olivier echraf

Symbole de paix, décrit par les écrivains, source d’inspiration pour les peintres, la célébrité légendaire de l’olivier peut même dépasser celle du chêne.

L’olivier d’aujourd’hui, l’Europae Olea est l’un des plus anciens arbres cultivés au monde. L’oléastre, la plante anodine du Levant fut greffée avec un arbre fruitier et créa l’olivier. C’est grâce à un habile agriculteur que l’olivier est ainsi apparu et défit le temps.

Les générations se suivent, les oliviers s’héritent et continuent à donner leurs fruits. D’ailleurs à 100 ans, un olivier n’est qu’un jeune. Une curiosité alimente l’histoire de l’olivier. Cet arbre ne meurt jamais de vieillesse, il se régénère.  Lorsqu’il vieillit, il produits des « souquets » et le nouvel arbre qui le remplace n’est pas un autre olivier mais une nouvelle personnification de lui-même. 

Le plus ancien olivier de la Tunisie 

Le plus vieux des oliviers de la Tunisie se trouve à Echraf, avant l’entrée de Haouaria et il a des dimensions impressionnante : les racines couvrent une surface d’environ seize mètres, le tronc a une circonférence de six mètres et son âge dépasse 2.500 ans. Cet olivier est protégé, entretenu et surprise il continue à produire des olives. Chaque année une petite production d’huile d’olives de l’olivier d’Echraf est distribuée comme quelque chose de sacrée, dans des petites fioles comme un élixir aux pouvoirs magiques.