Affichage des résultats du sondage: ëtes vous pour ou contre le "Cloud Computing"

Votants
4. Vous ne pouvez pas participer à ce sondage.
  • Pour

    3 75,00%
  • Contre

    1 25,00%
+ Répondre à la discussion
Affichage des résultats 1 à 5 sur 5

Discussion: Cloud Computing: Franchir le pas ?

          
  1. #1
    mmm
    mmm est déconnecté
    Fidèle
    Date d'inscription
    Jun 2007
    Localisation
    ..on line !
    Messages
    9 677

    Question Cloud Computing: Franchir le pas ?

    Le cloud computing c'est le travail sur des serveurs, plus de disque dur sur son PC, tout est sur le net, tout est accessible partout où on est graçce à la connextion internet couvrant presque tout nos trajet: du foyer, au café au bureau..
    la définition wikipédia
    êtes-vous pour: favorable à cette tendance, puisque c'est le top de la téchnologie et que ce n'est plus la peine de ce casser la tête sur la capacité de stockage de son disc dur et ses DVD ou le risque de déterioration de fichiers..on a déjà des milliers d'e-mails stockés en ligne, alors pourquoi attendre ?
    êtes-vous contre: défavorable à cette main mise sur vos documents personnels, déjà on craint de plus en plus sur sa vie privé avec google street, ses sms, son compte facebook,..

  2. #2
    Fidèle
    Date d'inscription
    Nov 2009
    Localisation
    Wonderland
    Messages
    3 165
    Le cloud computing permettra de minimiser/réduire la taille des équipements informatiques ou de communication au stricte minimum, on en aura besoin que des périphériques d'entres sorties et un module de connection internet, le traitement et le stockage de donnée sera fait par une partie tierce, néanmoins on aura besoin d'une connection internet rapide et fiable. Cote sécurité, ce genre de système peu représenté des failles puisque les données personnel qui sont plus sure sur un ordinateur seront plus vulnérable sur le réseau et risquent d’être intercepter lors du transfert a grand échelle.
    Cote privacy, j'avoue que le risque est la et ca sera un champ de bataille ouvert pour la guerre d'espionnage.

    Finalement puisque je suis un partisan de la télécommunication, je predi qu'un jour ce secteur serai plus important et dominera même l'informatique, le monde se dirige vers le networking et son développement, on en a presque fini avec les modules de traitement et de stockage de donnee :tong:

  3. #3
    Fidèle
    Date d'inscription
    Nov 2007
    Localisation
    تزها تونس يا العالي و تزها ليام
    Messages
    4 756
    ça va être imposé , mais je suis plutôt contre

    les moins (-)
    1- même si il des fonctionnalités off-line sont prévu , n’empêche qu'une connexion internent haut débit reste obligatoire (quand je pense que pendant la soirée , j'ai pas de connexion stable pendant de plus 10 minutes , merci tuntel)
    2- la notion de propriété (la dématérialisation des applications) : les logiciels seront en ligne , alors que moi , j'aime bien avoir mes logiciels et jeux chez moi , l'exemple de l’échec cuisant de psp go est assez parlant .
    3-les services à la demande , on pourra vous facturer un jeux en fonctions de nombre d'heures d'utilisation , ou word en fonctions des options utilisé ect ...

    les plus(+)
    1-pouvoir profiter de la puissance des serveurs , l'ordinateur serai alors un simple écran
    2-pour les petites boites de développement, c'es un bon investissement vu qu'on te facture la puissance, donc plus ton application monte en demande , plus ils t'allouent des ressources ...


    bref, en résumé , ça arrange les affaires des entreprises plutôt que des utilisateurs ...

  4. #4
    Fidèle
    Date d'inscription
    Jul 2007
    Localisation
    موْطن شهداء الفكر
    Messages
    8 588
    Bonjour mmm. un sujet fort intéressant. ^_-

    Oui.. Je suis pour la notion du "cloud computing", et d'après ce que j'en sais, la complexité accrue des systèmes accélère en elle-même le besoin d'effectuer une virtualisation à l'échelle planétaire..!

