LES SABLES-D'OLONNE (AFP) - Une tentative de déséchouement du cargo Artemis posé depuis lundi sur la plage des Sables-d'Olonne a échoué mardi soir, mais une nouvelle tentative pourrait être conduite "à court délai", a indiqué la Préfecture maritime de l'Atlantique.
http://row.bc.yahoo.com/b?P=.TB7D1f4...fB%3d200769879
Pris dans la tempête qui a frappé l'ouest, le cargo de 88 mètres battant pavillon néerlandais s'est échoué lundi matin sur la grande plage de la ville par forte houle et alors que la marée, d'un coefficient très élevé de 106, était haute.
La tentative de déséchouement menée mardi soir a échoué à la suite d'une rupture du câble entre le cargo et le remorqueur d'assistance Abeille-Languedoc chargé de l'opération, a expliqué le Préfecture maritime dans un communiqué.
Le câble a cédé vers 18H00.
"L'entreprise chargée du sauvetage du navire continue à étudier les mesures et les matériels appropriés pour le déséchouement à court délai", selon la même source.
L'opération s'est avérée "plus compliquée que prévu" et il a été décidé de retenter l'opération mercredi matin à marée haute à partir de 6H00, a indiqué le préfet de Vendée, Thierry Lataste.
En cas d'échec, l'Artémis resterait sur place plusieurs semaines jusqu'aux prochaines grandes marées. Des mesures seront alors prises pour "préserver l'intégrité et la sécurité du navire, ainsi que tout risque de pollution", a précisé la préfecture maritime.
Mardi soir une foule de badauds s'était rassemblée derrière les barrières délimitant le périmètre de sécurité, sur le remblai de la grande plage des Sables d'Olonne. Malgré le crachin et le vent, des touristes étaient venus parfois de très loin comme Claude, un retraité tourangeau, pour voir "la drôle de baleine" échouée sur la plage.
Une aubaine pour les commerçants comme Gilbert Benoît, patron de la brasserie "L'Océan" dont la terrasse donne vue sur le cargo. "S'il reste là deux jours de plus, ça ne me dérange pas", s'amuse-t-il, "même un mois ça nous ferait un petit plus, mais il faut qu'ils l'enlèvent avant que la saison arrive".
"Ca amène un monde fou sur Les Sables. Ils viennent même de loin, il y avait un couple d'Orléanais tout à l'heure", confie Christelle Rocco dont le bar-restaurant bénéficie d'une belle terrasse en hauteur avec vue sur l'étrange scène.
La ville des Sables d'Olonne s'est pourtant inquiétée mardi dans un communiqué de voir sa grande plage dégradée avant la saison touristique.
Le maire, Louis Guédon, a fait constater par huissier l'état de la plage avant et après les opérations, qui ont nécessité le creusement d'un chenal dans le sable vers la haute mer.









AFP - Mardi 11 mars, 20h37