense, sublime, presque vierge... Attention cependant aux programmes actuellement proposés : comme pour toutes les nouvelles destinations, les programmateurs sont boulimiques de kilomètres ! Les étapes quotidiennes de plusieurs centaines de kilomètres en 4x4 sont légions dans les brochures... Exigez des précisions ! A quoi bon partir dans le désert si c’est pour passer 8h par jour secoué à l’arrière d’un véhicule ? Toutefois, il y a tout de même des amateurs...

L’Algérie : le Sahara, le vrai, le plus beau, le plus fort, le plus varié, le plus attachant... il est là. L’Algérie est le Sahara. Les milliers de passionnés qui ont parcouru son territoire jusqu’en 1993 se réjouissent aujourd'hui d'y retourner, ventre à terre... Ceci fait, vous pourrez goûter aux splendeur des montagnes du Hoggar, aux merveilles des plateaux du Tassili, à la douceur immense de l’erg Admer... Pour couronner le tout, vous bivouaquerez au cœur de sites à nouveau vierges, vous découvrirez un savoir faire unique (guides, cuisiniers, chauffeurs) et pourrez savourer de vrais moments de plénitude (pas de course aux kilomètres !). Bref ! le bonheur...[/INDENT]
[/FONT][/COLOR]
[COLOR=#141414][FONT=Georgia]Absolute travel mag
[/FONT][/COLOR]http://www.participez.com/contenu/reportage/sahara...-premiere-partie[COLOR=#141414][FONT=Georgia]

[/FONT][/COLOR]