    Et puis aussi c'est un investissement à part entière.. qui d'une part garantit un meilleur service à ceux qui le sollicitent et qui d'autre part rapporte gros aux hérebgeurs des ressources..!

    En gros, techniquement il s'appuie sur les méthodes du calcul de grille, ce qui permet d'automatiser un certain nombre de tâches gérant le clustering, ou bien de faire exécuter une application sur une multitude de machines (architectures cpu, cycles,...), ou surtout de partager une application en plusieurs sous-ensembles traités par le "cloud"... etc.


    Au fait, plusieurs grands acteurs des TIC promeuvent cette notion, et ont tous recours à cette technique, à l'instar de Google, de Microsoft, d'IBM,...

    D'ailleurs mmm, y'a un projet en "cloud computing" qui est en cours, actuellement, entre Tunisie Telecom et Microsoft Tunisie.. (je l'ai su dernièrement lors d'une conférence)..!

    Et je pense que les entreprises n'ayant toujours pas effectué leur vrai bilan de la virtualisation ne tarderaient pas à l'adopter, compte tenu des bénéfices qu'elle présente, entre autres les localisations moins coûteuses, l'écologie, la mutualisation... etc.

  5. #5
    Fidèle
    Date d'inscription
    Jul 2007
    Localisation
    موْطن شهداء الفكر
    Messages
    8 588
    Dans ce même contexte.. J'ai été frappée, Y'a plus d'un an, par le témoignage de Karim Chine, l'un de nos brillants jeunes chercheurs Tunisiens, ayant rénové ce concept..


    Tunisie : Karim Chine réinvente le Cloud Computing

    Son projet a été présenté dans des universités aussi prestigieuses que Berkeley, Stanford, Oxford. Avec des acteurs du calibre de Karim Chine, on assistera peut-être, à l’émergence d’une véritable industrie logicielle en Tunisie. Et ce ne sont pas des projets dans les nuages !

    C’est un ingénieur tunisien qui innove. Sa solution devrait être intégrée au calculateur le plus puissant au monde, celui de l’Université de San Diego, en Californie. On vous parle de Karim Chine, un fervent défenseur du logiciel libre, diplômé de la prestigieuse école Polytechnique de Paris. A 33ans, il est à la tête de sa propre société, basée à Cambridge, en Grande Bretagne. Et il entend bien faire profiter le Pôle technologique d’El Ghazela de ses compétences. M. Chine est un spécialiste du Cloud Computing, un secteur aussi stratégique que vital pour l’informatique de demain.

    Interview

    Tekiano : Parlez-nous un peu de votre parcours

    Karim Chine : J’ai été reçu à l’école Polytechnique de Paris, après une licence en physique fondamentale à la faculté des sciences de Tunis. Je suis le premier Tunisien à intégrer l'X par la voie de son nouveau concours international. J’ai ensuite intégré l’école supérieure des télécommunications de Paris. Durant cette période, j’ai eu l’opportunité de réaliser beaucoup d’architecture informatique (middleware), et de sécurité. J'ai travaillé dans l'industrie à Paris pendant 5 ans et je me suis installé ensuite à Cambridge pour travailler à l'institut Européen de Bioinformatique. C'est là que j'ai commencé à créer certaines des briques de bases de ce qui allait devenir la plateforme Biocep-R pour le calcul scientifique et statistique.

    Citez-nous les étapes les plus importantes de votre expérience professionnelle
    J’ai acquis pas mal d’expérience au sein d’entreprises comme IBM France dans le cadre du stage de fin d’étude de télécom, où encore Schlumberger, iLog, air France... Chez Schlumberger par exemple, qui était à l’époque le leader mondial dans la fabrication des cartes à puce (carte Sim, cartes bancaires…) je suis passé de la division « serveur » à celle de la « personnalisation ». J’ai fait mes premières armes quant à l’utilisabilité des logiciels, la création de prototypes d’architecture avancée chez iLog.

    Quelle est votre approche concernant l’Open Source ?
    Je ne suis pas un intégriste de l’Open Source. Seule compte à mes yeux l’adéquation d’une solution technologique à un problème réel et clairement défini. J’ai contribué à plus de 100.000 lignes de code à l’OSS, j’utilise extensivement le logiciel libre et le promeut mais cela ne m’empêche pas d’être un utilisateur satisfait de Windows. Mais la science a besoin de mettre à l’épreuve ses outils. Et il n’est pas acceptable que la recherche scientifique passe par des boîtes noires, des logiciels dont on ne connaît ni le contenu, ni les détails.

    A travers mon passage chez iLog, j’ai découvert le langage de programmation open source R qui est selon moi, le logiciel Open source pour le traitement de données et l’analyse statistique par excellence. A l’instar de matlab qui est propriétaire, R est un projet révolutionnaire en passe de devenir incontournable d’ici quelques années. Toutes les industries (pharmaceutiques, financières..) sont en train de l’adopter massivement. Sa communauté est constituée de plus de un millions d’utilisateurs à travers le monde.

    Parlez nous de votre plateforme Biocep-R :

    Je pense que la combinaison du Cloud Computing (qui a pu exister grâce aux technologies de virtualisations) avec des environnements libres tels que R et d’autres va ouvrir des horizons nouveaux à la fois pour la recherche, l’enseignement. Tout est prêt pour l’émergence d’un nouvel écosystème où tout sera facilité : l’accès à l’infrastructure, à l’outil, à la donnée, le partage et la collaboration, la traçabilité et reproductibilité, etc… Biocep-R vise à accélérer l’émergence de cet écosystème et à montrer les vertus d’une telle convergence en mettant à disposition de tous (ici et maintenant) un ensemble d’outils dont un bon nombre ne nécessite qu’un simple navigateur et peut être utilisé même à partir d’un iPhone.
    Le projet suscite beaucoup d’intérêt aussi bien dans le monde académique que dans l’industrie. Je l’ai présenté lors de conférences internationales et j’ai donné des séminaires dans certaines des universités les plus prestigieuses au monde (Berkeley, Stanford, Oxford, UCL, Imperial College, ..).
    Des responsables de l’université de San Diego en Californie où se trouve le plus puissant calculateur de données au monde, sont intéressés par ma plateforme. Des déploiements ont eu lieu ou sont à l’étude sur divers Grilles de calcul en Angleterre (Oxford, manchester) aux Etats-Unis, aux Pays Bas, en Nouvelle-Zélande. Un chapitre sera dédié à Biocep-R dans le « Handbook of Cloud Computing) (à paraître l’année prochaine chez Springer).

    Comptez-vous un jour proposer votre projet en Tunisie ?

    Absolument. Je pense que le projet arrive à point nommé en Tunisie. Je me suis entretenu avec des responsables Tunisiens qui m’ont encouragé à proposer ma plateforme comme projet moteur de l’innovation susceptible de recevoir le soutien des pouvoirs publics. Un tel soutien me permettrait de créer au pôle El Ghazala une entité de Recherche et développement qui aurait des synergies avec des acteurs du pôle et serait susceptible de constituer l’embryon d’un nouvel industriel du soft de classe internationale. Mon portail Elastic-R aurait aussi beaucoup d’applications dans l’enseignement et la recherche.
    Un des freins à l’utilisation du Cloud en Tunisie est qu’il faille payer le temps de calcul en devise. Je travaille sur un nouveau composant qui permettra de contourner cet obstacle : un serveur basé au pôle El Ghazala par exemple permettrait de fournir aux utilisateurs du pôle des jetons numériques signés qui leur permettraient de lancer des machines virtuelles de leurs choix sur le Cloud d’Amazon pendant un temps déterminé. Les utilisateurs réclament les jetons auprès de l’administrateur de ce service et les « consomment » à travers un portail tel que « Elastic-R ».

    La bande passante en service actuellement en Tunisie est-t elle suffisante pour pouvoir profiter du Cloud Computing ?

    Elle est largement suffisante. La très grande qualité de l’infrastructure numérique Tunisienne en fait un candidat de choix pour un passage au Cloud. On pourrait même rêver de voir émerger le «monde numérique nouveau» promis par le cloud chez nous avant certains pays plus développés. L’adoption du Cloud deviendra très vite gage de compétitivité économique. Par ailleurs, Le Cloud sera probablement le catalyseur de l’innovation le plus puissant depuis que l’internet existe. Il n’est plus nécessaire de disposer d’un appui financier conséquent pour commencer à inventer et à transformer ses idées en services de classe mondiale, le futur de l’internet est en train de s’écrire dans le Cloud et l’idée géniale peut émerger de n’importe où, où il y a de l’énergie et de la passion créatrice et forcément des laboratoires de HP, d’IBM ou de Microsoft. C’est une opportunité pour la Tunisie qu’il faudrait saisir.
    La 3G qui arrive doucement en Tunisie a aussi un rapport au Cloud : les applications du futur tourneront sur des appareils portatifs qu’ils soient à base d’iPhone OS ou d’Android et ces applications seront servies par des machines virtuelles lancées à la demande sur un Cloud. Mon portail Elastic-R qui sera en production au printemps est un précurseur en la matière : avec votre iPhone, vous pourrez en quelques clicks lancer une machine de votre choix sur le Cloud d’ Amazon (EC2) et l’utiliser pour avoir l’équivalent d’un Matlab complet et collaboratif dans le navigateur de votre téléphone ou bien faire une présentation à distance à vos collaborateurs qui peuvent être n’importe où dans le monde en leur montrant vos données, vos transparents que vous pourrez annoter en temps réel, vos feuilles de calcul, etc.
    Les acteurs majeurs du Cloud tels que Amazon sont en train de s’étendre et d’installer de nouveaux Datacenters virtualisés un peu partout dans le monde. On peut rêver que leur choix se porterait sur la Tunisie pour desservir l’Afrique du Nord ou l’Europe du Sud. Cela se traduirait pas un accès plus rapide chez nous et résoudrait certains des problèmes juridiques liés à la localité des données.

    Le Cloud Computing a-t-il de l’avenir en Tunisie ?

    La question n’est pas de savoir si on se mettra au Cloud mais quand. Il nous appartient d’en faire le plus tôt possible un atout pour notre économie. Le Cloud, est bon pour l’économie tunisienne parce qu’il réduit le coût de l’IT, le Cloud est bon pour nos chercheurs par ce qu’il leurs donne accès à une capacité de calcul colossale à des prix dérisoires (400 millimes de l’heure pour une machine à 4 Cores et 8 Gigas de RAM). Le Cloud est bon pour la planète, parce qu’il permet de rationaliser la consommation énergétique liée à l’IT. Le Cloud est bon pour nos ingénieurs qui peuvent ainsi disposer d’infrastructures à faibles coût et à la demande pour créer leurs startups et tester leurs idées. Le Cloud porte en lui la promesse de la réduction de la fracture numérique et sera le réceptacle des données et des outils numériques de la société du savoir de demain. Ce que je développe a vocation à rendre plus visible et plus tangible ce potentiel et j’ai bon espoir que des Tunisiens prendront part à cette aventure à travers mes travaux.


Règles de messages

  • Vous ne pouvez pas créer de nouvelles discussions
  • Vous ne pouvez pas envoyer des réponses
  • Vous ne pouvez pas envoyer des pièces jointes
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  

Search Engine Optimization by vBSEO

1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20